Communication de nos partenaires

Voidhanger – Dark Days of the Soul

Le 2 mars 2018 posté par Willhelm von Graffenberg

Line-up sur cet Album


  • Priest - Batterie
  • Zyklon - Guitares, Basse
  • Warcrimer - Chant

Style:

Black/Death Metal

Date de sortie:

2 Mars 2018

Label:

Agonia Records

Note du SoilChroniqueur (Metalfreak) : 8/10

Troisième album pour les Polonais de Voidhanger en seulement huit ans de carrière : autant dire que ça ne chôme pas chez ce trio au line up inchangé depuis ses débuts. Après deux albums remarqués (Wrathprayers en 2011 et l’excellent Working Class Misanthropy deux ans après), un EP en 2012 (The Antagonist) et les voilà regonflés à bloc après cinq ans sans full length que seul un split avec Witchmaster l’an dernier (Razing the Shrines of Optimism) a pu faire patienter les fans. Le trio, toujours articulé autour de Konrad « Priest » Wiśniewski (Massemord, Odraza, ex-Enclave, ex-Medico Peste…) à la batterie, Zyklon (Infernal War, ex-Iperyt) aux quatre et six cordes, et (Herr) Warcrimer (Infernal War, Iperyt) aux hurlements, nous balance ce Dark Days of the Soul pour le moins dévastateur.

L’album, enregistré une nouvelle fois aux No Solace Studios par Mikołaj « M » Żentara (guitariste chanteur de Mgla et Kriegsmaschine, mais aussi responsable du son pour Blaze of Perdition, Graveland, Holy Death, Mordor, Thunderbolt ou autre Witchmaster), ne souffre d’aucune faiblesse : avec un tel line up et un background aussi remarquable, on était en droit de s’attendre à une bonne claque : on se la prend même bien directement dans la figure.

Musicalement, ça tabasse, il n’y a pas à chercher plus loin ! Ils revendiquent un croisement entre le Thrash, le Black et le Death… Certes…
– Death Metal, il n’y a pas photo : une furie proche de Napalm Death, un côté crust voire punk que ne renierait pas Extreme Noise Terror, on situe le décor.
– Thrash Metal ? Effectivement : le riffing est typique et les accélérations sont légion.
– Black Metal ? Oui, quelques éléments impalpables mais ce n’est vraiment pas la dominante : on peut y déceler quelques effluves crasses à la Hellhammer mais le tout sous un tempo épileptique.

Voidhanger ne fait pas dans la dentelle, loin de là ! Chaque titre est un catalogue de riffs destructeurs pour approximativement 34 minutes de dévastation non-stop, d’une intensité remarquable et les rares moments où le mid-tempo est employé (la deuxième partie de “War is certain, Peace is not”, le début de “Hailing the Devil in me” par exemple) n’est que pour nous asphyxier vicieusement avant de reprendre un bourrinage aussi brutal que précis afin de nous asséner sans la moindre pitié aucune le coup de grâce !

L’esprit est très old school, on s’en rend compte dès la premier larsen du premier titre, de ceux que Celtic Frost aimait bien nous balancer régulièrement dans ses grandes heures. Un chant rauque à croiser entre Sam Molina (Terrorizer), Mark “Barney” Greenway (Napalm Death) et Scott Carlson (Repulsion), un bassiste/guitariste d’une précision diabolique (surtout lors des accélérations, toujours très brutales), une batterie hallucinante… Tous les ingrédients sont là pour nous faire passer un moment apocalyptique à souhait !

Brutal, qu’on vous dit !!!!

Tracklist :

1. Dark Days of the Soul (4:48)
2. Death Wish (3:24)
3. Naprzód donikąd ! (4:36)
4. High on Hate (3:26)
5. Man of dark Secrets (4:01)
6. The Void is where the Heart is (4:11)
7. War is certain, Peace is not (4:13)
8. Hailing the Devil in me (5:00)

Facebook : https://www.facebook.com/voidhangerofficial
Last.fm : http://www.last.fm/music/Voidhanger
Agonia Records : https://www.facebook.com/agoniarecords

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green