Communication de nos partenaires
12 décembre 2018

Nanowar of Steel – Stairway to Valhalla

par Willhelm von Graffenberg
nanowar

Note du SoilChroniqueur (Metalfreak) : 7,5/10.
Ils se moquent de tout ! Déjà rien que leur nom, pastiche à Manowar sur lequel ils ont rajouté “of Steel” pour se foutre de la gueule de leurs compatriotes de Rhapsody qui ont rajouté “of Fire” sur leur nom !
Non, ils ne respectent rien, tout est dérision, autodérision, délire total, mais avec un talent, tant individuel qu’en groupe, bien réel ! Parce que si les mecs ne se prennent pas au sérieux de la première à la dernière seconde de ce quatrième album après Others Bands play, Nanowar gay! (2005), Into gay Pride ride (2010) et A Knight at the Opera (2014), musicalement, c’est du lourd !

Lire l'article
0 Commentaires
28 octobre 2018

Fifth Angel – The third Secret

par Willhelm von Graffenberg
fifthangel

Note du SoilChroniqueur (Metalfreak) : 8/10.
Alors ça, c’est bien une reformation pour le moins inattendue, de celles qu’on n’espérait plus ! Il faut dire qu’entre 1989, année du split, et 2017, on n’avait plus entendu parler de la formation américaine Fifth Angel hormis lors d’une brève reformation en 2010 pour le Keep it true Festival de Lauda-Koenigshoffen en Allemagne. C’est ensuite en 2017 que le groupe refait parler de lui pour un show à Seattle et il semblerait que ce dernier coup de kick les a redémarré pour de bon !

Lire l'article
0 Commentaires
28 septembre 2018

Brainstorm – Midnight Ghost

par Willhelm von Graffenberg
brainstorm

Note du SoilChroniqueur (Metalfreak) : 7/10.
Avec un album en moyenne tous les deux ans, les Teutons de Brainstorm reviennent avec une nouvelle galette et ce qu’il y a de remarquable avec le quintette d’Heidenheim, c’est qu’on sait d’avance à quoi s’attendre. Le Power Metal racé du groupe a son propre son, sa recette bien à lui, pour nous envoyer un lot de compositions efficaces et ce n’est pas avec ce douzième album que les choses vont changer.

Lire l'article
0 Commentaires
3 juillet 2018

Ascendant – A Thousand Echoes

par Willhelm von Graffenberg
ascendant

Note du SoilChroniqueur (Antirouille) : 8,5/10.
Aucune musique ne devrait avoir de mal à franchir les frontières et pourtant le Metal, lui, peine encore aux douanes. Délit de sale gueule ? Satanisme avéré ? Bref, toutes les barrières ne s’ouvrent pas encore devant lui. Cependant, il arrive à passer outre, se faufilant par les petits sentiers cachés de rase campagne. Ainsi, il est arrivé, entre autres, dans bon nombre de pays musulmans où il est cependant très surveillé. C’est ainsi, fort de ses voyages, qu’il pose ses valises cloutées, guitares et amplis aux Émirats arabes unis, à Dubaï plus précisément.

Lire l'article
0 Commentaires
13 mai 2018

Ross The Boss – By Blood Sworn

par Bloodybarbie
ross the.boss

Note du Soilchroniqueur (Celtikwar):11/10

Hail To The King

Ross The Boss, non ROSSS THE BBOOOOOOOSSSSSSSSS!!!!
C’est plus ainsi que le nom divin a été prononcé à l’annonce de la sortie de son troisième opus sous sa formation.

‘By Blood Sworn’ est donc en tout objectivité le meilleur album de cette année.

Lire l'article
0 Commentaires
1 avril 2018

ShadowKeep – ShadowKeep

par Bloodybarbie
shadowkeeper

Note du SoilChroniqueur (Metalfreak) : 9/10 

Formé en 1999, on ne peut pas dire que ShadowKeep inonde le marché du disque avec le nombres d’albums qu’ils sortent puisque cette nouvelle offrande éponyme n’est que le quatrième full length du groupe, mais que ce soit leur premier EP (ShadowKeep en 1999), puis Corruption within (2000), A Chaos Theory (2002) et The Hourglass Effect (2008), ils ont toujours pratiqué un Power Metal un rien progressif qui les a fait se ranger aux côtés de pointures du genre comme Crimson Glory, le Queensÿche de la grande époque ou Fates Warning. C’est dire la qualité du groupe.

Lire l'article
0 Commentaires
6 mars 2018

Öblivïon – Resilience

par Willhelm von Graffenberg
oblivion

Note du SoilChroniqueur (Metal Script) : 7/10.
S’il y a un style qui à tendance à s’épuiser ces derniers temps, c’est bien le Power, style qui m’est pourtant très cher ! Il faut dire qu’il fait partie de ces mouvements bien (trop) stéréotypés dont il est difficile de briser les codes sans pour autant changer l’étiquette des principaux intéressés. Et Öblivïon ne déroge pas à la règle.

Lire l'article
0 Commentaires
22 février 2018

Mad Hatter – Mad Hatter

par Willhelm von Graffenberg
Mad-Hatter

Note du Soilchroniqueur (Willhelm von Graffenberg) : 8/10.
Avec l’album Mad Hatter de… Mad Hatter, je retrouve une marotte d’antan, une madeleine proustienne réactualisée… Oui, un Petit Lu moelleux, en somme.

Lire l'article
0 Commentaires
30 janvier 2018

Victorius – Dinosaur Warfare – Legend of the Power Saurus ...

par Willhelm von Graffenberg
victorius

Note du SoilChroniqueur (Quantum) : 8/10.
Quand on a entre les mains Dinosaur Warfare – Legend of the Power Saurus, la première chose qui nous passe par la tête est une réaction du genre « Mais… Mais… Qu’est-ce que c’est que ce bordel ??? ». Rarement CD ne m’a causé autant de surprise teintée d’incompréhension et d’une irrépressible envie de rigoler.

Lire l'article
0 Commentaires
1 décembre 2016

Athorn – Necropolis

par Bloodybarbie
athorn

Note du Soilchroniqueur (ShaK) : 8/10

Après un premier EP « Livable Hatred » sorti en 2009, et un premier album « Phobia » sorti en 2010, il aura fallu attendre 6 ans pour que les teutons de Athorn sortent ce « Necropolis ». Qualifiant eux-mêmes leur musique de « Metal symbiotique » (à leurs début) en raison des multiples influences de chacun des membres, qu’en est-il réellement ? Éléments de réponse.

Le concept de l’album est orienté autour d’un doomsday-like, celui d’une météorite touchant la terre et transformant ses habitants en morts-vivants. Vous en conviendrez, pour la joie et la douceur de vivre vous repasserez plus tard.
Bon, un concept c’est bien, mais musicalement ça donne quoi ? Force est de constater que Athorn oscille entre un Thrash, un Power et un Death Mélodique de bonne facture. De là à dire qu’ils repoussent les limites de chacun des styles précités, il n’y a qu’un pas que je ne franchirais pas. Pourquoi me demanderez-vous ? Tout simplement car Athorn, malgré ses qualités musicales indéniables se garde bien de prendre des risques.

Lire l'article
0 Commentaires