Metallian Productions présentent…

Le 20 décembre 2017 posté par Metalfreak
RPO & Metallian

Du lourd, du lourd et du lourd à Grenoble

Retour en début de page

Hellfest 2018 – La programmation !

Le 14 décembre 2017 posté par Metalfreak
hellfest2018

Cette année, ils ont fait une nouvelle fois très fort !

 

Outre Iron Maiden, Judas Priest ou Hollywood Vampires, on a droit à des groupes qui vaudront le coup d’oeil (et d’oreille), et pour tous les gouts.

Retour en début de page

Venez rejoindre l’aventure

Le 22 septembre 2017 posté par celtikwar
we need you

 
Vous êtes toujours plus nombreux à nous suivre et nous estimer, que vous soyez labels, groupes ou simples lecteurs, et toute l’équipe de Soil Chroniclesvous remercie de la confiance que vous placez en nous pour faire au mieux notre job, qui est avant tout une passion.
Cette passion (non rémunérée, pour couper court à la question) a […]

Retour en début de page

Neige morte – Trinnt

Le 18 janvier 2018 posté par Willhelm von Graffenberg
neige morte

Note du SoilChroniqueur (Arno) : 8/10.
Après un premier album chez Aurora Borealis Records (Neige morte, 2011), puis un deuxième pour ConSouling Sounds (Bicephaale, 2014), les Lyonnais de Neige morte reviennent chez Atypeek Music pour leur troisième offrande : Trinnt. Pour ma part, je ne connaissais pas ce trio mais, en consultant leur discographie, je me dis qu’un groupe qui a participé à un Split (2011) avec The austrasian Goat est forcément intéressant. Bonne intuition : ces quatre titres sont sévères.

Retour en début de page

Bleeding Gods – Dodekathlon

Le 18 janvier 2018 posté par Willhelm von Graffenberg
bleeding

Note du SoilChroniqueur (Metalfreak) : 9/10.
“Only women bleed”, qu’il disait ! Visiblement, les dieux aussi… Et ils ne font pas que saigner, il font saigner aussi ! Trois ans après le premier prometteur méfait du groupe, Shepherd of Souls, duquel je disais beaucoup de bien, Bleeding Gods enfonce le clou, et bien profond.

Retour en début de page

Power from Hell – Blood n’ Spikes

Le 17 janvier 2018 posté par Willhelm von Graffenberg
power from hell

Note du SoilChroniqueur (Metalfreak) : 8/10.
Power from Hell fait partie de ces groupes pour lesquels j’ai une affection particulière tant leur musique me renvoie à mes années lycée. Un Black/Thrash Metal, mâtiné d’un soupçon de rock n’ roll, influencé par le heavy metal de ‘dans l’temps’ : franchement de quoi tirer des larmichettes nostalgiques à tous quadras et quinquas qui se secouaient la crinière lors des balbutiements du metal extrême dans la première moitié des eighties. Et putain que ça fait du bien !

Retour en début de page

Rufus Bellefleur – Electricity for the Coliseum ...

Le 17 janvier 2018 posté par Willhelm von Graffenberg
rufus

Note du SoilChroniqueur (Lusaimoi) : 9/10.
Si ce nom peut vous paraître d’un autre temps, ce n’est pas vraiment étonnant. Faut dire que Rufus Bellefleur, surnommé le « Fantôme du Bayou », a vécu au XIXème siècle. Mais là où ça devient intéressant, c’est qu’en 2011, il a décidé de hanter Julien Cassarino, chanteur/guitariste de Manimal et Psykup, pour former un groupe avec Youssef « Yuz » Dassouli.

Retour en début de page

Morbid Angel – Kingdoms disdained

Le 16 janvier 2018 posté par Willhelm von Graffenberg

Note du SoilChroniqueur (Arno) : 7,5/10.
Concernant Morbid Angel, je suis loin d’être un puriste. D’une, parce que je préfère les albums de l’ère Tucker à ceux où Vincent officie (même si j’aime énormément Illud Divinum Insanus), de deux, parce que j’ai trouvé qu’Heretic (2003) était un très bon disque alors que tous les articles que je lisais à l’époque le descendaient en flammes.

Retour en début de page

Dr. Living Dead! – Cosmic Conqueror

Le 16 janvier 2018 posté par Willhelm von Graffenberg
dr living dead

Note de la Soilchroniqueuse (Bloodybarbie) : 8/10.
Ils n’ont même pas conquis la terre et ces thrashers suédois veulent déjà conquérir le cosmos ! Ça ne sera ni l’un ni l’autre pour cette fois-ci, mais peut-être qu’ils arriveront à conquérir tous les thrasheurs sur terre ? En tout cas ce qui est sûr c’est que l’album est le meilleur de ce qu’ils ont pu faire jusqu’à présent !

Retour en début de page

Trivium – The Sin and the Sentence

Le 15 janvier 2018 posté par Willhelm von Graffenberg
trivium

Note de la Soilchroniqueuse (Bloodybarbie) : 8.5/10.
Comment transformer une croix rouge en un cœur ? C’est facile, faites de la merde pendant un bon moment puis sortez un super nouvel album et tous vos péchés seront pardonnés (d’ailleurs, ironiquement, l’album traite de ce sujet).

Retour en début de page

The Faceless – In becoming a Ghost

Le 15 janvier 2018 posté par Willhelm von Graffenberg
faceless

Note du SoilChroniqueur (Arno) : 7,5/10.
Pour un groupe ayant plus de dix ans d’expérience, je ne pensais pas que la première chose que je me dirais en écoutant In becoming a Ghost est que cela ressemble à du Between the Buried and me. Ce n’est pas que cela me déçoit, j’apprécie ce groupe, mais j’espérais découvrir en The Faceless quelque chose de plus original.

Retour en début de page

Watain – Trident Wolf Eclipse

Le 14 janvier 2018 posté par Bloodybarbie
watain

Note du SoilChroniqueur (Arno) : 8,5/10

Ce nouveau Watain, je me suis plus mis à l’écouter par réflexe que par envie. En effet, j’avais beau déjà posséder trois de leurs albums (« Lawless Darkness », « Sworm to the Dark » et « The Wild Hunt »), force est d’avouer que je n’avais jamais été réellement convaincu par le Black Métal des Suédois. J’avais beau y reconnaître un tas de qualité, je ne sais pas pourquoi, j’avais du mal à accrocher.

Retour en début de page

Usnea – Portals into Futility

Le 14 janvier 2018 posté par Bloodybarbie
unsea

Note du SoilChroniqueur (Arno) : 7,5/10

Ce n’est donc pas Portals into Futility qui démentira cette vérité absolue : Relapse ne signe que des groupes excellents.

En seulement trois albums, les Américains d’Usnea sont parvenus à bien se faire connaître du milieu Doom. Il faut dire que leur approche à la fois Funeral, Noise et légèrement Postcore est une parfaite réussite, les compositions, aussi longues soient elles (de six à vingt minutes), n’étant jamais soporifiques.

Retour en début de page