Communication de nos partenaires

Metallian Productions présentent…

Le 1 septembre 2016 posté par Metalfreak
Metallian

Du lourd, du lourd et du lourd à Grenoble

Retour en début de page
desertfest belgium 2016

C’est pour bientôt, cette troisième édition du DESERTFEST Belgique 2016 tant attendue ! L’occasion pour les férus et drogués de Stoner/Sludge/Heavy Rock et leurs dérivées (et intégrales d’ailleurs), de recevoir une bonne dose de trois jours bien chargés pour tenir jusqu’au fameux DESERTFEST London et Berlin ainsi que le Roadburn (et c’est pas pour demain !). Comment résister à une date aussi alléchante avec en tête d’affiche : Goat, Uncle Acid & The Deadbeats, YOB, Pentagram, Torche, Scorpion Child, Graveyard mais aussi des pieds d’affiche comme (ça peut être utile pour que la tête ne s’effondre pas) : Alkerdeel, Black Cobra, Black Rainbows, Black Wizzard (plein de black machin en une journée !), Coogans Bluff, Joy, Red Fang, Subrosa, Your Highness, 1000 Mods, Ahab, Arabrot, Castle, Cough, Dorre, Duel, Earth Ship, Elder, Electric Citizen, Giobia, Hangman’s Chair, Joy, La Muerte, Lonely Kamel, Moaning Cities, Josefin Ohrn and the Liberation,Monkey3, Purson, Salem’s Pot, Tau, The Atomic Bitchwax, Vodun, Weedeater, Wolvennest et Toxic Shock. Des groupes connus comme de moins connus,…Après tout, un festival c’est fait aussi pour aller à la chasse aux trésors !

Retour en début de page

News au 15 septembre 2016

Le 17 septembre 2016 posté par Bloodybarbie
logo soil

News au 15 septembre 2016

Retour en début de page

Motocultor Festival 2016 : jour 3 (21/08/2016)

Le 29 septembre 2016 posté par Bloodybarbie
Motocultor Festival 2016

Live report : Willhelm von Graffenberg & Bloodybarbie

Photos & vidéos : Bloodybarbie

 

Retour en début de page

Motocultor Festival 2016 : jour 3

Le 28 septembre 2016 posté par Bloodybarbie
Motocultor Festival 2016

Photos : Bloodybarbie

Retour en début de page

Raismes fest 2016 – 9 et 10 septembre 2016

Le 28 septembre 2016 posté par Metalfreak
raismes

Report : Excalibur

Photos : Chris Besse

 

 
Il était une fois, aux confins des Hauts de France, dans la petite ville de Raimses, un Fest de hard rock…
L’histoire se passe dans le château de Sophie d’Arenberg, épouse d’un riche propriétaire terrien du XIXème siècle.

Aujourd’hui, pas de costumes endimanchés, ni de hauts de forme pour les hommes.

Pas plus de robes longues, ni de chapeaux à voilettes pour les femmes. On a plutôt opté pour les tee-shirts noirs, les jeans troués, et les bouchons d’oreille. Un public hétéroclite. Des jeunes, des moins jeunes, des carrément mômes, des carrément vieux, des familles… et surtout des potes. Car dans ce Fest, qui en est à sa 18ème édition, tout le monde se connait. Et ceux qui ne connaissaient pas tout le monde au départ finiront par connaître tout le monde à la fin…. Une ambiance intimiste et bonne enfant. Une affiche variée qui nous propose une vingtaine de groupes sur 2 jours. 2 scènes : une main stage et une scène « découverte », allant du hard rock, au métal, du hardcore, au funk rock…
Jadis, le RaimsesFest a connu son heure de gloire, et a vu passer des énormes têtes d’affiche, comme Napalm Death en 2012, Epica en 2009, Finntrol, Black Bomb A et Therion en 2007.
Aujourd’hui, malheureusement, comme pour les autres, les sabrages de subventions sont passés par là. Alors certes, on peut se dire que l’affiche a perdu en prestige. Mais les organisateurs nous ont tout de même dégoté des pointures et des sacrées surprises…

Retour en début de page

Epica – The Holographic Principle

Le 28 septembre 2016 posté par Bloodybarbie
epica artwork

Note de la Soilchroniqueuse (Bloodybarbie) : 8/10

La précédente déception d’Epica, « The Quantum Enigma », était vite tombée dans mes oubliettes, déjà parce que Simone avait perdu sa belle voix suite à son accouchement (elle avoua elle-même qu’elle n’avait pas repris des cours de chant) mais aussi parce que rien dans cet opus n’avait retenu mon attention. Mais avec leur nouvelle œuvre (ou chef-d’œuvre : « The Holographic Principle », nos chers hollandais reviennent en force avec un nouvel album que je qualifierais de meilleur que son prédécesseur pour commencer. Au début, il peut vous sembler difficile d’accès (surtout si vous l’écoutez avec des écouteurs pourris et un mp3), mais en multipliant les écoutes, on finit par déceler ses subtilités et merveilles jusqu’à finir par succomber à son charme. Ma mère qui ne supporte pas le métal, mon ami qui écoute de la techno ou ma tata retraitée fan de musique classique ont tous adoré cet album malgré les growls de Mark Jansen.

 

Retour en début de page

Lorraine Cross – Army of Shadows

Le 28 septembre 2016 posté par Metalfreak
lc

Note du Soilchroniqueur (Celtikwar):8/10
Alors comme ça, t’aimes le Heavy Metal ?
Oui, toi qui vois apparaître ces quelques lignes. Arrête-toi de suite ! On va rompre ta monotonie. Tu reprendras le fil de tes activités plus tard….Oui, c’est bien à toi qui grogne que l’on s’adresse.

 

Retour en début de page

Interview BACK:N:BLACK

Le 25 septembre 2016 posté par Metalfreak
dominique poiret_dsc_0836

Intervieweuse : Dominique Poiret

Interviewée : BB (Guitares, chant)

Retour en début de page

Los Disidentes Del Sucio Motel – Human Collapse ...

Le 25 septembre 2016 posté par Metalfreak
los-disidentes-del-sucio-motel-human-collapse
Note du Soilchroniqueur (Erikillmister) : 8/10

Quelle baffe ! J’avoue que quand j’ai reçu l’album de ce quintet français au nom improbable, Los Disidentes Del Sucio Motel, semblant tout droit sorti d’un film de Tarantino, j’étais très loin de m’attendre à prendre un pied pareil ! Ceux qui, comme moi, aiment les morceaux à tiroirs vont être servis ! Le combo évite soigneusement les lieux communs distillant avec brio avec une musique quasiment inclassable.

Retour en début de page

The Afternoon Gentlemen – Still Pissed

Le 25 septembre 2016 posté par Metalfreak
afternoon

Note du SoilChroniqueur (Arno) : 7,5/10

Inutile d’être très intelligent pour comprendre que lorsque tu as entre les mains un skeud de 41 pistes, c’est du Grind.

Les mecs ont beau se dire « gentlemen », tu as l’assurance de te faire perforer la boîte à chocolat. Ne connaissant absolument pas The Afternoon Gentlemen, j’ai d’abord été un peu effrayé de devoir subir les cinquante minutes que dure cette compilation mais, fort heureusement, le style pratiqué ici supporte une écoute prolongée.

 

Retour en début de page

7 Weeks – A farewell to Dawn

Le 25 septembre 2016 posté par Metalfreak
7weeks

Note du SoilChroniqueur (Metalfreak) : 9/10

‘Enorme’. Adjectif, du latin ‘Enormis’, qui est hors de la norme.
Si on se réfère à la première définition, ce mot veut dire « qui a des dimensions, une importance impressionnantes, qui est en quantité colossale ; gigantesque ». Mais on va encore dire que je me réfère à des connotations phalliques, ce qui n’est pas le sujet ici.
Plus familièrement, « énorme » signifie « qui déconcerte, surprend par son caractère extraordinaire, invraisemblable, monstrueux ». Exemple : 7 Weeks vient de sortir un album énorme ! Car oui, avec son quatrième album – tous les précédents étant de grande qualité également – 7 Weeks fait très fort.

Retour en début de page

Gebrechlichkeit – Aphorismen der Angst

Le 25 septembre 2016 posté par Metalfreak
gebre

Note du Soilchroniqueur (Willhelm von Graffenberg) : 3.33/10

 

Etant amateur de BM sympho, je me suis dit : « Pourquoi ne pas tenter un petit retour aux sources, histoire de… ? » « Monumentale erreur ! » comme dirait Jack Slater (A. Schwarzenegger) dans Last Action Hero.

Les temps passent, les temps changent, et les Tampax se changent ; Gebrechlichkeit (« infirmité » pour les non germanophones), avec leur deuxième album « burzumlike » Aphorismen der Angst(« aphorismes de la peur » pour les non germanophones) voudrait nous faire passer du vieux sang coagulé pour des menstrues de jeune fille en fleur.

 

Retour en début de page