Communication de nos partenaires

Les news de la semaine au 28/05/2016

Le 30 mai 2016 posté par Bloodybarbie
logo soil

Les news de la semaine au 28/05/2016

Retour en début de page
rouen pagan gathering affiche

Live report : Willhelm von Graffenberg

Photos : Nickie LM

Retour en début de page

Mgla + Aosoth + Deus Mortem au Petit Bain (Paris) le ...

Le 31 mai 2016 posté par Bloodybarbie
Mgla affiche

Live report + Photos + vidéos : Bloodybarbie

Retour en début de page

The Enid

Le 30 mai 2016 posté par Bloodybarbie
theenidband

Intervieweuse : Bloodybarbie

Interviewé : Joe Payne (chant)

Traduction : Willhelm von Graffenberg

Retour en début de page

Black Stone Cherry – Kentucky

Le 30 mai 2016 posté par Bloodybarbie
Black Stone Cherry

Note du Soilchroniqueuse (H.P Hatecraft) : 8/10

Enfin une nouvelle génération de rockers est en train d’émerger, loin des clichés de la rock attitude des metalleux et rockeux, et qui savent aussi  jouer de leur gratte et de leur tambourin à la manière de leurs papys et des grands groupes de rock sudiste. Dès qu’on écoute du Black Stone Cherry, on devine vite leur pays d’origine : les USA, précisément du Kentucky – qui est d’ailleurs l’intitulé de ce nouvel et huitième album – à l’instar des ZZTop, Lynyrd Skynyrd, Mötörhead, Popa Chubby

Retour en début de page

Drive, She Said – Pedal to the metal

Le 30 mai 2016 posté par Bloodybarbie
drive she said

Note du SoilChroniqueur (Metalfreak) : 8,5/10

Ah ben quand même : 13 ans, ça fait une paie, non ?
Treize années après le dernier album « Real life », Al Fritsch et Mark Mangold nous refont le coup du petit album de hard FM bien estampillé eighties pour un retour aux sources du (hard) rock FM qui faisait fureur il y a trente ans de ça.
Les adorateurs d’Europe, Bon Jovi, Giant ou Mötley Crüe vont s’y retrouver, à coup sûr !

Retour en début de page

The Enid – Dust

Le 30 mai 2016 posté par Bloodybarbie
TheEnidDust

Note du SoilChroniqueur (H.P Hatecraft) : 7.5/10

« Dust »  célèbre le 40 ème anniversaire d’un des groupes pionniers du rock prog : The Enid. Mais aussi, il annonce la triste fin du parcours du fondateur et maitre à penser : Robert John Godfrey (ex-Barclay James Harvest [BJH] aussi). Néanmoins, cet opus trouve mieux sa place dans la classe du rock progressif et symphonique, ou post rock. Ce que « Dust » a de spécial aussi c’est qu’il vient terminer une trilogie composée de « Invicta » sorti en 2012 puis « The Bridge » en 2015. Si vous ne connaissez pas The Enid, je vous recommande donc vivement de commencer par le chef d’œuvre « Invicta », l’idéal pour une mise en bouche (ou en oreille) afin de mieux apprécier le reste !

Retour en début de page

The Distance – Radio bad deceiver

Le 29 mai 2016 posté par Bloodybarbie
THE-DISTANCE_Radio-Bad-Receiver

Note du SoilChroniqueur (Metalfreak) : 7,5/10

Deuxième album pour les Parisiens de The Distance avec ce « Radio bad deceiver » qui a tout de la petite pépite qu’on aime se passer de temps en temps ne serait-ce que pour se prendre une grande dose d’ondes positives.

48 minutes, douze titres pour autant de bouffées d’oxygène, The Distance nous balance un album à la fraîcheur certaine et à l’énergie débordante à la croisée des Foo Fighters, Queen Of The Stone Ages et parfois aux regrettés Les Thugs.

Retour en début de page

Evenline – Dear Morpheus

Le 29 mai 2016 posté par Bloodybarbie
evenline

Note du Soilchroniqueur (Willhelm von Graffenberg) : 7/10

Certains groupes sont comme la maladie de Lyme : leur mimétisme fausse totalement un diagnostic jusqu’à ce qu’on finisse par identifier d’où vient le mal. Evenline est de ceux-là.

Commençons par aborder le positif dans leur album Dear Morpheus, premier album du quatuor de la périphérie parisienne. C’est très bien joué, très bien interprété par des musiciens au taquet, la production est aux petits oignons (avec ou sans « i » selon que vous soyez pro ou anti réforme de l’orthographe), l’agence de communication qui les gère, également, visiblement. Le son est nickel, les morceaux sont efficaces (que du tube au refrain accrocheur, en gros), le double album (le 2ème CD contenant des versions acoustiques) est un plus évident au niveau packaging, c’est très bien joué – je l’ai déjà dit, non ? Une perfection presque trop parfaite, si on fait abstraction du fait que les rares soli ne soient pas davantage mis en avant dans le mix et le fait que l’auteur des textes ne parle pas un anglais parfait qui lui ferait oublier que cette langue a aussi des syllabes accentuées, et que les siennes ne sont pas toujours idéalement placées.

Retour en début de page

Foscor – The Smile of the Sad Ones

Le 29 mai 2016 posté par Bloodybarbie
Foscor

Note du SoilChroniqueur (Arno) : 7/10

Depuis le début des années 2000 les Catalans de Foscor envoient un Black Metal obscur et inspiré, quelque part entre Enslaved et les vieux Mayhem. Pas dégueu donc. Cela dit, ce n’est pas tout d’avoir de bonnes influences, encore faut-il en être à la hauteur. De ce côté-là, pas de problème, le deuxième album (ils en sont à quatre) « The Smile of the Sad Ones » est vraiment excellent pour peu que l’on apprécie les groupes mentionnés ci-dessus.

Retour en début de page

Zakk Wylde – Book of shadows II

Le 27 mai 2016 posté par Bloodybarbie
zakk wylde

Note du SoilChroniqueur (Metalfreak) : 9/10

Alors celle-là, faut que je te la raconte !

Ah si, pas de « Oh non, Metalfreak va encore nous raconter ses contingences affectives avec les femmes ».
Et bien si !
En général, c’est ce qui arrive quand le chroniqueur ne sait plus comment tourner les descriptions de ses albums sur lesquels il a particulièrement accroché, histoire de ne pas faire dans la redite ou la redondance, tout en ne sombrant pas inutilement dans le pathos non plus…

Elle était jolie tout plein, on se faisait des coucous, des sourires, on papotait de temps en temps : elle écoutait mes élucubrations de grand reporter de la scène rock/metal internationale, de grand baroudeur à la recherche de la photo qui tue, de grand esthète en matière de connaissances des groupes les plus improbables dans le plus obscur pays d’Amérique Latine.
Et elle m’écoutait, parfois même sans bailler, c’est dire si j’avais rencontré la perle rare !

Retour en début de page