Communication de nos partenaires
14 octobre 2017

Ensiferum – Two Paths

par Willhelm von Graffenberg
ensiferum

Note de la Soilchroniqueuse (Bloodybarbie) : 5.5/10.
C’est l’histoire d’un des piliers du Folk Metal nommé Ensiferum qui a connu une belle période de gloire avec des albums parfaits jusqu’à « Unsung Heroes » en 2012, voire même « One Man Army » en 2015…

Lire l'article
0 Commentaires
25 août 2017

Portrait- Burn the World

par Bloodybarbie
Portrait

Note du SoilChroniqueur (Metalfreak) : 8/10

L’air de rien, les cinq Suédois de Portrait poursuivent leur petit bonhomme de chemin.
Douze années d’une carrière déjà bien remplie avec une démo, deux singles (dont un chroniqué ici), un EP, un split et trois albums avant ce nouveau jet “Burn the World”.

Lire l'article
0 Commentaires
31 juillet 2017

Entrails – World Inferno

par Willhelm von Graffenberg
entrails

Note du SoilChroniqueur (Arno) : 6/10.
A chaque nouvel album d’Entrails, je me fais avoir. Toujours attiré par le nom, les pochettes moches et la réputation des Suédois, je plonge dans ce « World Inferno » donc. Pour une nouvelle noyade.

Lire l'article
0 Commentaires
27 juin 2017

Igorrr – Savage Sinusoid

par Willhelm von Graffenberg
Igorrr_2017_SavageSinusoid_cover

Note du SoilChroniqueur (Arno) : 8,5/10

Je ne peux pas dire que je découvre Igorrr aujourd’hui puisqu’en 2006 avec « Poisson soluble » puis en 2008 avec « Moisissure », j’avais été frappé par l’intensité, mais également l’inventivité et la richesse, de son Electro Breakcore mâtiné de Métal.

Lire l'article
0 Commentaires
4 juin 2017

Between the Buried and Me – Coma Ecliptic : Live

par Willhelm von Graffenberg

Note du SoilChroniqueur (Arno) : 5,5/10

Encore un disque dont on va parfaitement pouvoir se passer. Je n’irai pas jusqu’à dire que Between the Buried and Me n’est qu’un très bon groupe de studio mais, ce qu’il y a de certain pour moi, c’est que ce « Coma Ecliptic : Live » n’apporte rien sinon la preuve que les compositions moins intéressantes une fois jouées sur scène.

Lire l'article
0 Commentaires
17 mai 2017

God Dethroned – The World ablaze

par Bloodybarbie
god dethroned

Note du SoilChroniqueur (Arno) : 7/10

 

Avec God Dethroned, pas de surprise, bonne ou mauvaise. Du Death Métal, la guerre, point barre. Si vous voulez des curiosités, faut aller voir ailleurs.

Ce qu’il y a de fort avec les Hollandais c’est qu’avec une thématique aussi limitée, ils arrivent quand même à trouver suffisamment d’inspiration pour sortir régulièrement un album, « The World ablaze » étant le dixième.

Lire l'article
0 Commentaires
5 mai 2017

Cut Up – Wherever They May Rot

par Metalfreak
cut up

Note du SoilChroniqueur (Arno) : 7/10

 

D’abord, les CV : Kadaverkult, Obscure, Vomitory, God Macabre, Torture Division, Coldworker, Fetus Stench, c’est pas mal tout ça.
Ils m’ont l’air bien expérimenté ces fiers Suédois.

Lire l'article
0 Commentaires
16 avril 2017

Harlott – Extinction

par Metalfreak
harlott

Note du SoilChroniqueur (Metalfreak) : 8,5/10

 

Être Australien et se voir réglé comme un coucou Suisse, voilà de quoi y perdre son latin !

Lire l'article
0 Commentaires
15 février 2017

Armored Saint – Carpe Noctum

par Bloodybarbie
Armored Saint

Note du SoilChroniqueur (Arno) : 5/10

Jusqu’à présent, mon seul et unique contact avec Armored Saint fut John Bush chantant chez Anthrax pour la tournée (parfaite, de même que l’album d’ailleurs) « Stomp 442 ». Voix parfaite, plutôt atypique tant pour du Heavy que du Thrash, pour un frontman irréprochable. En revanche, pour ce qui est de son groupe principal, il reste pour moi un de ces trucs cultes des 80’s que je n’ai jamais pris le temps d’écouter. Du coup, le Live « Carpe Noctum » semblait être une occasion en or pour combler les lacunes.

Lire l'article
0 Commentaires
13 février 2017

Six Feet Under – Torment

par Bloodybarbie
six feet under

Note du SoilChroniqueur (Arno) : 7,5/10

Suite au départ de Chris Barnes, j’ai perdu mon groupe de Death Métal préféré de l’époque : Cannibal Corpse. Je n’ai jamais accroché sur les albums avec Corpsegrinder au chant et la carrière de Six Feet Under me semblait trop en dent-de-scie pour être suivie sur le long terme. Et pourtant, j’ai bien fait d’écouter « Torment » car, enfin, c’est une occasion unique de se manger la bonne tranche épaisse de Death rustique que l’on était en droit d’espérer.

Lire l'article
0 Commentaires