Communication de nos partenaires
17 mai 2017

God Dethroned – The World ablaze

par Bloodybarbie
god dethroned

Note du SoilChroniqueur (Arno) : 7/10

 

Avec God Dethroned, pas de surprise, bonne ou mauvaise. Du Death Métal, la guerre, point barre. Si vous voulez des curiosités, faut aller voir ailleurs.

Ce qu’il y a de fort avec les Hollandais c’est qu’avec une thématique aussi limitée, ils arrivent quand même à trouver suffisamment d’inspiration pour sortir régulièrement un album, « The World ablaze » étant le dixième.

Lire l'article
0 Commentaires
5 mai 2017

Cut Up – Wherever They May Rot

par Metalfreak
cut up

Note du SoilChroniqueur (Arno) : 7/10

 

D’abord, les CV : Kadaverkult, Obscure, Vomitory, God Macabre, Torture Division, Coldworker, Fetus Stench, c’est pas mal tout ça.
Ils m’ont l’air bien expérimenté ces fiers Suédois.

Lire l'article
0 Commentaires
16 avril 2017

Harlott – Extinction

par Metalfreak
harlott

Note du SoilChroniqueur (Metalfreak) : 8,5/10

 

Être Australien et se voir réglé comme un coucou Suisse, voilà de quoi y perdre son latin !

Lire l'article
0 Commentaires
15 février 2017

Armored Saint – Carpe Noctum

par Bloodybarbie
Armored Saint

Note du SoilChroniqueur (Arno) : 5/10

Jusqu’à présent, mon seul et unique contact avec Armored Saint fut John Bush chantant chez Anthrax pour la tournée (parfaite, de même que l’album d’ailleurs) « Stomp 442 ». Voix parfaite, plutôt atypique tant pour du Heavy que du Thrash, pour un frontman irréprochable. En revanche, pour ce qui est de son groupe principal, il reste pour moi un de ces trucs cultes des 80’s que je n’ai jamais pris le temps d’écouter. Du coup, le Live « Carpe Noctum » semblait être une occasion en or pour combler les lacunes.

Lire l'article
0 Commentaires
13 février 2017

Six Feet Under – Torment

par Bloodybarbie
six feet under

Note du SoilChroniqueur (Arno) : 7,5/10

Suite au départ de Chris Barnes, j’ai perdu mon groupe de Death Métal préféré de l’époque : Cannibal Corpse. Je n’ai jamais accroché sur les albums avec Corpsegrinder au chant et la carrière de Six Feet Under me semblait trop en dent-de-scie pour être suivie sur le long terme. Et pourtant, j’ai bien fait d’écouter « Torment » car, enfin, c’est une occasion unique de se manger la bonne tranche épaisse de Death rustique que l’on était en droit d’espérer.

Lire l'article
0 Commentaires
6 février 2017

The Foreshadowing – Seven Heads, Ten Horns

par Metalfreak
the fs

Note du Soilchroniqueur (Willhelm von Graffenberg) : 9/10

Seven Heads, Ten Horns… Sept têtes, dix cornes… Ça équivaut à six fûts, six caisses : la main entre les caisses, le doigt dans le trou du fût. En clair ça touche au coté sombre et à la part d’obscurité inhérente à l’être humain…

Et ça, The Foreshadowing l’a bien compris.

Lire l'article
1 Commentaires
14 décembre 2016

Serpentine Dominion – Serpentine Dominion

par Bloodybarbie
serpentine-dominion

Note du Soilchroniqueur (Willhelm von Graffenberg) : 9/10

Quoi, quoi, quoi ?! Seulement 26 minutes ?! Mais, mais, mais c’est trop abusé !!! Serpentine Dominion propose un superbe album, sans nom, et nous laisse sur notre fin ?! Je suis colère, là !

Du Death qui arrache, avec une grosse tendance mélodique (passages harmonisés, voix claire, etc.), des passages variés, équilibrant l’album entre calme et tempête, grosse brutalité (« Divide, conquer, burn and destroy ») et grosse tendresse (« Prélude »), acoustique souple et électrique dur, et… SEULEMENT 26 MINUTES ?! Le plus fort, c’est qu’ils arrivent à placer un solo mélodieux sur du blastbeat, sans faire une espèce branlette atonale typique du Death ! En plus, avec un bon son, un bon mix, une carritude exemplaire, une maitrise technique et une musicalité malgré tout à toute épreuve !

Lire l'article
0 Commentaires
god-deathroned

Note du SoilChroniqueur (Arno) : 7,5/10

Avec « The Grand Grimoire », « Bloody Blasphemy » et « Ravenous », les Hollandais avaient sorti une belle trilogie entre 1997 et 2001, pratiquant un Death Métal plutôt sombre qui faisait clairement d’eux un groupe qui compte, ou tout du moins qui comptait. En effet, sans avoir vraiment suivi la carrière de la formation, j’ai quand même le sentiment que le creux de la vague ne les a pas épargnés durant les années 2000.

Pourtant, à l’écoute du dernier en date « Under the Sign of the Iron Cross » (2010), je me dis que les mecs ont encore de belles choses à dire. Bon, moi, tout le délire autour des Guerres Mondiales, la Première comme la Seconde, j’en ai soupé. Quelles que soient les raisons qui font que les musiciens sont fascinés par cette période (les uniformes allemands sont beaux, c’est la plus grand boucherie de l’Histoire, « Hitler était un génie » (je me contente de citer Patrick Timsit, merci de ne pas m’adresser de lettres d’insultes), etc.), il reste que le sujet est aussi usé qu’un drap de pauvre.

Lire l'article
0 Commentaires
30 septembre 2016

Allegaeon – Proponent for Sentience

par Bloodybarbie
allegeon

Note du Soilchroniqueur (Willhelm von Graffenberg) : 10/10

Nul. Misérable. A chier. Navrant. Minable. Pourri. Pitoyable. Voici une liste très sommaire des qualificatifs dont je n’userai pas au sujet de Proponent for Sentience, quatrième album d’Allegaeon.

Comme vous vous en doutez, ma chronique risque d’être courte tant elle pourrait se résumer à un seul et unique mot : excellent ! C’est simple, depuis ma découverte de Fleshgod Apocalypse avec The Agony, je n’avais pas pris une grosse claque de cette ampleur. Si j’évoque Fleshgod, c’est un peu parce qu’on est non seulement au même niveau d’exigence et d’ambition, mais parce qu’on pourrait faire un relationnel entre Allegaeon et eux, notamment dans les passages orchestrés et arrangés pour chœur (parmi mes préférés, comme vous pouvez également vous en douter), mais sans en être un ersatz ou chercher à copier-coller, tant leurs influences vont piocher de ci de là, dans le Heavy ( « Demons of an intricate Design »), le Black (« Terrathaw and the Quake »), l’Emo/Core (« Cognitive Computations »), le tout en ayant évidemment en trame de fond de Death mélodique ultra technique et maitrisée de bout en bout. Je ne m’étendrai donc pas sur la production, soignée comme il se doit pour un album de ce niveau.

Lire l'article
0 Commentaires
charred walls

Note du Soilchroniqueur (Willhelm von Graffenberg) : 8.5/10

Des voix haut-perchées, de la branlette guitaristique… Mais dites donc ! Ce serait-y pas du Heavy ? Allez hop, on saute sur Charred Walls of the Damned et son album Creatures watching over the Dead !

Un bon album de Heavy, ça doit être comme la carte d’un steakhouse : proposer toutes les cuissons comme on proposerait de tous les riffs, qu’ils soient saignants, crus, à point, bien cuits – bah oui, on fait pas dans le neuf, donc… Et cet album en contient, du bon grosHeavy très teinté Power, un peu dans la lignée de la fin de vie de Judas Priest, en gros vers Jugulator – désolé, les gens, j’adore Rob Halford, mais la musique ne suivait plus à partir de Demolition, et ce n’était pas la faute d’un Tim « Ripper » Owens qui m’a collé une putain de claque sur Jugulator. D’ailleurs, c’est rigolo, le timbre du chanteur, on dirait celui de Tim Owens… Oh wait ! Mais… C’EST Tim « Ripper » Owens !!! Je me disais que ça avait une putain de niaque vocale !

 

Lire l'article
0 Commentaires