Communication de nos partenaires
9 mai 2019

Egemony – Promo 2019

par Bloodybarbie
770728

Note du SoilChroniqueur (Arno) : grosse mandale dans la gueule/10

Putain, le niveau du mec ! Il est tout seul et il se permet de venir nous avoiner avec ces deux nouveaux titres alors qu’il n’a rien sorti depuis plus de dix ans ! Le culot ! Mais quand on aime le Brutal Death bien technique joué au métronome, on ferme un peu son claque-merde et on savoure ces quelques minutes de gutturalité outrancière.

Lire l'article
0 Commentaires
8 mai 2019

Guttural Secrete – Stains of Debridement

par Bloodybarbie
Guttural Secrete

Note du SoilChroniqueur (Arno) : 10/10

Auteurs de deux albums monstrueux en 2006 et 2013, les Américains de Guttural Secrete reviennent enfin à la charge avec certes uniquement un single mais qui ouvre grand les portes à une prochaine nouvelle sortie.

Lire l'article
0 Commentaires
Devour the Unborn

Note du SoilChroniqueur (Arno) : 7,5/10.
Avec Andy Tseung au chant, passé par Defeated Sanity et Kraanium, on se doute bien que Devour the Unborn ne fait pas dans la douceur de vivre. Aussi, les cinq titres de l’EP Liturgy of irreverent Oblation sont l’occasion de se faire déflorer la rondelle merdeuse à grands coups de manche de pioche dans un style proche des poètes italiens de Vulvectomy.

Lire l'article
0 Commentaires
31 mars 2019

Sintury – Disgorging the Dead

par Bloodybarbie
sintury

Note du SoilChroniqueur (Arno) : 8/10.
Sortie originale : 1998
Je commencerai en présentant mes excuses concernant la pauvreté des informations récoltées au sujet de cette réédition de Disgorging the Dead, n’ayant pas été en mesure de trouver la date exacte de cette sortie exclusivement en cassette et limitée à cent-cinquante exemplaires.

Lire l'article
0 Commentaires
9 janvier 2019

Corpsefucking Art – Splatterphobia

par Bloodybarbie
corpsefuckingart

Note du SoilChroniqueur (Arno) : 8,5/10.
Comme nous sommes entre nous, je peux dire que le dernier Deicide est, au mieux, triste. En revanche, Cannibal Corpse continue de sortir de très bons albums mais ils ne peuvent pas en écrire plusieurs par an. Du coup, pour tous ceux qui sont restés sur leur faim, il y a les Italiens de Corpsefucking Art.

Lire l'article
0 Commentaires
2 janvier 2019

Antropofago – Démo

par Bloodybarbie
antropofago

Note du SoilChroniqueur (Arno) : 7,5/10.
C’était une sacrée démo que les Français d’Antropofago nous avaient sortie en 2010. Quatre titres de Brutal Death Métal parfaitement maîtrisés, avec une sale ambiance de carnage et de cannibalisme sordide, le tout porté par une assise technique absolument impeccable que je rapprocherais presque du grand Kronos : parfait de bout en bout.

Lire l'article
0 Commentaires
1 décembre 2018

Lividity – Perverseverance

par Bloodybarbie
lividity

Note du SoilChroniqueur (Arno) : 8/10.
Les fêtes de fin d’année approchant, si je devais offrir quelques disques, j’en vois déjà trois qui finiraient sous le sapin : les derniers Imperial Triumphant, Pyrexia et donc Lividity.

Lire l'article
0 Commentaires
13 novembre 2018

Pyrexia – Unholy Requiem

par Bloodybarbie
pyrexia

Note du SoilChroniqueur (Arno) : 9/10.
Il est impossible de tout écouter et le jugement de valeur que je m’apprête à émettre est donc hautement subjectif mais ce nouvel album de Pyrexia, Unholy Requiem, est sans doute l’un des meilleurs disques de Brutal Death de l’année écoulée.

Lire l'article
0 Commentaires
8 octobre 2018

Ossuary Anex – Holy Blasphemition

par Bloodybarbie
ossuaryannex

Note du SoilChroniqueur (Antirouille) : 9,5/10.
Formé en 2008 en Russie, Ossuary Anex sort un premier album Awakening en 2012 puis un second en 2016, Mutilation through Prayer. Ce mois de septembre voit l’arrivée d’un EP cinq titres dont trois inédits signé chez Xtreem Music.

Lire l'article
0 Commentaires
30 avril 2018

Depravity – Evil Upheaval

par Bloodybarbie
depravity

Note du SoilChroniqueur (Arno) : 7/10.
Premier album pour les jeunes Australiens aux cheveux longs de Depravity (originalité du nom : zéro) après une démo trois titres en 2016, très bien. Du sang neuf. Encore. Toujours. De toute façon plus rien n’a le temps de vieillir donc, du Death Métal, on en bouffe jusqu’à plus soif.

Lire l'article
0 Commentaires