Black Stone Cherry – Family Tree

Le 20 avril 2018 posté par Willhelm von Graffenberg

Note du SoilChroniqueur (Metalfreak) : 9/10.
Je vante souvent les groupes qui nous font un revival des eighties mais lorsque d’autres formations vont puiser leur inspiration dans les racines d’un rock sudiste ou le blues cher à ZZ Top, Creedance Clearwater Revival, Lynyrd Skynyrd, Gov’t Mule, Led Zeppelin, AC/DC ou autre Rose Tattoo, on ne peut qu’applaudir des deux mains.

Retour en début de page

Assumption – Absconditus

Le 20 avril 2018 posté par Willhelm von Graffenberg

Note du SoilChroniqueur (Antirouille) : 9/10.
Assumption nous vient de Palerme et, contrairement à son climat très radieux, ils ont choisi d’évoluer dans le registre sombre et mélancolique qu’est le Doom Death Metal. Après une démo, Mosaic of the distant Dominion parue en 2012, et un EP, The three Appearances en 2014, ils nous proposent aujourd’hui Absconditus sous le label spécialisé dans le métal et compatriote Everlasting Spew Records.

Retour en début de page

Auri – Auri

Le 19 avril 2018 posté par Willhelm von Graffenberg

Note de la Soilchroniqueuse (Bloodybarbie) : 8.5/10.
Il m’a fallu moins d’une minute pour desceller le grand potentiel qu’annonçait ce premier album d’un groupe dont je n’avais même pas entendu parler et ce sans même me spoiler au sujet les musiciens qui se cachent derrière ce nom inconnu, avant de voir que c’était le nom du nouveau projet de Tuomas.

Retour en début de page

Nesseria – Cette érosion de nous-mêmes

Le 19 avril 2018 posté par Willhelm von Graffenberg

Note du SoilChroniqueur (Lusaimoi) : 9/10.
Une pochette pour le moins sublime, un titre sombre et énigmatique, et un genre évoluant entre la violence du Hardcore et la noirceur du Black Metal. Il n’en fallait pas plus pour attiser ma curiosité.

Retour en début de page

Felskinn – Mind over Matter

Le 18 avril 2018 posté par Willhelm von Graffenberg

Note du SoilChroniqueur (Antirouille): 7/10.
Le premier album d’Andy Portmann voit le jour en 2006, puis le groupe se sépare pour divergence musicale en 2008. Persévérant, Andy change le line up au grand complet et commence alors un nouveau travail de composition.

Retour en début de page

Metaprism – Catalyst to awakening

Le 18 avril 2018 posté par Bloodybarbie

Note du soilchroniqueur (Christopher) : 6/10

L’Angleterre et sa culture rock qui nous déchainent depuis de nombreuses années et avec ses nombreux groupes de Metal, une musique qui nous fasse autant vibrer… Je me suis alors penché sur un groupe Britannique : Metaprism. Ca sonne metal, hein ?

Retour en début de page

Bulletboys – From out of the Skies

Le 17 avril 2018 posté par Willhelm von Graffenberg

Note du SoilChroniqueur (Metalfreak) : 7,5/10.
Quelle persévérance que celle de Marq Torien. Le voilà qu’il revient avec un nouveau line up, un nouveau label et surtout une nouvelle énergie pour nous proposer ce From out of the Skies pour le moins carton.

Retour en début de page

Cakewet – Face

Le 17 avril 2018 posté par Willhelm von Graffenberg

Note du SoilChroniqueur (Arno) : 7,5/10.
Pris que nous sommes trop souvent dans cet exécrable tourbillon de la vie, on perd parfois de vue les choses essentielles : l’humour, les blagues bien grasses et le gore à deux balles. C’est dans cette démarche altruiste que je suis tombé sur le premier album des Suisses de Cakewet : Face.

Retour en début de page

Pestilence – Hadeon

Le 16 avril 2018 posté par Willhelm von Graffenberg

Note du SoilChroniqueur (Arno) : 8,5/10.
J’ai écouté Pestilence pour la première fois avec Spheres (1993). Je veux dire que j’ai réellement acheté l’album lors de sa sortie. Et autant je trouve du charme aux disques précédents, genre un bon vieux Consuming Impulse (1989), autant tout ce qui est sorti après m’a laissé froid.

Retour en début de page

Chaostar – The undivided Light

Le 16 avril 2018 posté par Willhelm von Graffenberg

Note du SoilChroniqueur (Arno) : 7,5/10.
A priori, nul besoin de présenter Chaostar, la formation Neo classique de Christos Antoniou (SepticFlesh). Cela fait presque vingt ans que ce dernier laisse parler son goût pour les orchestrations et le symphonique, avec ou sans le soutien des purs fans de Métal, The undivided Light restant fidèle à ce que l’on connaît déjà.

Retour en début de page