Sunken – Departure

Le 24 mai 2017 posté par Metalfreak

Note du SoilChroniqueur (Metalfreak) : 9/10

Sunken est un groupe d’Århus (Danemark) formé en 2012 sous le nom de Arescet avant de prendre ce nom l’année suivante. Une démo verra le jour en 2013 (« The Crackling of Embers ») et voilà enfin leur premier album.

Retour en début de page

Zombie Lake – The Dawn of Horror

Le 23 mai 2017 posté par Bloodybarbie

Note du SoilChroniqueur (Metalfreak) : 5,5/10

S’il y a un groupe avec lequel, dans le thrash metal, j’ai toujours eu beaucoup de mal, c’est bien Protector, la faute à un riffing que j’ai toujours eu tendance à trouver poussif et un chant qui m’a toujours irrité en un temps record. Les compositions des albums, que ce soit “Golem”, “A Shedding of Skin” ou “Urm the Mad” (pour les plus anciens) m’ont toujours bien plu, mais ce chant et l’attaque des riffs me cassaient un peu mon plaisir ! Mais pourquoi parler de Protector alors qu’on s’intéresse à Zombie Lake ? Pour la bonne et simple raison que le chanteur de ce dernier n’est autre que l’Allemand Martin “Golem” Missy, qui officie dans Protector, accompagné de la section rythmique d’Arkham 13 (groupe harcore / thrash US) et du guitariste américain Ryan “Rion” Lipynsky (Force & Fire, Hollow Senses, Serpentine Path, The howling Wind, Thralldom, Unearthly Trance).

Retour en début de page

Within the Ruins – Halfway Human

Le 23 mai 2017 posté par Bloodybarbie

Note du Soilchroniqueur (Willhelm von Graffenberg) : 9/10

Vous connaissez Obscura et ses riffs tortueux et techniques ? Vous connaissez Born of Osiris et ses rythmiques alambiquées comme un calvados fermier dont le degré éthylique ferait foncer une mob’ 103 à 200 à l’heure ? Vous connaissez All that remains et sa puissance de feu rythmique régulière comme les chenilles d’un tank? Vous connaissez Lamb of God et sa lourdeur aussi pachydermique qu’une hippopotame en tutu dans Fantasia ? Bon… Que vous connaissiez ça ou pas, ça ne change rien au fait que si vous les mélangez, vous obtenez la touche personnelle de Within the Ruins, mélodie en sus, et leur cinquième album Halfway Human ne déroge pas à cette recette implacable.

Retour en début de page

Havukruunu – Kelle surut Soi

Le 20 mai 2017 posté par Bloodybarbie

Note du SoilChroniqueur (Metalfreak) : 9,5/10

Il y a deux ans, j’avais déjà dit tout le bien que je pensais de cette entité Finlandaise qui nous avait sorti, avec “Havulinnan”, un album majestueux de black metal pagan du plus bel effet.
Putain deux ans, oui !

Le duo nous avait habitué, depuis sa formation en 2013, à accumuler les sorties : une démo en 2013, une autre en 2014, un EP, deux singles et leur premier full length en 2015… puis silence radio pendant deux ans ?! Il faut dire que Hümo, qui tenait la basse et le chant là où Stefan se chargeait des guitares et de la batterie, s’en est allé. Stefan recruta donc Noitavalo pour prendre tout ce qui est batterie et percussions pour garder la guitare et la basse, et tant qu’on y est, le chant dans la foulée. Deux ans donc, pour composer ce “Kelle surut Soi” qui reprend les choses là où Havukruunu les avait laissées deux ans plus tôt et il faut reconnaître que l’effet sur la musique du duo est pour le moins bénéfique.

Retour en début de page

Life of Agony – A Place where there’s no more Pain ...

Le 20 mai 2017 posté par Bloodybarbie

Note du SoilChroniqueur (Arno) : 8/10

« Rivers Run Red » (1993), c’est l’un des grands albums de mon adolescence. Des textes sublimes, la voix unique de Keith Caputo (aujourd’hui Mina Caputo, je vous laisse découvrir l’étonnant parcours de l’artiste), une pesanteur extrême (difficile de s’accorder plus bas), un groove monstrueux et une vraie révolution dans le milieu Hardcore du fait de l’esprit romantique qui animait chacune des compositions. Pour moi, cette œuvre reste incontournable, aujourd’hui plus que jamais.

Retour en début de page

The Dead Daisies – Live and Louder

Le 20 mai 2017 posté par Bloodybarbie

Note du SoilChroniqueur (SlyTale) :8,5/10

The dead Daisies ! S’il y a un bien un groupe qui m’a fait du bien l’année dernière, c’est celui-là ! Excusez du peu : un « all-star band » à côté duquel j’avais réussi à passer et qui, en guise de punition, m’a foutu une grosse baffe dans la gueule, suivi d’un bon coup de pied au cul avant de me signifier qu’entre nous, maintenant, c’était pour longtemps. Je vous raconte cette histoire ? Oui ? Elle commence, comme dans les contes de fées, par cette phrase qui nous faisait blottir plus profondément dans notre lit, le doudou calé contre la joue (sauf les apprentis pervers qui se le calaient dans l’entre-jambe, ne me dites pas le contraire je vous prie : frotter son doudou contre le zizi ou la nénette – parce qu’on utilisait ces termes à l’époque, ne me faites pas croire que vous utilisiez des termes de biologie plus avancée – en écoutant l’histoire de Blanche Neige, c’est pervers. Même si, vous avez raison, La Belle et la Bête aurait pu s’appeler La Zoophile, La Belle au Bois Dormant : Le Nécrophile et Blanche Neige : La Partouzeuse. Ça y est j’ai dévié, je suis incorrigible)…

Retour en début de page

Honey Bombs – Wet Girls and other funny Tales ...

Le 20 mai 2017 posté par Bloodybarbie

Note du chroniqueur (SlyTale) : 7/10

– Salute a tutti, ragazze e ragazzi! Come va? Bene? Tanto meglio!
– Mais pourquoi tu parles en italien, Sly? T’es con ou quoi?
– Ma no! Non è colpa mia, devo fare una cronaca di Honey Bombs, un grupo di Roma, percio, volevo mettermi nell’ambiente…
– Oui bah t’es gentil mais tu étaleras ta science en langues étrangères quand t’iras commander des gelati sur la piazza Castello de Turin, en attendant tu nous emmerdes, alors tu vas nous faire le plaisir de causer français, vu?
– Mais ce sont des romains! Du pays de César! Et il faut bien rendre à César ce qui est à César, non? « Redendum est Caesari quod est Caesaris » comme on disait dans le temps!
– Et mon pied dans la partie que les Grecs anciens aimaient tant, ça te botte?
*Temps (très) court de la réflexion*
– OK ! OK ! C’est bon !
(Fin du préambule et je suis content de pas avoir à chroniquer un groupe russe, je maîtrise pas trop le cyrillique)

Retour en début de page

Jack Russell’s Great White – He saw it comin’ ...

Le 20 mai 2017 posté par Bloodybarbie

Note de la SoilChroniqueuse (Excalibur) : 8/10

Ex chanteur du groupe de hard californien Great White, Jack Russell est le genre de mec qui a besoin de passer par des chemins de vie tortueux, bourrés d’embuches et excès en tout genre pour sortir le meilleur de lui-même.

Séparé de son ancien groupe depuis 2011, il monte sa nouvelle formation Jack Russell’s Great White et se colle direct dans les embrouilles judiciaires avec ses anciens petits camarades pour utilisation du nom Great White dans sa nouvelle formation… Histoire de fêter dignement la victoire de son procès, il se lance ensuite dans la composition de son premier album He saw it comin’, rejoint notamment par un autre ancien acolyte de Great White, Tony Montana à la guitare et aux claviers.

Retour en début de page

Opalized – Rising from the Ashes

Le 20 mai 2017 posté par Bloodybarbie

Note du Soilchroniqueur (Willhelm von Graffenberg) : 7.5/10

A cette époque de changement au Palais de l’Élysée, il est temps de se faire opaliser par des bordelais et leur EP 7-titres intitulé Rising from the Ashes.

Si les diamants sont les meilleurs amis des filles, Opalized a tout pour enjoaillier les metalleux. « The Fall » tombe à point nommé comme introduction, très lancinante et aussi trompeuse qu’un strass qu’on prendrait pour un diamant, car les joyaux drilles d’Opalized nous amènent à penser qu’ils vont nous sortir un truc atmospheric quand leur prisme va davantage vers le Thrash Death (dont le grunt de Boris Kasnov n’est pas sans évoquer celui de Stéphane Buriez de Loudblast), ce qui se confirme aussitôt par « Gives it back », dynamique et énergique, tendant par passages de voix claire sur le Metalcore – ce qui parait cohérent : dynamique, mais avec le poil doux et soyeux car ils ont été élevés « opale ».

Retour en début de page

Sinister – Syncretism

Le 19 mai 2017 posté par Bloodybarbie

Note du SoilChroniqueur (Arno) : 8/10

Increvable depuis 1990 en dépit des nombreux changements de musiciens, Sinister revient environ tous les deux ans avec un nouvel album (même si « Dark Memorials » en 2015 ne contenait que des reprises).

On pourrait penser que les formations ayant une telle longévité voient leur inspiration se tarir peu à peu, il n’en est rien avec les Hollandais qui nous offrent avec « Syncretism » l’un des meilleurs albums 100% Death-Métal de ce premier trimestre.

Retour en début de page