Metalriff – Under my skin

Le 17 septembre 2020 posté par Metalfreak

Note du SoilChroniqueur (Metalfreak) : 9/10

Au risque de radoter, j’ai toujours eu une tendresse particulière pour la scène thrash metal Sud Américaine.
Et l’écoute de cet Under my Skin des Chiliens de Metalriff ne va surement pas me faire changer d’avis !

Retour en début de page

Starless Domain – ALMA

Le 17 septembre 2020 posté par Metalfreak

Note du SoilChroniqueur (Metalfreak) : 9,5/10

Il y a moins d’un an, je parlais de l’album EOS des Américains de Starless Domain et ne trouvais pas assez de superlatifs pour décrire cette invitation à un voyage intersidéral des plus passionnants !






Retour en début de page

Unsilent – Obscure and profane

Le 17 septembre 2020 posté par Metalfreak

Note du SoilChroniqueur (Metalfreak) : 7,5/10

Bon, au Chili, je ne sais pas trop ce qu’ils mettent dans la cazuela ou dans les empenadas, et encore moins dans le Pisco, mais ce pays – comme bon nombres de pays d’Amérique du Sud – ont une vision du metal extrême et de préférer le old school, telle qu’on se retrouve régulièrement avec des groupes qui nous font une musique à aller chercher dans les racines de leurs genres respectifs !






Retour en début de page

Cultum Interitum – Poison of being

Le 17 septembre 2020 posté par Metalfreak

Note du SoilChroniqueur (Metalfreak) : 9/10

Pour une nouvelle leçon de noirceur, de misanthropie et de chaos, c’est par ici que ça se passe !






Retour en début de page

Mad Sin – Unbreakable

Le 13 septembre 2020 posté par Bloodybarbie

Note du SoilChroniqueur (Hellvis) : 8,5/10

Trente ans de carrière pour Mad Sin qui s’est imposé comme l’un des leader du Psychobilly énergique, ça force le respect et c’est aussi excité que la contrebasse de St. Valle que j’ai décortiqué leur nouvel album Unbreakable.
Il aura fallu dix ans d’attente, depuis Burn and rise (2010), pour retrouver la bande à Koefte DeVille, et même si le line-up d’origine a été remanié (exit la guitare puissante et frénétique de Dr. Solido), la nouvelle mouture batterie/grattes s’en sort parfaitement (les riffs de « All my Friends » sont tout simplement incroyables).






Retour en début de page

Messiah – Fracmont

Le 13 septembre 2020 posté par Bloodybarbie

Note du SoilChroniqueur (Metalfreak) : 8,5/10

Depuis 1986, j’avais une petite tendresse pour ce groupe Suisse : non que les deux premiers albums “Hymn to Abramelin” (1986) et “Extreme cold Weather” (1987) confinent au génie, loin de là, mais Messiah a posé quelques jalons dans l’histoire du Metal extrême helvétique aux côtés d’Hellhammer/Celtic Frost, Coroner, Infected ou Excrutiation avec ce Thrash/Death Metal avec le petit soupçon d’originalité inhérent au groupes de la Confédération Helvétique !
Et encore en 2020, j’ai toujours plaisir à me recoller dans les esgourdes des titres comme “Nero”, “Extreme cold Weather” ou “Thrashing Madness”.






Retour en début de page

Jupiterian – Protosapien

Le 13 septembre 2020 posté par Bloodybarbie

Note du SoilChroniqueur (Arno) : 7,5/10

De mémoire, mon premier contact avec Jupiterian a eu lieu au dernier Netherlands Deathfest (2019, pas cette année bien sûr), ou encore au précédent peut-être, mais je me souviens avoir assisté à la prestation des encapuchonnés. Et sur scène, je dois reconnaître que c’était plutôt pas mal : sobre, sombre, le bon jeu de lumières, la bonne épaisseur de fumée, le bon degré d’alcoolémie, de quoi passer un chouette moment.






Retour en début de page

Demolizer – Thrashmageddon

Le 13 septembre 2020 posté par Bloodybarbie

Note du SoilChroniqueur (Metalfreak) : 8,5/10

Comme partout, on a, dans le Thrash Metal, ceux qui créent et ceux qui démolissent !
On a Kreator, on a aussi Demolizer, ça boucle une boucle de ceinture à cartouchières, quelque part… En plus, les mecs, ils te sortent un album le 11 septembre 2020, et l’appellent Thrashmageddon !






Retour en début de page

Putrid Offal – Sicknesses Obsessions

Le 13 septembre 2020 posté par Bloodybarbie

Note du SoilChroniqueur (Metalfreak) : 9/10

Enfin !

Enfin un vrai album à eux, avec tout plein de nouveaux titres, pour un Putrid Offal prêt à en découdre !

Entre les splits avec Agathocles (septembre 1991), Exulceration (novembre 1991), le fameux “Obscurum per Obscurius” (1992, avec SepulchralKrhomadeathSupurationDagon et Nocturnal Fears), les deux démos de 1991 (“Unformed”) et 1994 (“Promo 1994”), puis une séparation de 1995 à 2013, puis un retour avec un EP en 2014 (“Suffering”), une compilation “Premature Necropsy” reprenant les titres des splits, puis un “Mature Necropsy” (2015) avec les réenregistrements des titres de “Premature necropsy”, puis un EP en 2017 (“Anatomy”) avec encore des réenregistrements d’anciens titres : oui, “Sicknesses Obsessions” est le premier véritable full length des frappadingues des Hauts-de-France de Putrid Offal au bout de presque trente ans de carrière !






Retour en début de page

Ingested – Where Only Gods May Tread

Le 8 septembre 2020 posté par Bloodybarbie

Note du SoilChroniqueur (Antirouille): 10 /10

Ben bordel, quelle baffe!

Ingested hurle sa rage et sa haine sur la scène anglaise depuis 2006, a partagé un split en 2007 avec deux autres groupes anglais de brutal death metal, Crepitation et Kastrated et a enchainé avec deux EP et quatre albums. Ce mi-aout parait Where Only Gods May Tread, signé par Unique Leader Records.






Retour en début de page