Kamizol K – Rising

Le 16 janvier 2020 posté par Metalfreak

Note du SoilChroniqueur (Antirouille) : 9 /10

Kamizol K est de retour et compte bien te faire la misère en prenant une direction plus vénère que par le passé, un virage aux influences thrashhardcore bien plus marquées.

Retour en début de page

RoseNKreuZ – Crystal city

Le 16 janvier 2020 posté par Metalfreak

Note du SoilChroniqueur (Metalfreak) : 9/10

Le voilà !
Enfin !
Premier album pour les metalleux industriels Lyonnais de RosenKreuZ et… quel album !
Un groupe que j’ai raté en concert à Lyon en avril dernier pour des raisons dramatiques – mon Lil’freak de fils s’étant brisé le bras la veille et encore hospitalisé ce soir-là –, que notre Fast Freddy a superbement shooté ce soir-là, il me fallait ce nouvel album !






Retour en début de page

58 Shots – French rock revolution

Le 16 janvier 2020 posté par Metalfreak

Note du SoilChroniqueur (Metalfreak) : 9/10

58 Shots est un groupe français de Classic Rock moderne. Leur musique reprend les codes des années 70 avec une voix perchée dans les aigus et des solos de guitare épiques. Ils remettent au goût du jour un style que certains pouvaient croire mort et enterré… les sots !






Retour en début de page

Defixion – Tabella Defixionis

Le 15 janvier 2020 posté par Metalfreak

Note du SoilChroniqueur (Arno) : 7/10

Toujours à la recherche de nouveaux talents brutaux, Xtreem Music a décidé de signer la jeune formation américaine Defixion, qui propose donc via « Tabella Defixionis » son tout premier EP après deux démos parues en 2015 et 2016.






Retour en début de page

Agnostic Front – Get Loud !

Le 15 janvier 2020 posté par Metalfreak

Note du SoilChroniqueur (Metalfreak) : 8,5/10

Douzième album en 37 années de carrière et fort de quelques disques légendaires comme “Victim in pain” (1984), “Cause for alarm” (1986), “Liberty and justice for…” (1987) ou “One voice” (1992), le vétérans du hardcore New-Yorkais sont de retour et comptent une nouvelle fois nous fracasser les tympans en nous bottant sérieusement le cul !






Retour en début de page

Baroness – Gold & Grey

Le 15 janvier 2020 posté par Metalfreak

Note du SoilChroniqueur (Arno) : 9/10

Ne vivant pas comme un ermite, je connaissais bien sûr Baroness mais pas pour sa musique. Plutôt pour ses artwork superbes signés John Baizley et son concept de noms d’albums basés sur les couleurs (« Red Album ; Blue Record ; Yellow & Green ; Purple »). Alors pourquoi n’est-ce qu’aujourd’hui, avec « Gold & Grey », que je décide enfin d’écouter ? Peut-être bien qu’à force de voir les disques encensés un peu partout, cela a fini par me décider ?






Retour en début de page

Terrorizer – Live Commando – Commanding Europe 2019 ...

Le 15 janvier 2020 posté par Metalfreak

Note du SoilChroniqueur (Arno) : 6/10

Le seul intérêt de cette chronique tardive sera de porter à votre connaissance que, pendant qu’on se cramait la peau au soleil, Terrorizer sortait un Live enregistré en Hollande.






Retour en début de page

Black River Sons – Poison Stuff

Le 12 janvier 2020 posté par Bloodybarbie

Note du SoilChroniqueur (Metalfreak) : 9,5/10

Définition du « coup de coeur » : fascination pour une situation ou une personne.
Origine de l’expression « coup de coeur » : « Le coup de coeur marque une attirance forte et soudaine pour quelque chose ou quelqu’un. Basé sur l’organe des sentiments, le coeur s’agite ainsi face à ce qui nous rend heureux. L’expression n’est pas forcément liée à l’amour. »






Retour en début de page

Decem Maleficium – La fin de Satan

Le 12 janvier 2020 posté par Bloodybarbie

Note du SoilChroniqueur (Arno) : 7/10

Moi qui pensais que Les Acteurs de l’Ombre étaient voués corps et âmes à la scène française, la récente signature des Chiliens de Decem Maleficium me détrompe.

Officiellement, la formation existe depuis 2002, date de sortie de la démo « Nox Decima » mais ce n’est qu’aujourd’hui qu’elle propose son premier album, « La fin de Satan« , après un EP, une compilation et un single. On s’imagine aisément que pour séduire un aussi prestigieux label, le sextette a un bon paquet de solides arguments et il est vrai que ces sept compositions sont plutôt aguicheuses.






Retour en début de page

Eloy – The Vision, the Sword and the Pyre (part II) ...

Le 12 janvier 2020 posté par Bloodybarbie

Note du SoilChroniqueur (Metalfreak) : 8/10

Si, avec Rush ou Hawkwind, il y a bien un groupe de rock progressif quia bercé quasiment toute ma vie et ce, depuis mon enfance, c’est bien Eloy. Des albums passionants, aux univers divers mais toujours facilement identifiables de par l’attaque des titres par les musiciens jusqu’au chant inimitable de Frank Bornemann






Retour en début de page