24/7 Diva Heaven – Stress

Le 5 avril 2021 posté par Bloodybarbie

Note de la SoilChroniqueuse (Eireen Dole) : 7/10

Trois petites nanas berlinoises jeunes, pétillantes, drôles et acidulées ont sorti leur premier album « Stress » en mars dernier. Elles sont dans la lignée des groupes comme Hole4 Non Blondes ou L7 mais en moins trash.

Retour en début de page

Serj Tankian – Elasticity

Le 5 avril 2021 posté par Bloodybarbie

Note de la SoilChroniqueuse (Bloodybarbie) : 8/10

En attendant impatiemment le nouvel album de System Of A Down, suite aux révélations de deux titres sublimes l’année dernière, notre cher Serj Tankian, lui, ne s’arrête jamais, il bouillonne d’idées !






Retour en début de page

Evanescence – The Bitter Truth

Le 5 avril 2021 posté par Bloodybarbie

Note de la SoilChroniqueuse (Bloodybarbie) : 9/10

Un amour de jeunesse ne s’oublie jamais, surtout en ce qui ce concerne la musique. Les morceaux tubesques qu’on écoutait étant ados nous font remonter le temps et défiler de nombreux souvenirs de la belle enfance (ou pas). Evanescence a occupé une grande place de mon adolescence, puis j’ai vieilli et eux aussi. Evanescence (2011) ne m’avait pas tant convaincu et Lost Whispers (2017) m’avait déçu.






Retour en début de page

Epica – Omega

Le 5 avril 2021 posté par Bloodybarbie

Note du SoilChroniqueur (Gothicmelody) : 8,5/10

Quand on parle de metal symphonique, on pense souvent à un groupe comme Nightwish, mais il y en a un autre qui excelle dans ce domaine : Epica. C’est un groupe qui reste fidèle à son style d’origine et qui n’évolue pas beaucoup en dehors de ça. Leur nouvel album, intitulé “Omega” ne déroge pas à la règle.






Retour en début de page

Paranorm – Empyrean

Le 5 avril 2021 posté par Bloodybarbie

Note du SoilChroniqueur (Arno) : 8/10

Amateurs de thrash technique n’ayant pas peur de faire péter des envolées guitaristiques heavy, voici venir le tout premier album des suédois de Paranorm, qui s’étaient déjà fait un peu connaître en 2014 avec la parution du EP The Edge of Existence.






Retour en début de page

Nothing But Real – Nothing But Real

Le 3 avril 2021 posté par Metalfreak

Note du Soilchroniqueur (Celtikwar) : 6/10

Fusionner l’alternatif ou alterner la fusion. (Ndlr Posteur : Elémentaire mon cher Celtikson!)

Nothing But Real est un quatuor parisien de rock alternatif . Formé en 2018, le groupe sort rapidement deux singles (« Don’t you know » et « Noisy Mind ») qui donnent rapidement à la formation l’occasion de passer le cap de l’album. C’est avec le label M&O music que le groupe franchit cette étape pour ce premier LP sept titre : « Nothing But Real« .






Retour en début de page

Gravesend – Methods of Human Disposal

Le 3 avril 2021 posté par Metalfreak

Note du SoilChroniqueur (Arno) : 8/10

Gravesend, c’est l’histoire de trois New-Yorkais qui ont décidé de mélanger leur amour pour le black, le crust et le grind dans un seul et même album, le premier : Methods of Human Disposal.
A ce titre, la pochette est bien dans l’esprit underground « do it yourself », ce qui colle parfaitement à la musique proposée ici dans la plus totale urgence. Et pour cause : 15 titres en 27 minutes.






Retour en début de page

Avaland – Theater of Sorcery

Le 2 avril 2021 posté par Metalfreak

Note du SoilChroniqueur (Quantum) : 8/10

“Opéras. Ces mélodrames de grande classe pour tempéraments tragiques.” Roger Lemelin

J’ai toujours eu un peu de mal avec le style power metal. Non pas que je le trouve plus mauvais que les autres, loin de là! Mais je lui trouve fréquemment un vrai souci de rafraichissement, comme si ce style était resté figé sur une époque trop désuète. Je m’attendais donc le moment venu à découvrir enfin le groupe qui me permettrait de revoir mon jugement hâtivement sévère. Et puis les années passèrent, sans qu’aucun déclic n’intervienne. Je m’étais fait une sorte de raison, en me disant que je ne trouverais probablement jamais mon compte, que je suis fait pour les styles de metal très (trop) extrêmes, enfin vous voyez.






Retour en début de page

Fossilization – He Whose Name Was Long Forgotten

Le 2 avril 2021 posté par Metalfreak

Note du SoilChroniqueur (Antirouille) : 8/10

Jeune formation de São Paulo, Fossilization nait en 2020 de la rencontre entre V et P. Ces deux-là se sont connus dans Jupiterian, formation de sludge/death/doom metal dans laquelle Vakka officie depuis le début (2013) en tant que chanteur/guitariste et Paulo l’a rejoint derrière les futs depuis seulement 2019.






Retour en début de page

Note du SoilChroniqueur (Arno) : 7/10

Au regard des pochettes ornant les deux albums des Chiliens d’Infernal Thorns, on comprend vite qu’outre le death metal, le bouc est leur seconde passion. Peu original certes mais le rendu sur Inflicting Ravage to the Holy Cattle est plutôt chouette.
Du côté des influences, j’aurais tendance à comparer la formation à Infestdead ou encore les anciens Deicide (avec notamment cet usage des voix criardes), ce qui n’est pas pour me déplaire.






Retour en début de page