Great White Shark – Love your Mother

Le 23 mars 2024 posté par Metalfreak

Line-up sur cet Album


David Naville – Guitares, Basse, Chant / Nicolas Bonadio – Guitares, Basse, Chœurs.

Style:

Rock alternatif

Date de sortie:

1er mars 2024

Label:

M&O Music

Note du SoilChroniqueur (Metalfreak) : 9/10

 

Au rayon des belles surprises qui se transforment en coup de cœur, voilà le nouvel EP du duo Suisse (Lausanne) vivant à Berlin Great White Shark qui m’était, malgré un EP prometteur (selon la critique) “Time to be” (2021), qu’heureusement j’ai pu écouter à postériori, totalement inconnu.
Là, oubliez les grosses guitares, les blasts et l’outrance musicale, on se retrouve dans une espèce de rock alternatif bien saupoudré de new wave, dark wave et de sonorité gothic rock qui font plaisir à entendre.

Moins cru et moins direct que son prédécesseur, ce “Love your mother” se montre beaucoup plus sensible et intimiste, voire plus sombre : on sent que le duo a cherché à puiser dans des sons plus “anciens” pour les combiner à sa musique. Ce qui donne cinq nouveaux qui se veulent être autant de parties indissociables d’une histoire complete : pour paraphraser la bio, on est en presence de “cinq morceaux originaux qui entraînent l’auditeur dans une chronologie bien précise : De la naissance « Alone, Like You », à la vie téméraire et à l’excès de confiance qui peut en découler dans « The Night is Mine », aux doutes et aux revers dans « Walking on Thin Air » jusqu’à revenir aux sources et à l’essentiel dans « Love Your Mother », pour enfin trouver la paix et le bonheur dans « The Final Day ».”.

On pense tour à tour aux groupes de la scène goth rock des eighties (Fad Gadget, Cabaret Voltaire, Nick Cave, The Cure…), grâce à cette ligne de basse prédominante sur “Alone, like you”.
L’ambiance générale de “The night is mine” nous rappelle aussi à des moments des touts premiers The Sisters Of Mercy avec cette guitare sous accordée mystérieuse façon “Afterhours”.
Sombres et mélancoliques, les cinq titres se veulent très immersifs dans les émotions des deux compositeurs, comme un constat vibrant et poignant sur le moment où on fait le point sur sa vie, avec la s