Communication de nos partenaires

Empiresfall – A Piece to the Blind

Le 16 février 2018 posté par Willhelm von Graffenberg

Line-up sur cet Album


  • Franky Chigetti - Chant, Guitares
  • Alex "Mad" Bäm - Guitares
  • Dennis Gundelach – Basse
  • Nico Steffens - Batterie

Style:

Thrash Metal

Date de sortie:

16 Février 2018

Label:

Iron Shield Records

Note du SoilChroniqueur (Metalfreak) : 7,5/10

Du Thrash, encore du Thrash, toujours du Thrash Metal. Non, définitivement, je ne m’en lasse pas. Musique de vieux pour certain(e)s de mes chroniqueurs dont les initiales du pseudo évoquant une poupée sanglante commencent par un “B”, je continuerai, moi Chris “Metalfreak”, thrasher invétéré à faire connaître des groupes que mes oreilles considèrent comme intéressants, prometteurs, comme sortant un tantinet du lot d’un genre qui n’offre pas toujours beaucoup de surprises mais qui fourmille de petits groupes qui font très bien le métier !

Et quelque part, Empiresfall fait partie de ceux là ! Dix ans d’existence, un line up inchangé depuis 2013, un EP Place of Pain en 2009, un full length Riot en 2014, et voilà cet A Piece to the Blind qui déboule sans crier gare. Une production signée Jörg Uken, responsable du sons de groupes comme Suicidal Angels, Anvil, Sinister, God Dethroned entre une chiée d’autres et voilà comment se prendre (seulement) 28 minutes d’un Thrash Metal, old school tout comme il faut, réparties sur huit titres (dont une intro instrumentale mélodique), qu’on ne voit absolument pas passer.

Sorte de Testament croisé avec les excellents Suicidal Angels, Empiresfall ne s’embarrasse pas de superflu et nous assène un lot d’uppercuts pleine face avec un riffing souvent saccadé, des tempi allant du mid au full speed avec une facilité qui frôle l’insolence.

D’entrée, “Betrayers” nous colle une méchante envie de secouer tout ce qui ressemble à des cervicales : changements de rythmes, passage instrumental impitoyablement thrash, chant rageur et rauque, section rythmique âpre ! Tout y est.
“In Decay” qui suit ne lâche pas la pression : après une intro qui place le morceau, la musique d’Empiresfall s’intensifie méchamment : on a clairement l’impression de naviguer dans les eaux de Suicidal Angels, d’un old-Slayer ou d’un Sepultura époque Beneath the Remains pour le plus grand plaisir des nostalgiques du Thrash Metal des mid eighties.

En entendant l’intro de “Blood from the Sky”, on sent que le quartet cherche à varier les sonorités : si on reste toujours dans un Thrash Metal influence par le Heavy Metal, Empiresfall cherche à mettre de la variété dans l’homogénéité de sa musique. Un constat qui restera tout au long de l’écoute de cet album, avec quelques petits passages nous rappelant de grands moments comme le couplet de “Bloodshed and Chaos” qui nous fera immédiatement penser au titre “Black Metal” de Venom, ou un “Enemy of mine” particulièrement destructeur.

Alors en effet, si Empiresfall ne brille pas par une originalité débordante, on peut affirmer qu’il sont remarquables de par l’énergie et la conviction qu’ils mettent dans leur musique et, finalement, si je dois leur faire un reproche, c’est que 28 minutes, c’est un tantinet trop court. Remarque, en 1986, j’avais dit la même chose pour Reign in Blood

Tracklist :

1. The Descendant (1:33)
2. Betrayers (4:34)
3. In Decay (4:35)
4. Blood from the Sky (4:23)
5. Bloodshed and Chaos (3:00)
6. Wasteland (3:18)
7. Enemy of Mine (2:41)
8. A Piece to the Blind (4:49)

BandCamp : https://empiresfall.bandcamp.com/
Myspace : http://myspace.com/empiresfallmania
Facebook : http://www.facebook.com/empiresfallmania/
Youtube : https://www.youtube.com/channel/UCvukdA-CKtIcbeFDW6v0rtg

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green