Communication de nos partenaires

Black Stone Cherry – Family Tree

Le 20 avril 2018 posté par Willhelm von Graffenberg

Line-up sur cet Album


  • Chris Robertson – Chant, Guitares
  • Ben Wells – Guitares, Choeurs
  • Jon Lawhon – Basse, Choeurs
  • John Fred Young – Batterie, Percussions, Piano, Choeurs

Guest :

  • Warren Haynes – Chant et guitare sur 7

Style:

Hard Rock/Southern Rock

Date de sortie:

20 Avril 2018

Label:

Mascot Records

 
Note du SoilChroniqueur (Metalfreak) : 9/10

Je vante souvent les groupes qui nous font un revival des eighties mais lorsque d’autres formations vont puiser leur inspiration dans les racines d’un rock sudiste ou le blues cher à ZZ Top, Creedance Clearwater Revival, Lynyrd Skynyrd, Gov’t Mule, Led Zeppelin, AC/DC ou autre Rose Tattoo, on ne peut qu’applaudir des deux mains.

Sixième album full length pour le quatuor emmené par un Chris Robertson en grande forme, moins d’un an après un EP de reprises de blues, Black Stone Cherry continue son bonhomme de chemin en nous montrant avec ce Family Tree à quel point ils ont réussi à peaufiner leur musique.

Déjà, ce qui marque d’entrée quand on commence à écouter l’album, c’est le son ! Gros son.
C’est grâce à une production aux petits oignons que les quatre gaillards du Kentucky – état qui est aussi le nom d’un de leurs meilleurs albums – nous ont gratifié de ces treize titres tous réussis. Et les moments de bravoure ne manquent pas.
D’entrée, avec “Bad Habit”, le ton de l’album est donné : Hard Rock énergique, gros relents de Southern Rock, basse qui claque comme rarement, refrain au petits oignons et soli de guitare hallucinants sur une décélération brutale du rythme. Ça groove sévère et la première envie est de secouer la tête tout au long du morceau. Le chant de Robertson s’améliore d’album en album et semble avoir encore une marge de progression sous la semelle.

Dès que “Burnin’” commence, on a l’impression que le chanteur va se mettre à entonner les paroles « Clean shirt, new shoes / And I don’t know where I am goin’ to » tirées du « Sharp dressed Man » de ZZ Top tellement Black Stone Cherry flirte du côté des barbus Texans.

Le constat sera le même sur le riff introductif de « New kinda Feelin » qui lorgne un rien du côté du même groupe. Les touches de piano donnent un côté plus prononcé vers les racines d’un Rock n’ roll plus sixties ouvrant la porte à un côté plus western. Le refrain est juste incroyable et on s’imagine très bien voir ce morceau se prolonger et partir sur un jam improvisé des plus furieux en concert.

Plus on parcourt l’album, plus on se sent enivré par l’essence même de ces titres que le groupe a composés en s’inspirant des racines du genre : on se retrouve plongé dans un univers très Lynyrd Skynyrd à l’écoute de petites merveilles comme « Carry me on down the Road », « Get me over you », « You got the Blues » sur lequel Chris Robertson fait participer au chant son jeune fils de cinq ans sur les chœurs, ou « I need a Woman »…
Partout dans l’album, on a droit à nos petits moments de bravoure comme les chœurs prenants sur « My last Breath » qui, à l’instar du puissant « Ain’t nobody », nous fait penser aux meilleurs Creedance Clearwater Revival, un excellent « Southern fried Friday Night » qui survient comme un hymne de Rock sudiste, le formidable et entraînant « Dancin’ in the Rain » sur lequel Warren Haynes (Gov’t Mule, Allmann Brothers) vient non seulement poser sa voix pour un duo d’enfer avec Chris Robertson mais également jouer ses lignes de guitares lors d’un final incroyable de feeling et de folie, un plus calme « My last Breath » en milieu d’album comme pour adoucir le tempo le temps d’un morceau, …

Et au milieu de tout ça, un hommage appuyé sur le plus funky “James Brown” avec une nouvelle fois les chœurs qui font merveille. Black Stone Cherry nous a définitivement composé une petite merveille d’album qui se conclue sur un excellent titre éponyme bluesy tout comme il faut.

Bref, Family Tree se veut une formidable remontée dans les racines d’un (hard) Rock sudiste, de treize titres pour autant de pépites à se délecter sans modération, avec pour dénominateur commun un jeu de guitares monstrueux et tout en feeling, une basse claquante omniprésente et des chœurs qui feront frissonner plusieurs fois l’auditeur.

Une merveille !

Tracklist :

01. Bad Habit (3’15)
02. Burnin’ (3’28)
03. New Kinda Feelin (3’34)
04. Carry me on down the Road (4’34)
05. My last Breath (4’18)
06. Southern fried Friday Night (3’26)
07. Dancin’ in the Rain (featuring Warren Haynes) (3’57)
08. Ain’t nobody (5’09)
09. James Brown (3’58)
10. You got the Blues (4’09)
11. I need a Woman (3’19)
12. Get me over you (4’32)
13. Family Tree (5’10)

Site officiel : http://www.blackstonecherry.com/
Instagram : http://instagram.com/blackstonecherryofficial
Facebook : https://www.facebook.com/blackstonecherry/
Twitter : https://twitter.com/BlkStoneCherry
Youtube : https://www.youtube.com/user/blackstonecherry

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green