Communication de nos partenaires

Low Frequencies – The Styx

Le 6 novembre 2010 posté par Metalfreak

Line-up sur cet Album


Jean Noël Bonnaillie – Guitar & sonic and visual manipulations Nim – Mastering
Guest : Julien Wolf (Karnysera) – Guitar solo on “deeper and deeper”

Style:

Harsch indus / Metal / Drum n bass

Date de sortie:

Février 2010

Label:

Indépendant

Note du Soilchroniqueur (Metalfreak): 8/10


CHRO EXPRESS

Plus vite tu lis, plus ou moins vite tu écouteras…


Autant être clair d’entrée : si vous êtes le metalleux basique et sectaire qui ne jure que par des sonorités grattes/batteries/chant/basse au schéma couplet/refrain/couplet/refrain/solo/couplet/refrain, vous pouvez direct passer à la chronique suivante.
Ici, on va parler d’industriel, de techno, de drum ‘n’ bass, et un tout petit peu de metal.

Low Frequencies, rien que par son nom, vous donne déjà une idée de ce que leur musique propose : un voyage cauchemardesque dans les tréfonds des basses, des saturations outrancières et de la froideur de l’industriel le plus malsain.

Né des esprits déjantés de Jean Noël Bonnaillie – guitariste et âme pensante du groupe death/indus Nocturnal Fears – et de Nim, « The Styx » vous plongera dans un univers sombre, violent et incroyablement torturé où les rythmes, les sons de grattes et les samples vous pousseront jusqu’à la crise d’épilepsie : un peu comme si le « Come to Daddy » de Aphex Twin rencontrait son pendant le plus noir, ses angoisses les plus sombres, évoluant sans cesse dans un marasme duquel il est impossible de sortir sans des séquelles psychologiques irréversibles.

En 15 titres pour 75 minutes de folie furieuse, le duo, rejoint par Julien Wolf de Karnysera pour un solo sur « Deeper and deeper », pousse les expérimentations sonores avec un plaisir jusqu’au-boutiste des plus malsains, comme pour vous maintenir la tête sous l’eau jusqu’à l’anaérobie… voire la noyade.

Les origines metal de JN sont présentes quoique impalpables, seule l’agressivité qu’on peut reconnaître dans certaines approches permettent de s’y retrouver un brin, comme si Low Frequencies nous laissait nous accrocher à une rampe metal dans leur escalier sonore, avant qu’on s’aperçoive, une fois bien accroché, que cette rampe n’est ni plus ni moins qu’une lame de rasoir. Autant dire qu’on navigue à vue, mais qu’on se laisse transporter dans cette bouillie sonore tant par curiosité que par envie d’expérience dans les interdits.
Malgré tout, un vrai kiff !
A tenter… ne serait-ce que pour les 18 minutes incroyables de « In the depthes of madness » qui feront à coup sûr paniquer tous vos voisins.

Je me suis laissé avoir, je ne sais pas comment je vais m’en sortir.
Courir oui, s’enfuir oui… mais où se cacher ?

Site officiel : http://low-frequencies.net/
Myspace : http://www.myspace.com/lowfrequencies666

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green