Communication de nos partenaires

Immolation – Majesty and Decay

Le 14 mars 2010 posté par Fredo

Line-up sur cet Album


Ross Dolan: Chant, basse
Robert Vigna: Guitare
Bill Taylor: Guitare
Steve Shalaty: Batterie

Style:

Death Metal

Date de sortie:

05 Mars 2010

Label:

Nuclear Blast

Note du Soilchroniqueur (Gwenn):
8 / 10

Amateurs de Death Metal, est il vraiment nécessaire que je vous représente ce groupe? Bon, allez boire une bière, en attendant je précise pour les autres ! Immolation s’est formé en 1986, mais ne sort son premier album qu’en 1991 chez Roadrunner (Dawn of Possession). Un son morcelé et une voix gutturale, une technicité qui ne fait qu’augmenter, des prestations en live assassines, voilà ce dont sont capables Ross (basse et chant), Bill (Guitare), Robert (guitare) et Steve (batterie), le nouveau talent arrivé en 2005. Depuis 1998, le groupe américain sort ses disques de manière très régulière et le dernier vient tout juste d’arriver chez moi. Encore chaude et tremblante, la petite bête me fait un clin d’œil avant d’entrer dans mon lecteur. Notons au passage que la pochette, toute de glace vêtue, est particulièrement travaillée et pas trop « bling-bling », ce qui a un côté rassurant, posé.

Après une intro, sombre et pleine d’échos, « The Purge » marque la cadence avec des enchaînements rapides et techniques, quelques passages lourds et lents font de ce morceau quelque chose qui doit se déguster pas trop mal en live. « A Token of Malice » est un plongeon stylé dans l’univers sombre du groupe. Le travail des guitares est impressionnant, le souci de perfection ressort vraiment et la maîtrise des superpositions, des décalages et du rythme est là. Le quatrième titre, « Majestic of Decay », pétaradant et bien dans le style du groupe, un death noir et coulant comme une rivière de sang. Morceau toutefois reposant, affichant globalement une certaine lenteur et une escalade dans sa puissance. Je vois déjà mon pote favori, Ventilator, exécuter avec grand art un moulinet géant avec ses cheveux.

Trêve de bavardage avec Immolation pas de répit. « Divine Code » reste dans la même structure, à savoir un démarrage de Porsche puis des respirations lourdes. Seulement ce dernier diffère par une agressivité plus incisive que les morceaux précédents. Tout pour plaire aux fans ! « In Human Form », plus lourd encore, met en valeur la voix et la rythmique, encore un morceau fort à jouer en live, carrément excellent. « A glorious Epoch » sonne comme un hymne au Death. Situé au milieu de l’album, sa ligne musicale de fond est plus douce, claire. Le repos du guerrier, en somme. J’ai un faible pour celui là, avec ses accents progressifs vers le Doom voir un peu Black (mais où elle va chercher ça, la Gwenn ?), du moins dans l’esprit. La voix évolue dans le morceau et ça c’est appréciable. L’ensemble est cohérent et toujours aussi technique. Bravo les mecs, ça poutre !

Ha, elle est la mon « interlude », c’est là qu’on respire ? Sacré orage à ne pas mettre le pif dehors, cependant. Après la pluie le mauvais temps ! « A Thunderous Consequence » recale directement les choses avec sa rythmique presque entêtante, brutale, puis ses brusques tournants ! Le premier solo ultra rapide est à remarquer, aussi ! « The rapture of Ghost » se détache de l’ensemble sans peine. Plus découpé, il crée le paradoxe entre la brutalité et la lenteur. Un titre très réussi. « Power and Shame » nous refile une dernière correction, technique et rapidité sont mariées et attention, c’est encore un morceau complètement différent des autres ! La conclusion, « The Comfort of Coward », prouve encore une fois la capacité du groupe à aller très loin dans son style. Tout le morceau frissonne d’inventivité !

Vous avez pigé ? Immolation n’est pas du style à balancer des albums vides. Le 8eme album est vraiment quelque chose à mettre dans sa discographie. Non seulement le groupe ne se répète jamais, mais ils ne remâche pas non plus leurs précédents travaux. Toujours cette quête de mieux ! Vraiment pas de soucis, celui là vous pouvez y aller sans craintes, je m’engage à écouter un David Guetta en entier si vous êtes déçus.

Gwenn

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green