Communication de nos partenaires

Mon Hellfest à moi – Dimanche 18 juin 2017

Le 31 août 2017 posté par Metalfreak

Photos + report : Metalfreak
Galerie : ici

AMBIANCE 047 (Copier)

Il y a des mots difficiles à dire mais pour le coup, 24 heures plus tôt, elle avait raison, la Barbie Sanglante (pour comprendre ce que je veux dire, fallait lire le live report du samedi, lien en fin d’article, non mais !) : des ampoules, j’en ai beaucoup plus que la veille, à se demander si chacun de mes panards n’est pas une grosse ampoule à lui tout seul.
Bref, tant de détails un rien ragoutant n’empêchant nul optimisme, c’est avec un appétit féroce qu’on engloutit le petit déjeuner, toujours aussi copieux…
Et c’est toujours avec autant d’entrain que je booste tout le monde : je n’avais pas l’intention de louper le groupe d’ouverture.

Les Nancéens de Mortuary défonçaient l’Altar d’entrée et je ne regrettais pas mon empressement !
En une trop courte demi-heure, les vétérans nous donnaient une leçon de death metal, explosant toute oreille présente et ils ont même eu droit à un déluge de croissants. Elle n’est pas belle, la vie ?

31 Mortuary 20 (Copier)

D’ailleurs, à propos de Déluge, il y en avait un d’un autre genre sous la Temple juste après.
Un groupe de black metal bien furieux qui nous a joué un déluge de riffs assassins, séparant chacun de leur titre par des ambiances de… déluge. Tout se tient !
Et c’est sous un déluge d’applaudissements que le groupe termine son show.
Encore une belle découverte.

32 Déluge 05 (Copier)

Je passerai rapidement sur un Emptiness qui n’aura pas, malgré toute la conviction qu’ils auront mis dans leur set, réussi à me faire accrocher un tant soit peu.

34 Emptiness 05 (Copier)

Du coup, je me suis rabattu sur Vodun qui passait à la Valley en face et je me suis régalé avec ce mélange de metal et de sonorités africaines.
Un set que je n’aurai pas vu jusqu’à la fin car je tenais à assister à l’interview par Muchy des formidables Crippled Black Phoenix qui arrivait très vite… et de laquelle j’ai malgré tout réussi à louper le début.

33 Vodun 08 (Copier)

Des étoiles plein la tête grâce à la gentillesse de Justin Greaves pendant son interview et retour sur la Temple : si WelicoRuss ne pratique pas le genre de black metal que je préfère écouter, il faut leur reconnaitre une prestation du tonnerre. Un black metal pagan bien foutu, entraînant, et on en vient même à les plaindre tellement la canicule ne leur donne pas les meilleures conditions pour se produire en peaux de bête.
Toujours est il que le set a été une pure explosion.

35 Welicoruss 09 (Copier)

La Valley permettait de voir The Vintage Caravan : un groupe de hard rock aux sonorités seventies, sorte de Led Zeppelin en version survitaminée.
Les trois gaillards se la donnaient pendant une heure non stop avec une énergie communicative hallucinante et ont donné un des meilleurs shows des trois jours, rien que ça !

36 The Vintage Caravan 18 (Copier)
Et dire qu’ils sont tout aussi géniaux sur album.
J’en redemande !
Mais il m’a fallu écouter un brin : un groupe de thrash metal qui se produit, ça m’attire obligatoirement : Ghoul, en plus, visuellement, ça vaut le détour ! Déguisés de façon grossière, avec grosses effusions d’hémoglobine façon films de d’horreur de série Z… Ghoul se la joue kitsch au possible en nous balançant un pur thrash metal dans les oreilles.
Un vrai kif !

37 Ghoul 01 (Copier)

Encore une fois, la programmation n’a pas été tendre avec moi : mettre Crippled Black Phoenix et Hirax aux même horaires. Une fois de plus, il a fallu couper les sets en deux.
Et commencer par CBP a été un pur régal, mais aussi un crève-cœur tant ce groupe au line up exponentiel (dans tous les sens du terme) a confiné au génie.

39 Crippled Black Phoenix 14 (Copier)
Mais Hirax, que j’adore depuis l’adolescence, je n’allais pas les laisser passer ! Et le groupe n’hésitait pas à montrer qu’il était heureux d’être là.
Thrash metal furieux, prestation haut de gamme, un Katon De Pena des grands jours… et même la surprise de voir le guitariste me tendre un médiator… pour que je l’offre à un petit bonhomme de dix ans derrière moi, ce qui a donné lieu ensuite à un pur moment de délires au carré VIP avec les membres du groupe, d’une gentillesse absolue.
Inoubliable !

40 Hirax 18 (Copier)

Thin Lizzy + Ricky Warwick = Black Star Riders et encore un set à ne pas louper. Et ça valait le coup de les voir. Là où on pouvait s’attendre à avoir beaucoup de titres de Thin Lizzy, on n’en a eu qu’un seul (“The boys are back in town”) et une reprise de la chanson traditionnelle “Whiskey in the jar” que le groupe avait sorti à leur sauce en single en 1972.
Sept autres titres tires des albums de Black Star Riders compléteront le set d’un groupe en grande forme !
Une merveille, qui montre aussi que, vocalement, Warwick n’a rien à envier à Phil Lynott.
All Hell Breaks Loose
Heavy Fire
The Killer Instinct
When the Night Comes In
The Boys Are Back in Town (reprise Thin Lizzy)
Kingdom of the Lost
Finest Hour
Bound for Glory
Whiskey in the Jar (chanson traditionnelle)

41 Black Star Riders 02 (Copier)

Pourtant jouant un genre musical qui me laisse assez froid, je tenais à voir Ufomammut, déjà parce que bon nombre de mes amis m’ont assez rabâché que ça valait le coup d’oreille en conseil.
Et il faut bien l’admettre, ils ont raison, au point que je me suis repenché de beaucoup plus près sur leurs albums, que j’avais juste survolé à leurs sorties.
Si en studio je reste toujours aussi peu réceptif après coup, je suis bien obligé d’admettre qu’ils m’ont mis le cul par terre lors de leur passage à la Valley !
Puissant, lancinant, répétitif, oppressant, et réussissant à prouver que la violence ou la brutalité n’était pas forcement qu’une question de tempo !
Grandiose.

42 Ufomammut 05 (Copier)

Voyons voir : des amis sont en plein apéro au camping (ok, il n’est même pas 17 heures mais depuis quand y a-t-il des règles établies pour ça ?). Arkhon Infaustus (déjà vus), Candiria (m’intéresse moyennement) et A Day To Remember (Mainstage trop loin) vont être zappés. Les jambes sont (très) lourdes mais le simple mot « apéro » redonne une patate infernale.
La combinaison de ces trois données font que j’ai été retrouver mes amis pour aller boire quelques substances inavouables à consommer avec modération avec un grand “Alors, on n’attend pas Metalfreak ?”.
Bref, apéro par temps bleu, apéro délicieux… Apéro pendant Candiria, ben apéro quand même…

AMBIANCE 079 (Copier)

J’y serais bien resté un peu plus mais Sanctuary, quand on est fan, ça ne se loupe pas !
Encore un set que je ne voulais pas louper : depuis “Refuge denied” qui fait partie des albums que je me recolle régulièrement dans les oreilles, ce groupe fait partie de mes préférés. Avec tout le respect que Nevermore mérite, ma préférence a toujours été Sanctuary dans la carrière d’un Warrel Dane pour le moins survolté ce jour là !
Seulement deux titres tires de “Refuge denied” avec l’époustouflant “Die for my sins” et “Soldiers of steel”, trois de “Into the mirror black” (“Future tense”, “Taste revenge”, “Seasons of destruction”) et quatre de “The year the sun died” (“Arise and purify”, “Let the serpent follow me”, “Question existence fading” et “Frozen”), le tout pour une prestation explosive qu’on aura regretté trop courte.
Entendre des “Battle angels”, “”Communion” ou la reprise de Jefferson Airplaine (“White rabbit”) en prime aurait été le must, mais c’est juste pour chipoter !

Arise and Purify
Let the Serpent Follow Me
Die for My Sins
Seasons of Destruction
Future Tense
Question Existence Fading
Frozen
Soldiers of Steel
Taste Revenge

43 Sanctuary 12 (Copier)

Après un retour à l’apéro, il y avait un autre groupe de légende à ne pas louper : Blüe Öyster Cult !
Si la magie n’est plus aussi forte qu’à leur grande période, le set se laissait voir avec grand plaisir nostalgique.
La simple vue de la setlist suffit à décrire le pur bonheur que ce set a donné à une assistance conquise d’avance. Pour ma part, un bon “Black blade” m’aurait définitivement comblé mais le souvenir reste fabuleux.

The Red & the Black
Golden Age of Leather
Burnin’ for You
ME 262
Then Came the Last Days of May
Tattoo Vampire
Godzilla
(Don’t Fear) The Reaper
Rappel :
Hot Rails to Hell
Cities on Flame With Rock and Roll

44 Blüe Öyster Cult 11 (Copier)

Metal Church a été à la hauteur de ce que j’attendais d’eux !
Véritable avant gout du Sylak, leur show a été explosif avec d’entrée, un “Fake healer” limite orgasmique. Metal Church live, c’est de la tuerie absolue, bien rodée, avec son lot de titres intemporels (“Fake healer” donc, mais aussi “Start the fire”, “Beyond the black”, “Badlands”…).
Alors les voir deux fois le même été, c’est un pur régal…

Fake Healer
In Mourning
Needle and Suture
Start the Fire
Gods of Second Chance
Date with Poverty
Killing Your Time
Beyond the Black
Badlands
The Human Factor

45 Metal Church 01 (Copier)

Dernier groupe que je voulais voir : Emperor !
Accompagné par le line up de Leprous, Ihsahn nous a balance une véritable déflagration sonore à l’énergie hallucinante.
La fatigue étant de plus en plus forte, je me suis contenté de shooter les troisième morceau et de suivre la suite du concert posé au fond de la Temple.
Le groupe a joué l’intégralité d’”Anthems to the welkin at dusk” sorti vingt ans plus tôt et a feté dignement l’anniversaire de cet album mythique.
En rappel, “Curse you all men !” de “IX equilibrium”, ainsi que “I am the black wizards” et “Inno a Satan” d’”In the nightside eclipse”.
Une vraie tuerie !

Alsvartr (The Oath)
Ye Entrancemperium
Thus Spake the Nightspirit
Ensorcelled by Khaos
The Loss and Curse of Reverence
The Acclamation of Bonds
With Strength I Burn
The Wanderer
Rappel :
Curse You All Men!
I Am the Black Wizards
Inno a Satana

46 Emperor 03 (Copier)

Les jambes trop lourdes, le dos en vrac d’avoir porté un sac pendant trois jours, je me suis pose au VIP pour écouter Hawkwind, depuis l’endroit d’où j’ai écouté Chelsea Wolfe la veille, m’assurant une qualité sonore parfait (à défaut de vision).
Fidèle à leur space rock tel qu’on le connait depuis les années 70, Hawkwind a fait le métier avec une setlist fabuleuse.
Une belle façon de finir un Hellfest, laissant les OVNIS Perturbator de côté pour cette fois ci !

Earth Calling
Born to Go
You’d Better Believe It
Steppenwolf
Lost in Science
Into The Woods
The Machine
The Golden Void
Vegan Lunch

Cette édition 2017 du Hellfest, douzième du nom, ma quatrième d’affilée, a dépassé en tous points les espoirs que j’y avais placés. Des shows fabuleux, des moments d’amitiés inoubliables, des fous rires exceptionnels, des rencontres géniales.
Bref, vivement 2018 !

Un grand merci à Ben Barbaud, Roger Wessier, aux artistes et à tous ces gens qui, à leur manière, vous ouvrent les portes du rêve avec une clé de sol !

AMBIANCE 111 (Copier)

Mon Hellfest à moi : http://www.soilchronicles.fr/reports/hellfest2017-monhellfestamoi
Mon Hellfest à moi (images) : http://www.soilchronicles.fr/photographies/hellfest2017-monhellfestamoienimages
Mon Hellfest à moi : premier jour : http://www.soilchronicles.fr/reports/monhellfestamoi-vendredi16juin2017
Mon Hellfest à moi : premier jour (images) : http://www.soilchronicles.fr/photographies/lesimageshellfest-16juin2017
Mon Hellfest à moi : deuxième jour : http://www.soilchronicles.fr/reports/monhellfestamoi-samedi17juin2017
Mon Hellfest à moi : deuxième jour (images) : http://www.soilchronicles.fr/photographies/lesimageshellfest-17juin2017

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green