Communication de nos partenaires

Pour lire ou relire Les Dieux du Metal : Ronnie James Dio (PART I), cliquez ICI

En 1975 , après la sortie du premier album de Rainbow (« Ritchie Blackmore’s Rainbow ») avec entre autres  » Catch the Rainbow », « The Temple of the King » et l’immortel « The man on the silver mountain », seul Ronnie James Dio n’est pas « remercié » et le line-up du groupe change (ce ne sera pas la dernière fois !). Rising, leur second opus, paraît début 1976, et Cozy Powell (batterie), Jimmy Bain (basse) et Tony Carey (claviers) viennent compléter l’équipe… Aux manettes, c’est Martin Birch (futur producteur d’ Iron Maiden) qui officie. Aussi bon, sinon mieux encore que l’album éponyme, il se hisse à la 6ème place des ventes en Angleterre avec des morceaux comme « Stargazer », « Starstruck » « Tarot Woman », « Run with the wolf » qui explorent les thèmes de prédilection de Ronnie James : l’Héroïc-Fantasy. Le groupe, lors de sa tournée Européenne, jouera à Paris le 13 Octobre de cette année avec AC/DC en première partie ! Des extraits d’autres concerts (au JAPON, notamment…) serviront pour leur double-Live « On Stage », disponible dans les bacs  le 7 juillet 1977…

Le groupe peut-il  faire mieux ? Oui ! Il peut ! Et la preuve en sera donnée avec l’album Long Live Rock n’roll en 1978. En effet, ce disque contient une pleine brassée de « classiques », outre le titre éponyme, d’autres grands moments comme  » Kill the King « , « Gates of Babylon », « Lady of the Lake » ou encore « Rainbow eyes ».

Mais cet album sera le dernier pour Ronnie avec Rainbow. En effet, Ritchie Blackmore souhaite un changement musical plus orienté pour les radios. Son chanteur n’y tient pas et donc, Ronnie part. Il est contacté par Tony Iommi, guitariste de Black Sabbath, qui vient de perdre son chanteur Ozzy Osbourne pour des raisons relationnelles (mais aussi à cause des penchants d‘Ozzy pour l’alcool et la drogue). C’est donc la décennie 1980 qui commence ! Une décennie que tous ceux et toutes celles né(es) comme moi, au début des 60’s, considèrent comme LA décennie Metal !!! Trêve de souvenirs ! Cette décennie va voir la naissance de l’album que l’on peut considérer sans hésiter comme l’un des 100 meilleurs albums de l’histoire du Heavy Metal : Heaven & Hell. Produit à nouveau par Martin Birch, cet album contient seulement 8 titres, c’est vrai, mais quels titres !!! « Neon Knights », « Children of the Sea », « Die Young »… sans compter le titre éponyme ! Absolument indispensable !!!

Tout aussi indispensable sera l’album suivant, paru en 1981, The Mob Rules, qui, outre le morceau du même nom, contient lui aussi de très bons titres :  » The Sign of the Southern Cross », « Turn up the night », « Voodoo », « Country Girl »… Mais, une fois de plus, cette collaboration entre Ronnie et d’aussi ombrageux musiciens comme Tonny Iommi et le bassiste Geezer Butler, aussi fructueuse fût-elle, va mal, même très mal s’achever… En effet, fin 1982, l’album live Live-Evil est, entre les deux parties, sujet à controverses… Selon Ronnie, « Tony et Geezer venaient très souvent en retard au studio ou bien pas du tout !!! » Selon Iommi, « Ronnie venait régulièrement au studio pour trafiquer les bandes, afin que l’on entende sa voix en évidence »… Bref, tout dialogue devient impossible et Ronnie, suivi de Vinnie Appice, remplaçant de Bill Ward à la batterie, s’en va à nouveau, mais cette fois-ci pour former son propre groupe avec, outre Vinnie, l’ex-bassiste de Rainbow et Wild Horses Jimmy Bain ainsi que l’ex-guitariste du groupe Sweet Savage : Vivian Campbell

Suite de l’histoire de Ronnie James Dio dans le troisième et dernier épisode !

Par Thunderwarrior

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green