Communication de nos partenaires

While Heaven Wept

Le 30 juin 2011 posté par celtikwar

 

Bonjour, c’est Celtikwar du webzine français Soil Chronicles. Merci pour vos réponses.

1/ Pouvez-vous nous faire une présentation du groupe pour nos lecteurs?

WHW existe depuis 21 ans, et depuis nous avons sorti 4 albums, plusieurs compilations, plusieurs singles et un dvd. On est actuellement signés chez Nuclear Blast, et avons sorti un tout nouvel album en avril 2011, intitulé « Fear of infinity. »
Le groupe est composé de membres actuels et passés de groupes underground comme Solstice (UK), Twisted Tower Dire, Revelation, Altura, October 31, et bien plus encore.

2/ Votre style musical est difficilement classable, rempli de mélodies et d’émotions. Quels termes utiliseriez-vous pour le définir?

Alors que nous avons le plus souvent été classés comme « Doom metal épique » (et plus récemment métal progressif/ power metal également), il s’avère que nous n’avons jamais vraiment pris part dans un style particulier, bien que nous soyons plus que contents que nos auditeurs nous attribuent quelconque style musical.
La vérité, c’est qu’il faudrait environ 25 adjectifs ou plein de genres pour vraiment décrire la musique du groupe.
Donc au final, on parle juste de la « WHW Music » – et pour ceux qui n’auraient pas idée de quoi il s’agit, et bien c’est du métal avec un coeur et une âme authentiques.

3/ Vous n’êtes pas des plus productifs, quatre albums en plus de vingt ans de carrière. Comment procédez-vous pour composer vos albums? Qui au passage sont tous réussis.

N’oublions pas les nombreux singles, compiles et albums/dvd lives, de plus en 2011, nous avons sorti 7 LP même si techniquement, vous avez raison nous avons réalisé 4 « vrais » albums studio.
Quant à la composition des albums, il n’y a pas de « processus » précis, tout prend sa racine dans les évènements de la vraie vie qui sont de vrais « catalyseurs »- on fait tout simplement passer dans notre musique cette énergie et émotion, et la musique s’écrit honnêtement.
On écoute ce que la musique nous dit de faire… pour assurer un « flow » naturel entre les chansons, et parfois cela nous emmène à explorer nos archives de compositions inutilisées (plusieurs de nos albums sont composés de sons ou idées venus à nos esprits il y a bien longtemps…)
Parfois, même les chansons les plus géniales ne sont pas bonnes à entendre dans le contexte de l’album en cours, et il vaut mieux qu’elles « mûrissent » un peu.
Chaque note et chaque mot de nos albums existent car ils sont venus de nos coeurs.
Et merci pour le compliment… J’apprécie que vous trouviez les albums réussis, on veut s’assurer que chaque personne qui investit de l’argent (difficile à gagner) dans l’un de nos albums, ressente qu’il vaut le coup d’être possédé, même si la musique existe d’abord pour nos besoins personnels… Mais au moins, on veut s’assurer de faire le mieux possible à un moment donné, pour ceux qui voudraient nous écouter.

4/ La composition et l’enregistrement ont-ils été différents pour Fear Of Infinity?

En fait, la majeure partie de l’album est faite de matière qui devait à l’origine être inclue dans notre dernier album “Vast Oceans Lachrymose”, mais sur cet album la chanson “The Furthest Shore” était si massive et épique qu’elle prenait beaucoup d’espace dans l’album. Pour éviter qu’elle fasse de l’ombre aux autres chansons, on l’a mise à part.
Au bout du compte, je me suis rendu compte sur l’achèvement de « Fear of Infinity » que les deux albums font partie du même processus de deuil, et que ca soit conscient ou inconscient, ces deux albums sont un voyage au travers des conséquences d’une romance qui a fini de manière tragique.

Donc en fait toutes ces chansons ont les mêmes origines, et comme pas mal de groupes « While heaven sept » est l’histoire d’une vraie vie : la mienne.
Concernant le processus d’enregistrement, le seul point qui diffère pour « Fear of infinity » est que l’on n’a pas répété les compos en tant que groupe avant de commencer à réaliser l’album, nous disposions de peu de temps et nous n’avons terminé qu’un mois avant le mastering de notre album live “Triumph:Tragedy:Transcendence”, donc tout le monde devait répéter les compos de son côté… ce qui, en lui-même est un témoignage de qualité concernant les musiciens desquels j’ai su m’entourer.

5/ Est ce que le fait d’être signés chez Nuclear Blast vous a facilité les choses?

Et bien, ayant été aidés d’un budget évident, nous pouvions retourner au studio et boucler tout ça en bien moins de temps que d’habitude (avant de signer chez Nuclear, nous devions payer chaque enregistrement de nos poches, ce qui signifie que parfois le processus d’enregistrement pouvais prendre des années – car aucun de nous n’est riche, loin de là même.)

Toutefois, la réalité demeure qu’il y a beaucoup plus de travail et de pression lorsqu’on est des artistes de chez Nuclear, d’autant plus que “Fear Of Infinity” était notre premier album chez eux, et nous disposions d’un laps de temps très serré pour le réaliser.
On s’est débrouillés pour y arriver, mais ce n’est pas de cette manière que je voudrais aborder les choses dans le futur, – c’était extrêmement épuisant physiquement, émotionnellement, spirituellement et mentalement… mais pourtant, c’est exactement d’un album comme cela dont j’avais besoin pour avancer dans ma vie artistique.

6/ Quelles attentes avez-vous concernant ce nouvel opus et comment le présenteriez-vous?

C’est un album aux abords « difficiles » pour les fans… surtout pour ceux qui s’attendaient à un “Vast Oceans Lachrymose part 2”… car “Fear Of Infinity”est non seulement différent de cet album musicalement, et n’a pas la même atmosphère, mais il est également différent de tout ce qu’on a pu faire par le passé.
Pourtant, c’est clairement toujours du WHW. Je n’ai pas d’attentes précises concernant cet album, mis à part peut-être de savoir que les avis seront mitigés; c’est à dire que sois les gens vont vraiment l’apprécier, sois le détester totalement – et c’est exactement ce qui devrait se passer.
Etant donné la complexité de l’harmonie de l’album mais aussi des nuances, il faut vraiment l’écouter plusieurs fois pour « trouver la clé » qui nous fera accéder à ce que l’album est vraiment – et dans notre société actuelle, tumultueuse cela semble être un peu trop demander à tous ceux qui sont habitués à la « gratification instantanée » – surtout ici aux USA.
C’est un album profondément personnel, qui déborde d’une émotion authentique… peut-être même la plus authentique de tous les albums qui sortiront cette année… et certainement aussi l’album le plus brut, à vif des précédents albums de WHW.

7/ La partie rythmique notamment la batterie est plus en avant sur ce nouvel opus, pourquoi se choix?

Je pense qu’il s’agit ici de la nature des compostions plus qu’autre chose, même si nous nous efforçons toujours d’être plus accomplis en tant que musiciens également.
Si vous considérez que cet album commence avec la 3ème étape du deuil (la colère), il est évident que la batterie soit beaucoup plus agressive par rapport aux précédentes sorties.
La musique elle-même demande d’être vue sous différentes approches, et je pense que Trevor a réalisé des choses très intéressantes et à facettes multiples. Egalement, j’ai moi-même une vision très claire des parties de batterie, mais la musique a seulement ébauché cela; la patte unique de Trevor peut s’entendre au travers de l’album grâce à des accentuations rythmiques, et des textures dynamiques.
Je suis heureux que vous ayez mis en lumière cela, car c’est un aspect de “Fear Of Infinity” qui a été souvent négligé en faveur du chant ou des atmosphères.

8/ Les compositions suivent elles un même concept car le feeling qui s’en ressent reste commun aux sept pistes.

Et bien, comme mentionné précédemment toutes les compositions (pour les deux derniers albums) proviennent de la disparition d’une relation très spéciale, et à cause de cela il demeure un aspect très émotionnel au travers ces deux albums. Vous pouvez considérer que “Vast Oceans Lachrymose” représente le choc/ l’incrédulité, alors que “Fear Of Infinity” lui s’étend dans la colère, la dépression, et seulement à la fin, atteint l’acceptation.
Je n’ai pas pris conscience de tout cela avant la fin de la composition de “Fear of Infinity” (et Rain m’a aussi fait voir cela), et j’étais très accaparé par les détails et la minutie du processus d’enregistrement.

Chaque album de WHW est une sorte de voyage en lui-même, et devrait être écouté dans son intégralité – les chansons de doivent pas être écoutées seules ou tirées hors de leur contexte, car il y aurait un danger de ne jamais avoir la satisfaction de comprendre.

9/ Un grand bravo pour vos artwork qui sont toujours bien réalisés, celui de « Vast Oceans Lachrymose » est superbe. Comment les choisissez vous?

L’artwork fait partie intégrante de nos albums, au même titre que la musique et les paroles; toutes les images que nous avons utilisées représentent les émotions exprimées dans les chansons, et l’atmosphère globale de l’album.

Par le passé, j’ai passé longs jours et de nombreuses nuits à parcourir les galeries et collections d’art pour repérer des images qui me « parlent » autant que la musique, mais dans le cas de “Fear of Infinity” cela était une commande spécifique pour notre groupe, du brésilien Gustavo Sazes.

Il est très difficile de représenter graphiquement les concepts de « peur » et « d’infini / éternité », donc vraiment pour moi il n’y avait pas d’autre solutions pour atteindre le résultat que l’on attendait.
“Fear of Infinity” est un album à propos de l’espace intérieur, donc l’image de l’espace extérieur est absolument métaphorique.

10/ Qui sont les personnages représentés sur la pochette de « Fear of Infinity »?

Ce que vous pouvez voir représente une relation… une femme et un homme… qui par toutes leurs intentions représentent mon amour perdu, et aussi moi-même – je suppose.
Mais, la question à laquelle le public doit trouver une réponse par lui-même, est si ces visages émergent de l’obscurité ou non, ou bien même s’il y succombent? …

11/ Le titre d’ouverture  » Hour of Reprisal » étant plus speed et heavy que « Finality », voyez-vous la fin comme un moment plus mélodique? La naissance est-elle un moment plus brutal?

Etant donné que je ne suis pas (encore) papa, je ne sais pas si j’ai vraiment les arguments pour répondre à cette question! En fait, comme je l’ai énoncé précédemment, “Fear of Infinity” est la continuité d’un processus de deuil et de désespoir, et il se trouve que cet album commence avec violence et se conclut par une touche de paix… une paix triste… Mais néanmoins une acceptation.
Mais je vais m’avancer à dire que la plupart du temps, une naissance est un moment de grande joie, alors que la mort ne peut pas avoir lieu sans tristesse… même si les personnes décédées ont sûrement atteint la paix, personne ne meurt seul; c’est seulement ceux sont restés seuls parmi nous et abandonnés qui ont à supporter une profonde tristesse et des regrets.

12/ Dans combien de temps pensez-vous que la succession de « Fear Of Infinity » va-t-elle arriver?

Même si les futurs projets de N. Blast sont peu clairs pour le moment, l’ambition générale pour nous est de sortir un nouvel album dans les 18-24 mois. Cela ne devrait pas poser de problèmes, étant donné que j’ai plusieurs compositions qui « attendent au chaud » pour former un album. Une fois de plus, il s’agit d’influences existantes et un peu moins sombres atmosphériquement que “Fear of Infinity”.
J’attends avec impatience la réalisation de l’album, car il s’agira de la première fois que nous « partons de zéro », et que nous aurons tout à créer.

13/ Ayant déjà 20 années, pensez vous que While Heaven Wept est une histoire sans fin, composeriez-vous des titres à « l’inifini »?

Tant que je serais encore en vie, tant que je ferai de la musique et que j’avancerai dans ma vie musicale, il y aura toujours quelque chose à en tirer, comme WHW est en fait l’histoire de ma vie.

Il y a eu des moments où j’ai pensé que je pourrais me passer de ce groupe, mais il y avait toujours une tragédie ou un évènement de plus dans ma vie qui m’a rappelé combien WHW était nécessaire pour moi.

Et même s’il n’y avait que de la joie dans ma vie, je trouverais toujours des choses à exprimer de cette façon, mais depuis “Fear of Infinity” il n’y a eu que des coeurs brisés, et des conflits dans ma vie.
Comme on dit, seul le temps fera les choses…

14/ Je vous laisse conclure.

J’aimerais seulement remercier tous ceux qui ont soutenu WHW dans ces deux dernières décennies; cela représente beaucoup pour nous et on ne serait surement pas là où l’on est maintenant sans vous tous!

On espère tous vous voir sur la route, dans quelques semaines à l’occasion de notre tournée avec Primordial et Alcest (une des plus grandes affiches de tous les temps!) Et pour tous ceux qui tenteraient l’aventure du voyage qu’est “Fear Of Infinity”, j’aimerais vous demander de prendre le temps de l’écouter plusieurs fois, pour « s’en imprégner. « Merci ! »
Merci à vous pour cette opportunité de parler de WHW, et de “Fear of Infinity” !

 

 

Site:

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green