Communication de nos partenaires

Arès (2010)

Le 7 mai 2010 posté par Fredo

Donc la première question… vous vous êtes formés en 2006… donc trois ans après la sortie de l’album « Brennus «, ça fait quoi ?

Ca fait du bien ! C’est une reconnaissance, et on a bien potassé dessus, donc…

Parce qu’on sent un résultat assez carré, voire perfectionniste, qu’est ce que vous en pensez, de ça ?

Le groupe : Il y a beaucoup de concurrence, donc on a essayé de faire au mieux par rapport à ça, et aux pros. Sans se vanter, on n’est quand même pas trop trop loin du compte, ce n’est pas non plus la perfection, mais c’est de l’autoproduction, c’est un tout petit budget, on a essayé de faire au mieux avec ce qu’on avait.

Oui, au niveau du son c’est quand même super propre, un très chouette album !

Dan : Oui, tu vois, en rapport avec ce qu’il y avait dans les années 80, les gens sont beaucoup plus exigeants maintenant. Pas tant au niveau de l’enregistrement, mais au niveau de la qualité du son. Si l’album était bon et même si la production était moyenne, t’es toujours « fan ». Mais aujourd’hui, si t’as pas une bonne production, au minimum…tous les groupes français même étrangers !

Je sais que vous avez joué aussi dans un groupe nommé Willer… Qu’est ce qui différencie Willer et Ares ?

Dan : Willer c’était uniquement un groupe de reprise fait pour jouer dans les bars, pas un groupe de compos. Ares fait les deux. C’est un groupe de compos, mais on ne néglige pas non plus les reprises, on fait ce qu’on veut à notre niveau, mais on voudrait pouvoir jouer partout. Dans les bars t’as pas un public spécialement metal ou même rock, faut plaire à un maximum de gens, si tu balances que tes compos, ça marche moyen, en dehors des fans de ce type de musique, mais bon. Le mec qui vient boire un coup le soir, il préfère entendre des reprises et il faut quand même satisfaire cette clientèle là. C’est ce qui nous permet de faire aussi beaucoup de concerts. Si on compte que sur notre petite notoriété, et sur notre niveau pour faire des concerts, on va en faire un tous les six mois ou tous les trois mois, donc nous on préfère jouer tous les quinze jours, et jouer le plus souvent possible. Et en plus c’est grâce à ces concerts là, c’est grâce à ces reprises, qu’on a pu mettre un peu de thunes de côté pour financer l’album. C’est tout, c’est juste dans ce but là.

Ares, dans la mythologie grecque, c’est le Dieu de la Brutalité, de la Guerre. Quels sont vos dieux ? Quels sont vos groupes de prédilection, qu’est ce qui vous inspire ?

Dan : On a tous les goûts différents. Faudrait que tu demandes à chacun de nous…On a d’un côté le trash extrême, Fred est plus branché groupes actuels, voire metal prog, très technique etc., et Damien et moi on est restés très 80, même 70 pour moi, et Franck c’est le plus ouvert de tous, il peut écouter tous styles de musique, mais on aime tous le metal en règle générale. On a tous des groupes en commun au minimum… moi je suis plus vieux heavy, dû à mon grand âge…

J’ai lu une Interview où vous mentionnez un sujet assez sensible, le « pay to play », il y a un truc que vous ne supportez pas, c’est de devoir payer, par exemple, pour pouvoir jouer dans un bar, ou autre… c’était assez ressorti dans cette interview.

Dan : Ben non, nous on ne joue pas pour payer.

Vous jouez pour le plaisir, enfin pour vous le metal c’est une passion…

Dan : Oui, on accepterait pas de payer… on ne va pas dévoiler pour autant le montant de ce qu’on prend, mais aller payer pour faire la première partie d’un grand groupe, c’est pas notre truc, quoi. On préfère ne pas jouer du tout, ou jouer dans un bar dans de bonnes conditions, plutôt que d’aller payer. Si y a des gens qui veulent le faire, ça les regarde, ils ont le droit de le faire aussi.

Damien : ce qu’il y a, c’est que faire de la musique, maintenant, ça coûte plus d’argent que ça en rapporte, donc faut pas exagérer non plus, quoi.

Dan : Le problème, c’est que jouer, ça devient de plus en plus difficile…Pas que pour nous, hein, nous on est qu’un petit groupe, les groupes de musique locaux pourront aussi le dire !

La question ultime, héhé, comment vous pensez conquérir le monde entier avec votre musique ?

Dan : On n’a jamais eu cette prétention là, ça fait pas partie du plan ! (rires) On va commencer par la France avant de gravir les échelons. Parce qu’il y a beaucoup à faire. Éventuellement l’Europe…On fait déjà tout ce qui est local dans notre coin, on n’hésite pas à aller le plus loin possible, et si on a la chance de pouvoir aller dans des pays frontaliers, ben on ira. Mais de là à te dire qu’on va aller aux Etats Unis, là non… c’est totalement hors de portée. Si ça arrive tant mieux, mais bon, on n’espère pas ça.

Damien : Oui, on a eu l’occasion de faire la Fnac et ce genre de plan, ça nous permet aussi, dans le cadre français, de devenir accessible, pour un public qui n’est pas forcément spécialisé. Ca va un peu à l’encontre de certains préjugés. Le metal, ce n’est pas forcément (*cri metal*), c’est plusieurs styles, et c’est ça que les gens n’arrivent pas forcément à comprendre.

Dan : Si je peux dire un truc, justement, et ça serait bien, justement, que des gens comme vous me renseignent… par exemple, on n’arrête pas de parler du Hellfest. C’est super, j’ai rien contre, mais ce que je ne comprends pas, c’est que les gens, ils ont soi-disant pas d’argent, ils ne viennent jamais voir les petits groupes. Que ça soit nous, ou d’autres, et ce que je ne comprends pas, c’est qu’au Hellfest, malgré la qualité des groupes qui passent, l’organisation, ce que c’est, c’est énorme, et là les gens, ils n’hésitent pas à passer trois jours, à dépenser des centaines d’euros, on frôle même le millier, pour aller s’éclater pendant trois jours, mais ils sont où, le reste de l’année ? Ils sont à Maiden, à Metallica, AC/DC, mais ils sont où, ailleurs ? Et je ne dis pas ça que pour nous, hein… Non ; mais pourquoi des gens ne peuvent pas mettre cinq ou dix euros pour acheter une place ou un album… et heu, comment dire, ils ont des centaines d’euros à gaspiller en « Mersch » ! Et cependant pour aller au Hellfest, parce qu’il faut dire, Ok c’est cool, j’y suis allé ! Je respecte, mais il n’y a pas que ça, quoi ! Le métal ne se résume pas à trois jours dans l’année, mais à 365 jours !

Pour couper ce passionnant débat, qui mériterait, évidemment, d’être plus approfondi, je vais poser une question plus ludique… Vous êtes plutôt bières, Whisky, coca, ou vin ?

Tout le monde :… oh, tout, sauf le coca, le coca, quand j’ai la Gastro (Dan) sauf un, qui n’est que coca.

Ma question bidon, histoire de terminer. Si Nile, Carpathian Forest, Satyricon, vous demandaient des faire une tournée à travers le monde entier, vous iriez, vous accepteriez ?

Dan : Eux ouais (en parlant du reste du groupe), mais moi non, ce n’est pas ma culture, là je prendrai des groupes qui me plaisent. Je pense aussi honnêtement que ce genre de groupe n’en a vraiment rien à foutre de nos gueules (sourire)

Damien : Ben entre le Heavy et l’Extrême, par exemple, tu peux trouver des gens qui se tapent sur la gueule… mais bon, c’est plutôt un problème d’indifférence. Il y a des gens qui aiment les deux, mais bon c’est assez rare.

Dan : Ah non, ça le Black Metal, je n’aime pas, par contre, je reconnais totalement la valeur musicale des quelques groupes que tu as cité, par exemple, Satyricon, ça a l’air d’être du lourd et du sérieux… mais bon, heu… voilà, c’est pas mon style de prédilection (clin d’œil)

Merci les gars pour cet échange !! Il a été retranscrit pour cause du set de Novjaro, qui a mangé tout le son de ma bande. J’ai cependant conservé l’original, ne vraiment pas hésiter à me contacter pour l’obtenir !

Je vous embrasse, et espère vous revoir très bientôt sur scène… en France.



Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green