Communication de nos partenaires

Sound Of Memories – To Deliverance

Le 4 novembre 2015 posté par Bloodybarbie

Line-up sur cet Album


  • Florent Orsini : Chant
  • Luis Tobar : Guitare
  • Alain Delseux : Guitare
  • Fabien Benetti : Basse
  • Nacim Galouz : Batterie

Style:

Death Metal Mélodique

Date de sortie:

2 novembre 2015

Label:

Finisterian Dead End

Note du SoilChroniqueur (Wilhelm von Graffenberg) : 8.5/10

« Mais vous êtes fou ? – Oh oui ! » Après un premier EP de 3 titres paru en 2013, empli de sa pléthore d’imperfections comme en ont tous les premiers EPs (je m’avance, certes, mais je ne connais que peu, voire aucun premier enregistrement qui soit totalement parfait, même venant de professionnels aguerris), le quintette parisien Sound of Memories nous présente son premier LP intitulé « To Delivrance« . Leur première offrande aux dieux du metal avait été bien reçue, car porteuse d’espoirs pour l’avenir, avec ses influences nettes au heavy (Iron Maiden), au thrash (Trivium entre autres) et au death metal (Arch Enemy de manière assez flagrante). Mais qu’en est-il et que dire de ce premier album ?

Dès les premières notes, on change nettement d’atmosphère… Une introduction atonale de quatuor à cordes et de piano qui évoquerait davantage des racines black sympho de la fin des 90’s (« Fear and Wonder » sur Puritanical Euphoric Misanthropia de Dimmu Borgir, pour ne pas le citer). La thématique de l’album étant les différentes approches de la folie, on peut y déceler la logique initiale, eu égard même au titre de cette piste « Non compos mentis » (« pas sain d’esprit » pour les littéraux, « dément » pour ceux qui aiment appeler un chat un chat).

Passée cette entrée en matière, wall of death auditif assuré : du gros death dans ta face ! Quelques touches de brutal death et deathcore s’ajoutent aux influences initiales avec des breakdowns. Ces nouvelles teintes se retrouvent par la suite dans l’album : on s’éloigne quand même pas mal des premières amours (sans les perdre de vue, ou d’oreille, pour autant) et on a davantage l’impression que le groupe s’est tourné vers la tranche extrême du metal pour cet album, vers des Cannibal Corpse, Obituary, voire Vital Remains dans ses passages mélodiques ou Hacride dans ses rythmiques saccadées (sur « Eulogy ») et ses transitions en guitare acoustique/classique (sur « Amenaa »).

La voix, même si overdubbée, en a gagné en puissance dans ses growls. La maitrise technique et son évolution se font nettement sentir. La folie s’installe tout du long de ces 10 titres, une folie furieuse, agrémentée par les quelques éléments intrus, allant tantôt d’un petit solo de guitare influencé blues/rock (« The Vulture’s Pride) à un insert de nappes de synthé (« Eulogy »), tantôt d’une minime apparition de chœur à un outro en violon solo (« From above »), mais surtout violente par son esprit général. Un très efficace « Confined in Struggle » à tendance headbang, à un pogo assuré sur « Beyond the Maze ». L’abomination démentielle se définit surtout sur le morceau éponyme final, versatile et nous emmenant de l’obscurité à la lumière, de la violence à la tendresse, de l’emprisonnement à la délivrance (oh tiens, le titre de cet album, dis donc, quel heureux hasard…). Bref, une catharsis libératrice aux « mélodies qui transportent l’âme hors d’elle-même » pour citer Aristote sortant d’un concert de syrinx (la flûte antique, hein… pas le groupe limousin).

Certes, le son général est meilleur, même si on retrouve encore quelques petites imperfections dans le mix (quelques cuts qui débordent), la technique est bien mieux maitrisée… mais on regrette un peu, malgré cette amélioration de qualité, que les bonnes idées originales générées dans leur EP se soient un peu fondues dans un moule actuel de death déjà un peu trop entendu, même si elles restent présentes pour servir le propos thématique défendu par Sound of Memories. Nul doute que le groupe ait voulu restituer ses influences et se les approprier, mais il en a perdu en authenticité de ce fait. Néanmoins, nul doute également que les fans de metal extrême s’y retrouveront sans souci, que ce soit sur album ou dans un gros moshpit en live. Un très bon premier opus qui séduira les ultras, en leur souhaitant que Sound of Memories ne se perde pas dans les limbes de la mimesis et continuent sur une voie inspirée, tournée vers des choix thématiques et musicaux propres à défendre leurs idées à venir. A écouter avec, ou sans, modération devant un hôpital psychiatrique (« Non, c’est pour une expérience scientifique » – Dr E. L. Brown).

Tracklist :
1. Non compos mentis (1:43)
2. Momentum (4:34)
3. Confined in Struggle (4:02)
4. Eulogy (3:52)
5. Amenaa (4:45)
6. Pray for Blood (3:41)
7. The Vulture’s Pride (4:13)
8. Beyond the Maze (4:40)
9. From above (5:42)
10. To Delivrance (7:12)

Facebookhttps://www.facebook.com/soundofmemoriesofficiel
Youtubehttps://www.youtube.com/channel/UC2CbAuzGVNyeqVeGM4EFrAQ
Soundcloud https://soundcloud.com/sound-of-memories
Bandcamp http://soundofmemories.bandcamp.com/

 

 

Retour en début de page

1 Commentaire sur “Sound Of Memories – To Deliverance”

  1. pingback pingback:
    Posté: 2nd Déc 2015 vers 9 h 53 min
    1
    Laurent de Finisterian Dead End | Soil Chronicles

    […] –> « To Deliverance » 1er album des Sound of Memories (Novembre):http://www.soilchronicles.fr/chroniques/sound-of-memories-to-deliverance –> « Enfant de la Nuit » 2e Album des Ixion […]

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green