Communication de nos partenaires

Ossuary Anex – Holy Blasphemition

Le 8 octobre 2018 posté par Willhelm von Graffenberg

Line-up sur cet Album


  • Kirill – vocaux
  • Max – guitare
  • Azamath – basse
  • Sergey - batterie

Style:

Brutal Death Metal

Date de sortie:

26 Septembre 2018

Label:

Xtreem Music

Note du SoilChroniqueur (Antirouille) : 9,5/10

Formé en 2008 en Russie, Ossuary Anex sort un premier album Awakening en 2012 puis un second en 2016, Mutilation through Prayer. Ce mois de septembre voit l’arrivée d’un EP cinq titres dont trois inédits signé chez Xtreem Music.

Imagine un peu : Cannibal Corpse et Six Feet under ont créé un rejeton et ils l’ont appelé Ossuary Anex. Un beau gros bébé bien dégueulasse accouché dans la douleur, la noirceur et l’hémoglobine, sur la table d’un médecin légiste qui disséquait des sujets vivants, au milieu d’entrailles encore chaudes. Voilà, tu l’as l’image ? Tu en veux encore une ligne ou deux ? Ça va aller ?

« Revelation of the Inquisition » ouvre sur de magnifiques lignes de basse, du moins pour le genre, puis on se prend en pleine poire une cascade de riffs certes déjà connus mais tellement bons. Ça joue accordé bas comme autant de groove venus du passé, puis la batterie s’emballe et se fait entendre la voix bien crasseuse, fidèle au Brutal Death. En tendant l’oreille, on percevrait même quelque chose dans certains accords nous rappelant le « Blackened », du dernier album de Metallica, And Justice for all… (allez, insulte-moi de « vieux con »…)

Les deux titres suivants, « Divine Chastisement » et « Blasphemous Apparition » jouent sur le même registre de groove puissant, d’accélérations immangeables, de voix désincarnée, de riffs angoissants, bref, c’est brutal, lourd et anxiogène.

« Werewolves in Cassocks » est un réenregistrement. Ce titre figure en première place sur l’album précédent Mutilation through Prayer. Pourquoi l’avoir réécrit alors que l’original n’était pas mal du tout ? Pourquoi l’avoir placé là ? Et pourquoi avoir mis en cinquième place une version instrumentale du premier titre « Revelation of the Inquisition » ? Tous les grands fans de Brutal, dont je fais partie, auraient préféré deux autres titres inédits dans la lignée des précédents. Bon, le dernier titre a quand même le mérite de nous montrer, ou de nous faire entendre, le jeu extraordinaire des Russes derrière leurs instruments, véritables virtuoses qui nous démontrent que tout est encore possible et que le registre n’est pas encore épuisé.

Pourquoi pas un 10/10 ? Pour la frustration de n’avoir que trois titres et que ces derniers sont tellement bons qu’on reste sur notre faim. Ossuary Anex nous éructe un EP digne d’être placé à côté des grands albums de Brutal Death. Holy Blasphemition est un concentré de douce brutalité.

Tracklist :

1 Revelation of the Inquisition (3:42)
2 Divine Chastisement (4:59)
3 Blasphemous Apparition (3:35)
4 Werewolves in Cassocks (4:55)
5 Revelation of the Inquisition (3:41)

Page Myspace
Page Facebook
Chaine Youtube
Story Instagram
Playlist Bandcamp
Playlist Soundcloud

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green