Communication de nos partenaires

Mephorash – 1557-Rites Of Nullification

Le 31 janvier 2016 posté par Metalfreak

Line-up sur cet Album


Mishbar Bovmeph - Guitares, Basse, Choeurs / Ayram Etaumiel - Guitares, Basse / Mashkelah M'Ralaa - Chant. Guests : N. Tengner - Chant sur 1 / Omega A.D. - Chant sur 4 / K. Koudousnes - Chant sur 3 / Deacon D. - Chant additionnel.

Style:

Black metal

Date de sortie:

1er septembre 2015

Label:

Odium Records

Note du SoilChroniqueur (Metalfreak) : 8/10

Quatre (longs) titres d’une moyenne de dix minutes pour ce troisième album après « Death awakens » en 2011 et « Chalice of Thagirion » en 2011, on ne peut pas dire que Mephorash nous a habitués à ça dans sa carrière.
Formé en 2010, deux-trois changements de line up dans l’intervalle, le groupe suédois continue son petit bonhomme de chemin tranquillement en nous offrant un black metal de qualité qui fleure bon les premiers Watain ou Deathspell Omega.
Les titres sont longs, complexes mais suffisamment accessibles pour ne pas s’y perde en chemin : avec son lot d’ambiances morbides ou guerrières (l’intro de « Berberioth », quel régal) et ses nappes de claviers impalpables mais bien présentes, l’ensemble de « 1557-Rites of nullification » est une œuvre d’une réelle beauté intrinsèque qui ne laissera pas les fans du genre de marbre !
D’entrée, dès l’intro de « Ryphyon – The tree of life putrescent », on sent qu’on va se régaler : elle est toute en puissance.
Les riffs sont répétitifs, lents et en retrait par rapport à un chant black surpuissant volontairement mis en avant ! Au bout de trois minutes, le morceau entre dans le vif du sujet : le groupe en a sous la semelle et on sent que le morceau peut exploser à tout moment… A la quatrième minutes, après un court passage calme, le black metal se fait rapide, intense, épileptique et tient l’auditeur en haleine jusqu’à la fin des neuf minutes – qu’on trouvera finalement trop courtes – du titre.
Un petit break planant avec quelques voix féminines histoire de donner un peu de couleur à l’ensemble et les rythmes rapides peuvent reprendre de plus belle.

« Phezur » s’enchaîne et c’est à nouveau un titre fort : c’est bien simple, il n’y a rien à jeter sur cet album.
Du début à la fin, tout n’est que noirceur, brutalité, mais également mélodies.
Le groupe a su composer des morceaux d’une fluidité quasi parfaite malgré une complexité suffisante pour que les morceaux d’une dizaine de minutes ne souffrent d’aucune longueur.
A aucun moment, on a un effet de redondance, un sentiment de déjà entendu ou autre sensations rébarbatives.
Mephorash a l’intelligence de mettre des breaks ambiants placés de façon intelligente dès que nécessaire, et sait varier les ambiances pour donner un relief certain à un album d’une grande richesse créatrice.
Entre black metal tantôt (très) rapide, tantôt mélodique, quelques passages doom, quelques chants à la « Freezing Moon » de Mayhem sur « De mysteriis dom Sathanas » (sur « Phezur »), un florilège d’accélérations à nous coller au siège…
Difficile, voire impossible, de sortir un de ces quatre titres du lot : chaque titre est le singleton d’un tout indissociable qui confère à « 1557-Rites of nullification » un statut d’œuvre forte à la beauté intrinsèque exponentielle ! Rarement la laideur des ténèbres n’aura engendré une telle beauté sonore qui nous transporte émotionnellement au plus profond de nos sensations.
Mephorash a su transposer en quatre titres une grande partie de ce que le black metal peut nous apporter de plus beau.
Disséquer les quatre titres après chaque écoute successive est l’assurance de trouver quelque chose de nouveau à côté desquelles on est passé précédemment : oui, cette œuvre est sublime et forte !

Les mêmes constats sont à faire à l’écoute des merveilles que sont « Cheidolun » et « Berberioth » : le mieux est encore de se procurer l’album et de se faire une idée…

Au chant, chaque titre voit un invité y poser ses lignes vocales histoire de changer de couleur à chaque morceau : ainsi, Jonas ‘Nebiros’ Tengner (Malign, ex-Ofermod) sur « Ryphyon », Gionata ‘Omega A.D.’ Potenti (Acherontas, Deathrow, Ad Hominem, Kult ou Frostmoon Eclipse… ex-Glorior Belli, ex-Handful Of Hate …) sur « Berberioth », Kostas Koudousnes (Embrace Of Thorns, Necrovorous, Serpent Noir) sur « Cheidolun » et Deacon D. (alias Kaeffel, membre de Hetroertzen, Sapienta, ex-Bewitched, ex-Drakher, ex-Horns…) aux chants additionnels sur tous les titres donnent encore plus de profondeur à l’ensemble.

« 1557-Rites of nullification » réconciliera les anciens fans d’un genre qui sait se renouveler lorsque des groupes comme Mephorash apporte leur touche d’originalité dans la mouvance black metal.
Et on ne va définitivement pas s’en plaindre !

Tracklist :

1. Riphyon – The Tree of Assiyah Putrescent (9:22)
2. Phezur – Dissolving the Sea of Yetzirah (10:43)
3. Cheidolun – Breaking the Blade of Beriah (10:41)
4. Berberioth – Vandalising the Throne of Atziluth (11:45)

Site officiel : http://mephorash.wix.com/mephorash
Myspace : http://myspace.com/mephorash
BandCamp : https://mephorash.bandcamp.com/
Facebook : https://www.facebook.com/Chaliceofthagirion
ReverbNation : http://www.reverbnation.com/mephorash
Youtube : http://www.youtube.com/user/mephorashband

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green