Communication de nos partenaires

Sinner Sinners – Cardinal Sins

Le 2 décembre 2011 posté par Fredo

Line-up sur cet Album


Sam Thill : Vocals, Keyboards
Steve Thill : Vocals, guitares

Style:

Horror Punk Rock

Date de sortie:

07 Novembre 2011

Label:

UFO Records

Note du Soilchroniqueur (MetalPsychoKiller) : 7,5 / 10

 

Les couples en amour et dans la vie deviennent pléthores dans notre planète Metal ne trouvez vous point? A notre échelle hexagonale le duo Laure/Steven de Wedingoth, en Australie les kangourous de Temujin, les latins Jessica et Hugo Florès de Factory Of Dreams, les exemples exhaustifs sont croissement légions qui pourraient nous inciter à croire à une tendance en devenir. D’accord votre concierge ou papie et mamie vont se faire une joie de nous citer Stone et Charden, Johnny et Sylvie, voir Laurel et Hardy pour nous démontrer que cela ne date pas d’aujourd’hui. Il n’empêchera que la constante ressortant en filigrane de ces albums de duo est un travail majoritairement ciselé en osmose avec la véracité et la profondeur de sentiments inspirateurs de création. Vous ne me suivez que difficilement dans mon cheminement métaphysique, alors pour éclairer votre lanterne et vous faire voir là où je veux en venir sachez que Sinner Sinners est, ô surprise, un duo franco/hollandais composé de Sam et Steve Thill. Ce « Cardinal Sins » enregistré et mixé par Nic Jodoin (The Morlocks), Mike Patterson (Trent Reznor, Beck…) et Pascal « Power » Mondaz au Studio 9 à Hollywood, passera ensuite en « traitement » chez le docteur Paul Logus à New York (Pantera, Anthrax). Et ce avant de s’afficher comme une première offrande dont l’artwork cover sera signée par le célèbre tatoueur du Kate Von D’s High Voltage Tattoo, Dan Smith.

Voilà pour les présentations et le cadrage mise en place d’un album qui se veut, d’après ses géniteurs, influencé toute à la fois par le punk de la fin des seventies, le hardcore primaire californien du début des eighties, et les premiers groupes goth/rock… Un sacré programme et un large panel de diversités clamées entre des Misfits, Bauhaus,Danzig, Damned, mais par extension aussi des Dead Kennedys et autres Cramps. Ce sera d’ailleurs du coté de ces derniers que la référence majeure sera à rechercher dès la première audition. De la « Bad Music for bad people » de garbagemen dont seuls les bientôt quinquas auront des réminiscences certes, mais qui placera Sinner Sinners comme un chaînon manquant entre les groupes précités et les plus contemporains Wednesday 13, Grave Robber et autres frères Calabrese. Cela d’autant plus que la dimension Horror Punk sous jacente ou inhérente à ces combos sera ici aussi bien présente dans la musicalité du duo.

Ce simili punk rock gothique outrancier et empreint de noirceur se délovera au long d’une tracklist qui passera tel un Exocet ayant en ligne de mire sa cible, mais avec quelques temps plus faibles cependant en bout de course. La trame cachée de ce « Cardinal Sins » restera le « Rock’n Roll » et le « groove » assénés par une réelle capacité du combo à nous pondre des mélodies captivantes, rythmées, concises et accrocheuses à souhaits. Cela dépote bien, parait sans prétentions, mais avec au final une sacrée communicabilité quant à nous faire taper du pied et opiner du bonnet. Rafraîchissant, candide, non révolutionnaire et ne prétendant rien inventer certes, mais remettant au goût du jour des recettes passées (tels les chœurs d’un autre âge sur Cadavra ! Hé, hé, hé !!!)…Sinner, Sinners séduit. Quand bien même une certaine linéarité et un intérêt moindre se feront présent en fin de galette avec des « 101 », « There’s No Place Like.. » et autres « Aloha » le ressenti s’avéra finalement plus que favorable avant un excellent « Mummy » de clôture surprenant par des lignes « organiques » particulièrement insidieuses et subtiles. On comprendra donc au final pourquoi notre duo après s’être affublé de comparses zikos, à sillonné les US en ouvrant pour The Sonics, The Creepshow, The Lords Of Altamont…Avant de s’installer définitivement à Los Angeles.

Nul n’est prophète en son pays parait-il. Alors prenons les paris que la musicalité de Sinner Sinners sera beaucoup plus viscéralement appréciée outre Atlantique par ses facettes Rock, voir outre manche par ses cotés Punk, qu’en nos contrées hexagonales. Histoire de sensibilité et racines ! Ce qui sera bien dommageable pour notre duo d’amoureux tant ce premier jet est agréable et…fertile ! Le bébé est beau et bien né!!!

 

Tracklist :

1.Zero
2.Metropolis
3.Sonic Boom
4.L.A.’s Burning
5.Dead Dead Dead
6.Stetson
7.Nightmares
8.Cadavra
9.10110.There’s No Place Like…
11.Aloha
12.Mummy

 

Site Officiel : http://sinner-sinners.com/

 

 

 

 

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green