Communication de nos partenaires

Line-up sur cet Album


  • Sylvain Ostengo : Chant, Guitare
  • Jérôme Christophe : Guitare
  • Thibault Fontaine : Basse
  • Xavier Chautard : Batterie

Style:

Brutal Death Metal

Date de sortie:

28 mars 2016

Label:

Great Dane Records
Note du Soilchroniqueur (Willhelm von Graffenberg) : 8.5/10
Mesdames, mesdemoiselles, messieurs, amis (rares) et anonymes (rares également), 

Si nous sommes réunis ici en ce jour, enfin pour les deux ou trois qui se sont bougés pour l’occasion en se disant qu’il y aurait surement un buffet gratuit ensuite, c’est pour mettre au four la dépouille mortelle de Willhelm von Graffenberg, thermostat 7, comme il l’avait lui-même expressément souhaité si le bouton de réglage ne montait pas jusqu’à 666. Cet être de chair, non content d’avoir foiré sa vie, ne s’est pas contenté que de louper sa mort à 27 ans, ce qui lui aurait permis, pour de rire, d’entrer dans le panthéon du Club des 27, enfin du moins des ratés qui sont devenus chroniqueurs faute de mieux et auraient aimé mourir sur scène comme Dalida, mais à 27 ans, parce que c’est swag ! Non, il a également réussi à défrayer la chronique – hu, hu, hu – en clamsant tel un président de la 4ème République : au lit avec une jeunette de 20 ans pendant l’acte. « Il voulait être César, il a fini Pompée » comme on disait en ce temps de Félix Faure – oui, comme la fameuse marque de four, on y revient toujours. « Quelle belle petite mort », me direz-vous ! « Enfin ! » diront d’autres : finis ces jeux de mots et calembours approximatifs qui ne faisaient plus rire que le sénile corps, la coquille, l’ombre de lui-même, l’ombre de sa main, l’ombre de son chien qu’il était devenu à la suite d’une vanne pas drôle sur un mauvais groupe en pratiquant un humour noir qu’il affectionnait tant et lui a valu la rancœur de nombreuses victimes, tout ça pour placer une tirade débile ou absurde. A ce sujet, même s’il a opté pour la crémation pour rester dans le ton des blagues sur la Deuxième Guerre Mondiale, d’un gout douteux, mais qui le faisaient sourire, il ne s’est cependant pas gêné de s’attribuer une épitaphe toujours plus stupide en ces quelques mots : « Je vous disais que ça finirait par arriver un jour ». Faut-il être con, je vous le demande ?

Avant de céder sa place à quelqu’un de bien plus efficace et de moins égocentrique au sein de la caste des losers qui deviennent chroniqueurs – par dépit, comme toujours – il a cependant tapé ces derniers mots de sa dernière chronique, inachevée, pour cause décès soudain, de mort brutale à l’instar du genre musical de l’album Flesh, Humiliation and irreligious Deviance de Hysteria dont voici une sorte de « néchronique » que je vais maintenant vous lire :

« Le Brutal Death, c’est bien… Le Brutal Death symphonique, c’est mieux… Le Brutal Death mélodique, c’est déjà une bonne chose en soi. Tout ce qui traite de la mort est forcément une bonne chose puisque c’est le meilleur moment de la vie : la preuve, on la garde pour la fin !

Le quatuor de vétérans français (lyonnais) d’Hysteria n’en est pas à son chant du cygne, ou à son growl du cygne, bien qu’en selle tels les Cavaliers de l’Apocalypse (sans l’aspect Fleshgod) depuis 1996. Certes, ils mettent du temps à pondre un album, mais quel album ! Paru en mars 2016, son enregistrement a été entamé en mai 2014, c’est dire s’il a été murement préparé, voire attendu, au moins autant que le décès du pépé dont on a repris la maison en viager.

 

Quarante-six minutes de violence entrecoupée de passages tendres ou ambiant relaxants – qui nous permettraient de dire que, par moments, ça masse, Hysteria –, cette débauche de furie furieuse – pléonasme – sait garder un aspect mélodique bienvenu, par ses lignes de guitares en tremolos acérés et harmonisés, évoquant par moment l’écriture en contre point d’Emperor (« Demons from the Past »), sur un blastbeat extrêmement incisif, mais également par le choix de varier les parties vocales pour ne pas stagner que dans le growl(une partie criée sur « Sadistic Deviance » qui n’est pas sans faire penser… à Fleshgod, tiens, on y revient), ne se privant pas de moments électro-ambient malsains (« Heresy »).

Un album violent et saignant, chiadé, dans un esprit correspondant au titre de l’album, que n’aurait pas renié la saga Hellraiser.

A écouter avaowfngiunvwinvwb »

Ce furent donc les derniers mots qu’il a rédigés, et visiblement, il ne faisait pas que taper sur son PC mais faisait plusieurs choses à la fois : si l’on en croit le rapport du légiste, lui également était en plein rapport, il tapait et se tapait… « Ô Father… », Pardonnez-lui car il a péché, et pécho une Succube de l’Enfer, une jeune péronnelle de petite vertu, alors qu’il aurait dû faire attention à sa santé en déclin, eu égard à ces Démons du passé qu’il n’avait déjà pas su enterrer… sa sainte Trinité étant restée ad vitam aeternam – lui qui en est désormais à son requiem, aeternam également – « la paire, le vice et les seins, d’esprit ». Bref, une chose est sure : de la cendre à la cendre, de la poussière à la poussière. Ses Déviances sadiques lui auront couté le semblant de vie qui lui restait ; il finira hanté par les Paroles de Dieu, à force de faire dans l’Hérésie. Au moins, c’est certain : maintenant qu’il est au four, on peut dire que « feu-Willhelm » ne souillera plus le web de ses Écrits blasphématoires et impies, ne nous ennuiera plus avec ses chroniques à rallonge emplies de digressions hors-sujet empreintes d’humour grinçant et salace qui salissaient le monde de la chronique en jetant l’opprobre sur ces gens de l’ombre, talentueux, eux, et laissera sa place à quelqu’un qui sait faire son métier !

Enfin, si on peut appeler ça un métier…

Tracklist:
1. In Belief, into Nothingness (1:43)
2. Sadistic Deviance (4:16)
3. Visceral Torments (5:08)
4. Heiress of Disease (4:34)
5. O Father… (5:36)
6. Succubus Offering (4:27)
7. The Unhealthy Signature: Haunted by Words of Gods Part II (3:45)
8. Heresy (3:16)
9. Demons from the Past (4:23)
10. Flesh Messiah (4:51)
11. Blasphemous Writings [Final Part] (4:11)

Facebook: https://www.facebook.com/hysteria.deathmetal.lugdunum/
Site officiel: http://www.hysteria-deathmetal.fr/
Bandcamp: http://hysteriadeathmetal.bandcamp.com/ … s-deviance
Youtube: https://www.youtube.com/channel/UCVKLtK … iH5jMT3Cow

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green