Communication de nos partenaires

Anvil – Juggernaut of justice

Le 30 juin 2011 posté par Metalfreak

Line-up sur cet Album


Robb Reiner - Batterie
Steve "Lips" Kudlow - Guitares, chant
Glenn Five - Basse, chant

Style:

Heavy Metal

Date de sortie:

20 juin 2011

Label:

The End Records

Note du Soichroniqueur (Metalfreak) : 09/10

 

1981-2011 sous le nom de Anvil, trente ans de carrière, 14 albums, 6 singles, 3 best of, 2 EP, un live et un film sur leur carrière. Voilà de quoi forcer le respect !!!
Anvil, géniaux malades canadiens, géniteurs des parfaits « Metal on metal » ou « Forged in fire » au début des années 80, reviennent sur le devant d’une scène qu’ils n’ont jamais vraiment quittée, mais sur laquelle ils se sont faits plus discrets, faute à des albums plus conventionnels, pour ne pas dire quelque peu moins bons que ce qu’ils avaient proposé entre « Hard ‘n’ heavy » et « Pound for pound », avec le live « Past and present – Live in concert » comme point d’orgue, qui date quand même déjà de 1989. Que le temps passe vite.

Depuis, Anvil a sorti huit albums, alternant le bon avec « Plenty of power » (2001) ou le bien nommé treizième album « This is thirteen » (2007), mais aussi le largement dispensable avec « Still going strong » (2002) ou « Plugged in permanent » (1996).
Le grand coup de fouet pour réapparaître sur le devant de la scène sera bien entendu le film sorti en 2009 (« Anvil : The Story ») pour lequel tout un buzz aura été fait dans le monde de l’audiovisuel et dans la presse écrite, même non spécialisée dans notre musique.
Et là, il nous vient en pleine tronche ce « Juggernaut of justice » qui nous fait l’effet d’un pain dans la gueule ! Jamais on a entendu Lips et Robb Reiner, les deux vestiges originaux du désormais trio (Glenn Five étant arrivé en 1996) en aussi grande forme : pendant douze titres, on a les meilleures et les plus fortes compositions jamais produites depuis celles présentes sur l’album que je considérais jusqu’alors comme leur chef d’œuvre, « Forged in fire ».

Pour ceux qui ont vu le film, Anvil n’a jamais, mais alors au grand jamais, eu le succès qu’ils méritaient, sûrement pour ne pas avoir été au bon endroit au bon moment, comme le dit justement un certain Lemmy dans ce film. Et là viennent des espoirs : après « Anvil : the movie », qui aura fait (re)connaître le groupe au grand public et une telle déflagration sonore avec « Juggernaut of justice », on se prend à rêver de voir Anvil recevoir cette putain de reconnaissance qu’ils méritent. Ce sont quand même eux qui nous ont pondu des hymnes du heavy/speed metal que sont « Metal on metal », le fou furieux instrumental « March of the crabs », « Jackhammer », le monumental « 666 », « Forged in fire », « Shadow zone », « Hard rimes – fast ladies », « Motormount » ou «Winged assassins ». Il existe quand même quelques groupes ayant eu une carrière largement plus médiatique avec tout autant de classiques…

« Juggernaut of justice », pendant trois quarts d’heure, fait l’exploit de nous tenir en haleine tout au long de ses douze titres. Le premier titre éponyme déboule sans crier gare : inutile de se faire chier avec une intro dispensable, Lips et ses deux acolytes mettent la gomme d’entrée. Faut pas déconner : après trente ans d’une carrière qui n’a pas décollée, il n’y a plus de temps à perdre : y a urgence ! Et on cogne d’entrée : gros riff heavy pour un titre qui se voudra un hymne en concert : direct, cru, refrain chantable sous la douche dès la première écoute : Anvil balance du lourd et laisse présager un album de feu.
Vient ensuite « When Hell breaks loose », un tuerie nous rappelant « Motormount » : pendant trois minutes, les riffs se veulent véloces, le chant agressif, les soli tranchants et tout ça sans un moment de répit : assurément l’occasion de faire trois morts dont deux graves en concert lors de pogos endiablés.
Comme pour calmer tout le monde, « New Orleans voodoo » nous assène ses riffs d’une lourdeur oppressante : après s’est fait bastonner pendant les deux premiers titres, on se fait étrangler par Anvil délicieusement, vicieusement, en faisant durer son plaisir malsain : une sorte de « The zoo » (Scorpions) bien écrasant.
Après les rythmiques pachydermiques, voici un « On fire » bien véloce, histoire de recommencer le tabassage en règle. Anvil veut nous exploser la tête et ne s’en cache pas. Composition classique, avec son solo assassin au milieu et sa rythmique Motörheadienne…
« Fuken eh ! », « Turn it up » et « This ride » suivent le même chemin : du Anvil cru, direct, sans la moindre fioriture, in your face. S’ensuit un plus rock ‘n’ roll « Not afraid » qui aurait eu sa place sur un album des Ramones.
Retour à la lourdeur avec un « Conspiracy » au riffs proches d’un Accept de la grande époque : titre heavy très puissant, racé avant un « Running » d’une speederie hallucinante de maîtrise et de vélocité qui nous ramènera immanquablement vers ce qu’ils faisaient de mieux sur « Metal on metal » et « Forged in fire ».
Les sept minutes inhabituelles pour le groupe que dure « Paranormal », titre limite doom à l’atmosphère aussi étrange que malsaine, nous montre un côté sombre auquel Anvil ne nous avait pas habitués avant de repartir sur des passages speedés plus en adéquation avec leurs habitudes : une sorte de « Blackwitch » de leurs compatriotes Exciter sur « Heavy metal maniac ».
En guise de dessert, un instrumental aux touches jazzy, comme pour clore sur une touche plus colorée un album quasi parfait…

Depuis le temps que j’attendais un tel album de la part de ce groupe, voilà que je me suis pris l’enclume en pleine poire. Putain, j’en chialerai presque.

Enorme !

 

Site officiel : http://www.anvilmetal.com/
Myspace : http://www.myspace.com/anvilmetal

Retour en début de page

1 Commentaire sur “Anvil – Juggernaut of justice”

  1. 1
    Anvil – Anvil is Anvil | Soil Chronicles

    […] Youtube : http://www.youtube.com/AnvilTheMovie Chronique “Juggernaut of justice” : http://www.soilchronicles.fr/chroniques … of-justice Chronique “Hope in Hell” : http://www.soilchronicles.fr/chroniques … […]

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green