Communication de nos partenaires

Wulfshon – Prinnit Mittilagart

Le 22 janvier 2013 posté par Gwenn

Line-up sur cet Album


Matias Taubas Oyola : Guitars, Vocals (clean), Lyrics
Paulo Bianchi: Guitars (lead), Vocals (harsh)
Sköll: Bass
Sebastián Torcisi: Drums

Style:

Pagan Black/Death Metal

Date de sortie:

21 Juin 2011

Label:

Autoproduction

Note de la Soilchroniqueuse (Gwenn) :  6/10

Toujours dans mon retard certain, je constate également que ce groupe a été très peu chroniqué, surtout en France. J’insiste donc pour le traiter en priorité en ce matin pluvieux à ne pas mettre un chat dehors. Même rapide, un avis est toujours le bienvenu.

Un groupe Argentin ! Ca fait rêver, tiens. L’Amérique du Sud, s’en méfier car elle possède déjà une sacrée scène et un public qui paraît-il est complètement à l’écoute de Black Metal comme de Doom. Après une démo et deux EPs, Wulfshon sort son premier album, à savoir ce « Prinnit Mittilagart » (dans les bacs le jour du Hellfest 2011). La pochette représente sur fond bleu, ni plus ni moins qu’une galaxie placée entre les deux yeux d’un visage. Là, ils auraient pu nous mettre quelque chose de plus tape-à-l’œil, sans déconner !! Pas évident de se jeter sur une pochette qui surfe entre mysticisme et dessin bâclé sorti tout droit d’un bouquin de Mme Soleil ou sur la « zen attitioude ». Là les mecs, vous n’êtes pas raccords.

L’album commence de manière dissonante et étrange, suivi de « Death in the Light » qui surfe effectivement entre le Black et le Death. La voix est juste au milieu et les riffs sentent quand même le déjà-vu, ce qui donne un ensemble de haute volée mais pas…. particulièrement original. Quelques parties plus douces, d’inspiration Pagan avec des voix parlées, se glissent dans l’album et lui donne ainsi quelque chose de plus personnalisé. « The calling of the Ancestral Blood » utilise cette forme ce qui lui donne une profondeur certaine, c’est ce que j’apprécie vraiment chez Wulfshon. Sans ces coupures, le tout aurait été sans doute fadasse là c’est quand même différent.

D’autres morceaux ne retiennent pas mon attention comme « Son Ov Wolves » mais ici c’est plutôt « Frozen Throne », dont le départ est marqué dans le contraste, qui m’intéresse plus bien que je manque encore de « poids », de richesse sonore. Je ne me sens pas assez enivrée. « Pride and Death » prend des allures de prières avec un travail musical magnifique et ne manquera pas d’être réellement mon morceau favori. Dans une torpeur lourde, pesante presque Doom, le morceau s’étire avec une qualité non encore atteinte auparavant. « Cosmi Generalli » et ses sonorités « Seigneur des anneaux » est également assez chouette dans l’idée du contraste. La voix se fait même plus Black ici. L’outro est égale à la première en terme de qualité, rien à dire.

Un ensemble donc contrasté qui tente un savant mélange entre Death, Black et Pagan/Chants clairs. La tentative donne des pépites comme « Pride and Death » à réitérer, je suis curieuse de voir ce que le groupe nous fera prochainement, il y a de très belles choses encore à mitonner quelque peu pour que ça devienne extra, il ne manque pas grand-chose !

 

1. Intro: Prinnit Mittilagart
2. Death in the Light
3. To the Battlefield
4. The Calling of the Ancestral Blood
5. Son ov Wolves
6. Frozen Throne
7. Pride and Death
8. Cosmos Generallis
9. Natura Obscura
10. Outro: Ewigring

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green