Communication de nos partenaires

The Moth Gatherer – Esoteric Oppression

Le 20 avril 2019 posté par Bloodybarbie

Line-up sur cet Album


  • Victor Wegeborn - Chant, Guitares, Claviers
  • Svante Karlsson - Batterie
  • Ronny Westphal - Guitares
  • Dan Hemgren - Basse

Style:

Post Hardcore/Sludge

Date de sortie:

22 Février 2019

Label:

Agonia Records

Note du SoilChroniqueur (Le Révérend) : 8/10

Amateurs de lumière, de bonne humeur, de musique rapide, passez votre chemin : ce disque n’est pas pour vous. Le quatuor suédois fait dans le Post-Metal atmosphérique teinté de Sludge, éloge à la lenteur et lourdeur.

The Moth Gatherer n’est certes pas un des poids lourds du genre, même si le premier album A bright celestial Light (2013) avait eu un accueil critique des plus favorables, les Suédois sont restés en dessous des radars d’une grosse partie du public. Leur second album The Earth is the Sky (2015), malgré de bons moments, m’avait laissé mitigé. Il manquait de cohérence, ce qui est très loin d’être le cas de ce Esoteric Oppression.

Les cinq titres forment un tout homogène, son atmosphère monolithique nous transportant dans le monde noir et morne du groupe. Il y règne un équilibre dans l’architecture des morceaux, où la violence musicale n’est que sous-jacente, fond sonore mettant en avant le désespoir que porte The Moth Gatherer depuis sa création. Mais là où beaucoup de groupes du genre font de cela un moment étouffant, trainant en longueurs inutiles, ici le noir sait se faire aérien, comme sur le morceau introductif “The Drone Kingdom” dans lequel nappes de synthé accompagnent le lourd riff des guitares et les vocalises de l’invité Messy Mathi (Barst) contrebalance la voix rauque de Victor Wegeborn.

Toute cette dualité parcourt l’album, puissance et rage (“Motionless in Oceania”), douce apesanteur d’une lourdeur mélancolique (“The Failure Design”, “Utopia”), litanie au riffs lourds où chaque note crache sa tristesse (“Phosphorescent Blight”).

Dans un Post-Metal assez formaté, The Moth Gatherer ne fait pas forcément preuve d’audace, même si, au milieu de tous ces carcans, ils ont su remuer les chaines créatrices et sortir là un très bon album qui nous transporte dans leur univers.

Tracklist :

1. The Drone Kingdom (9:06)
2. Motionless in Oceania (7:58)
3. Utopia (6:32)
4. The Failure Design (7:28)
5. Phosphorescent Blight (11:23)

Site officiel
Page Facebook
Fil Twitter

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green