Communication de nos partenaires

Seyminhol – The Wayward Son

Le 18 mai 2015 posté par Bloodybarbie

Line-up sur cet Album


  • Kevin : Chant
  • Chris : Basse
  • Nico : Guitare
  • Tom : Batterie

Style:

Heavy Métal

Date de sortie:

Mai 2015

Label:

Brennus Music

Note du SoilChroniqueur (Celtikwar) : 7.5/10

« Quarante mille frères ne pourraient pas, avec tous leurs amours réunies, parfaire la somme du mien. »

Il va falloir répondre à la question.

Vous connaissez peut-être Seyminhol, une formation française originaire de Metz et ayant débuté sa carrière au début des années 1990. Un retour en arrière est peut-être nécessaire d’ailleurs. Le groupe débute avec les traditionnels EP, il en enregistre trois, ‘Thunder in the Dark‘ 1996, ‘Indian Spirit‘ 1998 et ‘Nordic Tales‘ 2001 avant de sortir son premier album ‘Northern Recital‘ en 2002 en partenariat avec Brennus Music.
Ce premier essai est même une réussite car le groupe arrive à se faire un nom à l’étranger, notamment dans les pays nordiques. C’est peut-être d’ailleurs cela qui incitera la formation à écrire ‘Septentrion S Walk‘ en 2005, qui reprend le concept de la Scandinavie médiévale. Le troisième album ‘Ov Asylum‘ publié en 2008 montre un changement d’orientation musicale, des sons plus électroniques et plus sombres.

Il fallait alors à Seyminhol un peu de repos (ou plutôt une hibernation prolifique), et les voici de retour avec ‘The Wayward Son‘ un concept album inspiré de l’œuvre dramatique de William Shakespeare « Hamlet ». Une nouvelle tête vient rejoindre la formation, Thomas Das Neves que l’on connaissait chez Heavenly, vient redonner un peu de puissance et un souffle nouveau à la formation.

« Être ou ne pas Être » un opus démentiel, telle est la question.

C’est toujours assez compliqué de cerner un album d’une telle dimension. Il faut le comprendre comme une pièce de théâtre, avec toutes ses dimensions, comment n’en écouter que deux ou trois titres ? Il est impossible d’extraire un morceaux du lot et de l’écouter à part. Il faut en effet l’écouter du début à la fin. Oui, c’est vrai, ce n’est que de la musique, alors pourquoi ne pas parler uniquement des titres qui envoient la purée dans tous les sens… Pour la même raison qu’on ne peut résumer « Hamlet » à ce fameux monologue « To Be Or Not To Be …. » bien qu’on n’en retienne à 90% que cela. Imaginez une pièce de théâtre, vous vous y déplacer, et à votre grande surprise, elle ne dure que quinze minutes, celle de la tirade… Vous crierez au scandale…

Il en va de même avec ‘The Wayward Son‘, toutes ses petites interruptions, ses interludes et breaks instrumentaux entre deux titres forts permettent justement de leur donner encore plus de puissance. Prenons par exemple l’enchaînement entre « Shadows of Death » une douce ballade qui monte en intensité et « The Conspiracy  » qui nous balance du Heavy pur et dur avec une introduction instrumentale du tonnerre, et bien il faut quand même avouer que la présence de la voix féminine de « Poem for a Maid « , en réponse à la première chanson, permet de jouer sur les contrastes et redonne encore plus de puissance à « The Conspiracy ». Seuls trois titres sont cités, mais il en est bien évidement de même sur tout l’opus.

Extraire de « The Wayward Son » uniquement les morceaux les plus Heavy… Oui cela ferait un bon album, on aurait des bons titres « Theatre of the Dream » et sa montée en puissance avec sa partie rythmique monstrueuse,  » Mantle of Madness » et son côté plus speed et plus incisif (sur celui-ci Seyminhol frappe fort là où ça fait mal ) ou encore « The Duellis » qui se veut plus sombre et plus épique avec des plans de guitares dès l’introduction qui feraient pâlir nombre de six cordistes… Mais ceux-ci seraient uniquement bons, alors que disposés comme ils le sont, ils s’entraident et gagnent en force, et forcément en excellence.

Avec cet opus Seyminhol nous propose un disque d’une grande qualité, un album progressif aux nombreux plans, un thème commun mais de multiples univers. ‘The Wayward Son‘ est un concept album réussi, il est rare d’avoir des disques théâtraux si bien aboutis. Un régal pour tout amateur de Heavy Metal.

Une Claque.

A mon avis la réponse est « Oui ».

Tracklist :

1. A Night at Elseneur
2. Marcellus’s Ascertaining
3. The Spectre’s Confidence
4. The Oath of the Sword
5. Mantle of Madness
6. The Comedian’s Parade
7. Theatre of the Dream
8. The Agony of a King
9. To Die, to Sleep
10. Into the Black Chamber
11. The Death of Polonius
12. Shadows of Death
13. Poem for a Maid
14. The Conspiracy
15. Into the Cemetery
16. A Disguised Corpse
17. The Great Hall of the Castle
18. The Duellis
19. The Last March of a Prince

Facebook : https://www.facebook.com/pages/SEYMINHOL/113670030262?fref=ts
Site officiel : http://www.Seyminhol.net/

Retour en début de page

1 Commentaire sur “Seyminhol – The Wayward Son”

  1. pingback pingback:
    Posté: 24th Juin 2015 vers 9 h 24 min
    1
    Seyminhol | Soil Chronicles

    […] de l’album:http://www.soilchronicles.fr/chroniques/seyminhol-the-wayward-son Retour en début de […]

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green