Communication de nos partenaires

Savage Machine – Through the iron forest

Le 25 février 2015 posté par Katar

Line-up sur cet Album


Nils Pedersen - Basse / Martin Helbo - Batterie / Simon Kalmar Poulsen - Guitares / Jacob Vestergaard Druedahl Bruun - Guitares / Troels Rasmussen - Chant.

Style:

Heavy Métal

Date de sortie:

26 janvier 2015

Label:

Rock N Growl Promotion.

Note du SoilChroniqueur (Metalfreak) : 8/10


Savage Machine est un groupe Danois né des cendres de Momentum (2010-2014 qui a sorti un EP en 2012 A World in ruin)  et qui a changé de nom en 2014. Un nouveau bassiste et voilà la nouvelle offrande du groupe sortie dans un premier temps en autoproduction à l’automne 2014.
Et il faut se rendre à l’évidence à l’écoute de ce premier EP sous ce nom : c’est que 27 minutes, c’est définitivement trop court quand on se prend une baffe pareille !

Intelligent croisement entre le Speed Mélodique à la germanique, la NWOBHM et le Power Métal typiquement US, on peut aisément comparer ce petit tourbillon comme un bon compromis entre Blind Guardian, Gamma Ray, Crimson Glory période Midnight, Iron Maiden bien sûr,Hammerfall ou Accept dans une veine somme toute très old school.
Un bon melting pot d’influences bien digérées et savamment redistillées de belle façon : Savage Machine nous offre (seulement !) cinq titres plus une intro absolument imparables, bien aidés par une production aux petits oignons (ce son de basse !!!).
Avec un chanteur, Troels Rasmussen, dont le timbre est à rapprocher du regretté Midnight (Crimson Glory) croisé avec Joachim Cans (Hammerfall), on pouvait espérer un résultat remarquable.
On ne sera pas déçu.

Après une intro instrumentale mélodique d’une petite minute que n’aurait pas reniée la Vierge de Fer, « Iron forest » commence dans un premier temps par un bon Heavy mid tempo avant de nous gratifier d’un morceau véloce (je n’ai pas dit speed) sur lequel le chanteur nous met d’entrée d’accord quant à ses capacités vocales.
Le talent de composition n’est pas en reste : le refrain s’avère imparable et les petits soli distillés par-ci par-là offrent pas mal de relief à un morceau bien construit avec un petit je-ne-sais-quoi qui fait penser à « The evil that men do » de la bande à Steve Harris.
On sent que le groupe en a sous la semelle et nous laisse attendre une hypothétique accélération qui ne viendra pas… Du moins pas tout de suite.
C’est avec « Fifth computerworld » que le groupe appuie sur l’accélérateur. Et le résultat est à la hauteur des attentes. Petit brin de folie comme savait nous en offrir Crimson Glory sur l’album Transcendance (1988), ce titre rappellera quelque part « Eternal World » dans sa structure. Titre court et nerveux, un futur classique du groupe.
« The easy way out » a tout de la Power ballade : titre calme, lent, et magnifique. Ce genre de morceau indéfinissable, qui aurait aussi bien pu se trouver sur Slave to the grind de Skid Row que sur un album de  Wasp ou d’Iron Maiden.
« Prisoners of war » retourne dans le Heavy Métal puissant et véloce : à l’instar de « Fifth computerworld« , ce titre est sans concession, avec quelques chœurs à la Accept et surtout un guitariste qui se fait plaisir, tant dans le riffing que dans le solo. Ce morceau peut rappeler Blind Guardian de par sa composition et son chant. Le break est juste monstrueux et nous ramène dans la belle époque des mid-eighties avec un passage que n’auraient pas renié les grands anciens.
Le long « The final march » est juste énorme : débutant par des riffs bien martiaux à la Accept sur un rythme pachydermique. Ce titre rappellera « Nothing sacred » des légendaires Abattoir sur The only safe place (1986) dans sa première moitié avant d’accélérer ensuite, donnant un côté épique à l’ensemble de façon plus qu’agréable.

Donc en effet, cet EP  est trop court, et c’est bien là le seul reproche qu’on peut lui faire. Savage Machine semble être un putain de bon groupe en devenir et si l’éventuel prochain album est dans la veine de ce premier jet, il faudra assurément s’attendre à quelque chose d’énorme.

Parce que le potentiel est là… et bien là !
Et en plus de ça, il est prometteur.

A suivre !

 

Tracklist :

1. Dawn (1:00)
2. Iron Forest (4:54)
3. Fifth Computerworld (3:35)
4. The Easy Way Out (5:17)
5. Prisoners of War (5:19)
6. The Final March (6:24)

 

Site officiel : http://savage-machine.com/
Facebook : https://www.facebook.com/savagemachineband

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green