Communication de nos partenaires

P.H.T.O – Affliction

Le 11 janvier 2012 posté par Lusaimoi

Line-up sur cet Album


Saddy : chant
Malkov : guitare
Alrinak : basse, chant
Molasar : batterie

Style:

Black Metal Dépressif

Date de sortie:

15 Mars 2011

Label:

Immortal Frost Productions

Note du Soilchroniqueur (Lusaimoi) : 7/10

Lorsque j’ai reçu l’exemplaire de ce « Affliction », une vague de froid s’est abattue sur le pays. Certains appellent ça l’hiver, moi je pense que la musique jouée par P.H.T.O n’en est pas totalement étrangère.

Il faut dire que le groupe nous vient de Haute Normandie, région pas très réputée pour ses cocotiers et ses plages de sable chaud, et qu’ils pratiquent un Black dépressif dont les paroles (jetez un coup d’œil aux titres, pour en avoir une idée : « Affliction », « Neurasthénique », « Fin d’une Sombre agonie »…) et la musique ne sont pas vraiment faites pour faire la fête. Des morceaux longs (cinq titres pour trente-huit minutes), peu de choses auxquelles se raccrocher… On est dans du BM dépressif, ne vous attendez pas à un refrain !! Ici, c’est plutôt des riffs hypnotiques répétés, des cris déchirants, un rythme lent, très lent. Point de lumière, tout est noir.

Il y a bien quelques lueurs d’espoir, symbolisées par des moments d’accalmie, le début de « L’enclave » par exemple, mais la voix se change : de cris de souffrance, hurlements plaintifs ou déglutissements, elle devient un murmure, comme un dernier souffle, une ultime parole, la lueur disparaît. Pour le reste, tout n’est que rage et tristesse ; une pesanteur accentuée par les textes en français – souvent incompréhensibles hormis quelques mots (« esclave », « cicatrices », « brûle ce qui reste de moi » en font partie), heureusement il y a le livret – des textes sombres mais d’une beauté étrange, sordide.

La production, plutôt bonne pour le genre, offre une étonnante puissance aux compositions, même si un son plus froid ou criard des guitares et du chant ne m’aurait pas dérangé. Le côté hivernal de la musique en aurait été accentué. Les rythmiques lentes s’échappent des riffs de guitare bourdonnants ; bien dans le style dépressif, hormis quelques passages sur « Neurasthénique » et « Dansant pour la Lune », la batterie apparaît comme très musicale aussi. La basse est, elle aussi, bien mise en avant, originale puisqu’offrant, à la musique de P.H.T.O, les moments les plus accrocheurs par de belles envolées (« Affliction », « Dansant pour la Lune »).

Bien sûr les défauts inhérents au genre se feront ressentir, comme une certaine uniformité entre les morceaux. Cette sensation s’efface au fil des écoutes, chacun possède un petit quelque chose qui les distingue, même si l’album est plus à voir comme un long morceau de 38 minutes que cinq plus « courts ». Le groupe fait même se répondre certains éléments entre eux comme « L’Enclave » qui reprend la lourdeur de « Neurasthénique » pour s’en détacher petit à petit, ou l’intro de « Fin d’une Sombre Agonie » qui semble être une version électrique de l’intro de l’album…

Malgré quelques défauts dont une production pas assez glaciale à mon goût et une certaine sensation de répétitivité, P.H.T.O réalise avec « Affliction » un bon premier album de BM dépressif, original sur certains points. Accouché dans la douleur semble-t-il (Molasar, leur batteur s’en est allé avant sa sortie), espérons que le groupe saura se relever – l’arrivée de Crow au sein du groupe nous indique que c’est en bonne voie – pour nous sortir un successeur qui confirmera cette première impression tout en gommant ses défauts.

 

MySpace : www.myspace.com/phto7

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green