Communication de nos partenaires

Nine Covens – On the Coming of Darkness

Le 29 novembre 2011 posté par Fredo

Line-up sur cet Album


BM : Batterie
SG : Basse
PR : Guitare
CN : Chant

Style:

Black Metal

Date de sortie:

10 Octobre 2011

Label:

Candelight

Note de la Soilchroniqueuse (Gwenn) : 07/10

 

Nine Covens. Inconnu au bataillon. C’est encore bien parce que le label Candlelight Records y appose le dénominatif de groupe de Black Metal que je jette une oreille dessus. Sur la toile, autant d’informations que de metalleux fans de Claude François, ça commence plutôt pas mal. Il ne reste qu’une interview ou quelques chroniques déjà parues pour se faire une idée de la démarche du groupe (quatre musiciens, apparemment). Mystérieux certes, comme en témoigne un Art Work des plus abstraits. Là je savais que le Black Metal travaille dans les oppositions extrêmes, force est de constater qu’ici, nous sommes quand même dans un minimalisme certain. Du moins, on épure le paysage. Une démarche abstraite qui colle avec celle de certains artistes, revenant à épurer les lignes afin qu’il n’en reste que l’essence. Bref. Imaginons donc une lune et son reflet dans l’eau.

Aucune note sur l’origine des musiciens, l’anonymat reste le pilier des fondations de ce premier opus. D’après l’interview de CN (au chant) donnée pour Candlelight Records, il serait indispensable de garder un certain recul sur les personnalités ou le contexte global dans lequel est présentée l’œuvre, afin d’entrer dans la musique de manière plus objective. Chaque musicien est déjà membre d’un groupe et ce souhait de conserver l’anonymat me fait penser un peu à la démarche de Bathory, dont Quorthon adorait jouer des mystères qui entouraient ses œuvres, ainsi que toutes ces rumeurs qui en ont découlé dont certaines courent encore. N’allons pas jusque-là avec Nine Covens. D’une part parce que le contenu de l’album, bien que prenant, n’est pas une explosion de nouveautés. D’autre part, parce que le contexte a changé. Le Mystère lié à l’anonymat ne prendra pas feu avant un deuxième album qui je l’espère, dépassera celui-ci ne serait-ce qu’en puissance. « On the Coming of Darkness« . « Aux portes des ténèbres ». Très bien, et après ? Après deux écoutes, il est vrai que l’impression la plus marquante reste l’extrême homogénéité des compositions. Les lignes de voix, de batterie et de guitares, et surtout cette tonalité récurrente, pourront en faire ramer plus d’un sur ce fleuve boueux. Si le premier titre est un très joli arpège de guitare claire, toute la chronologie de l’album reste statique à première écoute. A la deuxième, l’auditeur se laissera prendre dans une atmosphère bien posée dont l’interprétation musicale est exécutée avec une technique irréprochable. Certains passages plus lourds, lents, viennent ajouter une touche noire comme sur « In Darkness Find the Light of Solace »ou « Quake Before Thy Earthly Judge », deux titres que j’apprécie beaucoup sur cet album pour leurs aspects brutaux, crus et ambiants qui caractérisent le Black Metal.

« A New Light For The Earth Shall Shine (Grutle From Enslaved) » reprend des sons très « avant-garde », voire industriels, et tente un interlude ma foi intéressant. Un morceau accessible qui coupe l’ensemble avec un poil de nostalgie. Je pense à quelques passages des anglais de Cradle of Filth (à l’époque de Midian) sur les chuchotements vocaux, mais sans l’orchestration en arrière-plan. Un morceau qui teinte tout l’album d’une ambiance pas désagréable et qui pose sa structure dans une veine de contraste. Ouf, elle était manquante.
Donc si les trois morceaux intitulés sous « Resurrection » m’ont paru moins intéressants (quoi que, ce contraste avec l’Intro…), c’est la deuxième partie de l’album qui me séduit le plus, pour faire preuve de franchise. Je le qualifierai presque d’ambiant. Doux. Poser ses fesses dans un coussin noir et s’y noyer, en somme. Il est presque dommage que les deux titres « Exiles » sortent l’auditeur de sa lourde torpeur mais c’est fait avec tact et finesse.

Résultat, verdict, note, jugement dernier… un bon album dont il ne faut pas obligatoirement se fier à une première écoute bâclée pour se forger un avis réaliste. Le potentiel est là et l’atmosphère intéressante, cela ne demande qu’à se confirmer à la sortie d’un deuxième opus qui paraît-il, est déjà presque terminé.

 

Tracks

1.On the Resurrection and the Harrowing of Hell: Pt.1: To Heaven’s Door in Swart Night
2.On the Resurrection and the Harrowing of Hell: Pt.2: Concealed in Darkness, He
3.On the Resurrection and the Harrowing of Hell: Pt.3: Resided to tle he Darkness, Fall
4.On The Ascension and the Torment of Hell: Pt.1: Cold Exile of a Fallen Idol
5.On The Ascension and the Torment of Hell: Pt.2: In Darkness Find the Light of Solace
6.On The Day of Judgement: Pt.1: Quake Before Thy Earthly Judge
7.On The Day of Judgement: Pt.2: A New Light For The Earth Shall Shine (Grutle From Enslaved)
8. The Exiles Complaint: Pt.1: A Friendless Exile
9.The Exiles Complaint: Pt.2: A Mind Sorrows Rest

http://www.myspace.com/ninecovens
http://www.ninecovens.com/

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green