Communication de nos partenaires

Morbid Angel – Illud Divinum Insanus

Le 24 septembre 2011 posté par Dada metal

Line-up sur cet Album


David Vincent  : chant, basse
Peter Sandoval : batterie
Trey Azagthroth : claviers, guitare
Thor Anders Myrhen : guitare

Style:

Death Metal "indus"

Date de sortie:

6 juin 2011

Label:

Season Of Mist

Note du Soilchroniqueur (Dada Metal) : 3/10

Il y a peu ma patronne me confiait « lorsque l’on a aimé quelque chose, un film par exemple qui t’a vraiment touché, tu ne pourras jamais retrouver ta première sensation ». C’est vrai que nous avons tous des premières expériences que nous n’oublierons jamais. A titre d’exemple, je pense à ma première rencontre avec « Le salaire de la peur » de Clouzot. Ce fut un tel électrochoc que je n’ai jamais pu retrouver cette saveur lors de mes nombreux autres visionnages. Idem pour ma première rencontre avec Morbid Angel.

Celle-ci s’appelait « Blessed Are The Sick » (1991) et elle a été longtemps pour moi une référence en matière de Death Metal. Commercialisée par Earache, ce disque me semblait beau comme la rencontre fortuite sur une table de dissection de rythmiques thrash et d’une voix (David Vincent) sortie du plus puant des enfers. Mais cet album était déjà le (digne) successeur d’un autre bijou, « Altars Of Madness » (1989), qui a permis aux américains d’accéder au titre de rois du Death Metal pour leur originalité hors norme et leurs paroles travaillées. Après quelques virages plus violents et controversés (« Domination », 1995) le groupe connaît quelques changements de line-up en accueillant notamment le musicien de génie Erik Rutan (futur Hate Eternal). En 1996 arrive le drame de la décennie : David Vincent quitte le groupe et délaisse le death au profit du groupe de sa bonne femme ! Comme si Mick quittait (définitivement ) les Rolling Stones, ou comme si Dave Gahan quittait Depeche Mode ! Impensable ! Imaginez les 4 fantastiques sans La Chose ! C’est le seul qu’on aime, les autres sont importants mais un peu chiants, même si La Femme Invisible hante de nombreux fantasmes…

En 2004 Steve Ducker quitte aussi le groupe, il ne manquera à personne car son absence est vite oubliée au profit de la grande nouvelle : le retour de David Vincent et des Envahisseurs !(nb : pour les plus jeunes, David Vincent est aussi le nom d’un personnage de la série TV avec des extraterrestres souffrant d’une raideur au petit doigt…). L’euphorie est générale. Surtout que Monsieur D. annonce un nouvel album. Le groupe est alors attendu aux tournants.
Ce nouvel album, prié comme le petit Jésus, arrive en cette année 2011, il est signé chez Season of Mist et s’intitule « Illud Divinum Insanus ». Ce qui est donc totalement dans la tradition de Morbid (le groupe nomme ses albums suivant l’ordre alphabétique).

Pour être sur de vous livrer une chronique totalement objective de ce disque, je l’ai écouté maintes et maintes fois, matin et soir, essayant de prendre du plaisir à chaque fois. Je n’essayais pas d’atteindre la saveur de mes premières écoutes du groupe, mais bien d’avoir une lecture critique de cet album, tentant de faire abstraction de la mythologie de Morbid Angel. Et pourtant, inutile de vous le cacher plus longtemps…le résultat est sans appel : c’est une énorme déception.

Déjà l’artwork est mal construit, là où le groupe était connu pour avoir de très bonnes pochettes. Musicalement, tout commençait bien, l’intro faisant monter la pression de manière indiscutable. Pimentée de « petits cris » de David Vincent, elle réussi à coller des frissons. Entendre de nouveau cette voix incomparable est un véritable bonheur. Avec « Too Extreme », mon sourire du début laisse déjà place à une mine déconfite et à des yeux exorbités ! On a droit à un riff de Rammstein en ouverture ?! Les rythmiques « indus » ne font même pas bouger la tête, la violence n’est même pas agréable ! Rapidement l’impression d’être dans une usine yougoslave où des ouvriers vissent des pièces de voitures à la chaîne devient très forte. Ou alors, vous pouvez aussi vous imaginer dans une rave allemande des années 80, mais une mauvaise rave… Seule chose intéressante, à 2:29 un passage grégorien de 20 secondes. Trop court et anecdotique pour sauver un titre cruellement raté.

« Existo Vulgare » parvient à un exploit. Celui de nous lasser au bout de la deuxième chanson. Les guitares sont insipides, les blasts ne sont pas convaincants et la structure ne tient pas la route. Malgré la voix assez efficace, les mélodies sont téléphonées et l’énergie musicale déployée est largement insuffisante. Même chose pour « Blades For Baal » qui aurait tout à fait pu être un bon titre mais qui n’est clairement pas assez travaillé. Nous avons au mieux l’impression d’écouter une « ébauche » de chanson. Enfin « I Am Morbid », le grand moment de mégalomanie de l’album ! Imaginez une foule qui hurle votre nom, c’est agréable c’est sûr, mais de là à en faire un album ?!! Malgré tout, nous avons affaire là à la bonne chanson de l’album (enfin). C’est rythmé, péchu et groovy même si très easy listening (d’ailleurs depuis quand Morbid Angel doit être groovy??). Notons que nos amis savent tellement qu’ils ont fait un bon titre (le seul) que du coup ils le font durer 5 minutes 16 avec la répétition du refrain au moins une dizaine de fois. L’exagération a parfois du bon, mais là, ça devient lassant par manque de relief. Finalement, ce que l’on pensait être une lueur d’espoir dans cet album devient un pétard mouillé.

Le reste de l’album est similaire avec une ligne conductrice : les refrains consistent en fait à répéter en boucle les trois mots du titre de la chanson. De plus, dans plusieurs titres, une horrible sensation de déjà entendu se fait sentir. Mais oui ! L’ensemble des riffs semblent pompés chez Static X ! C’est pour dire le niveau de l’album ! Seul « Beauty Meets Beast » sort du lot et peut s’offrir le luxe d’être écouté par plaisir.

Soyons honnête, venant d’un groupe amateur et méconnu, cet album aurait eu du bon (un peu…). Mais pas de la part de Morbid Angel ! Illud Divinum Insanus ou l’histoire d’un retour totalement raté.

 

Site Internet : www.morbidangel.com

Myspace : www.myspace.com/morbidangelofficial

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green