Communication de nos partenaires

Mantar – The modern Art of setting ablaze

Le 3 septembre 2018 posté par Willhelm von Graffenberg

Line-up sur cet Album


  • Erinc - Batterie, Chant
  • Hanno - Chant, Guitares

Style:

Sludge Metal

Date de sortie:

24 Août 2018

Label:

Nuclear Blast Records

Note du SoilChroniqueur (Le Révérend) : 9/10

Le duo allemand Mantar nous revient avec un album qui est une des grosses claques auditives de cette fin d’été. Erinc (batterie) et Hanno (guitare – chant) ont su, en cinq ans et des concerts à l’incandescence musicale éreintante, se hisser très haut dans un univers sludge très très touffu. Après un Death by burnin’ en 2014, à l’esprit punk dans le son et l’attitude et un Ode to the Flame en 2016 qui a enfoncé le clou tout en étant plus travaillé, voici donc ce nouvel opus qui conserve bien la patte du duo mais va chercher dans plus de créativité.

Et cela est quelque peu une surprise : les teutons auraient largement pu encore nous pondre la même mixture brute que les deux premiers, pas grand monde n’aurait trouvé à redire, à part un ou deux casse-couilles dans mon genre. Mantar prouve avec cet album qu’il est bien plus qu’un groupe de bourrins. Ils savent aussi un peu ralentir le tempo, y mettre plus de lourdeur, d’intensité et piocher dans la complexité du Black Metal pour amener à certaines compositions une tournure mélancolique si particulière au genre.

On trouve bien sûr encore avec « Dynasty of Nails », « Eternal Return » et « Teeth of the Sea » les compos classiques bien velues qui font la renommée du groupe. Mais si on veut entendre la nouvelle dimension des Allemands, il faut laisser dérouler les cinq premiers titres.

Oui, même cette intro instrumentale, « The Knowing », donne bien le ton sombre de ce The modern Art of setting ablaze.
Suit un « Age of the Absurd » emporté dans un torrent de plomb en fusion, où Sludge et Black bouillonnent, s’entremêlent, enfantant un titre intense et prenant.
« Seek + forget », hymne tonitruant tout comme « Taurus » qui le suit, sont deux parfaits exemples de la capacité de Mantar à faire muer sa musique tout en restant lui-même !
Puis surgit « Midgard Serpent (Seasons of Failure) », qui, avec sa lourdeur, ce rythme aux multiples reprises, la voix érayée de Hanno qui n’a jamais éructé avec autant de tristesse, finit d’asseoir le duo dans la cour des très grands.

Et que dire de « Obey the Obscene » avec son intro à l’orgue, son tempo punk-rock, son sample au milieu du morceau digne d’un groupe post-metal, le tout formant un des très grands morceaux de l’album !
Et que dire de ce morceau final « The Funeral », seul titre de plus de cinq minutes, à la pesanteur noire gorgée d’un spleen abyssal…?

Avec cet album, Mantar nous prouve qu’ils ne sont pas juste un phénomène de mode tels les hipsters qui pullulaient dans leurs concerts mais bien un groupe pensant à l’évolution de sa musique, cherchant d’autres terrains de jeu pour leur folle créativité. L’avenir dira ce qu’il adviendra de leur musique, ce troisième album fait de Mantar non plus un groupe en devenir mais une tête d’affiche du Sludge et aussi, je pense, de la scène metal tout court !

Tracklist :

1. The Knowing (1:50)
2. Age of the Absurd (3:40)
3. Seek + forget (4:05)
4. Taurus (4:28)
5. Midgard Serpent (Seasons of Failure) (4:20)
6. Dynasty of Nails (4:42)
7. Eternal Return (3:47)
8. Obey the Obscene (4:18)
9. Anti Eternia (3:50)
10. The Formation of Night (4:14)
11. Teeth of the Sea (3:15)
12. The Funeral (5:15)

Playlist Bandcamp
Site officiel
Story Instagram
Page Facebook
Fil Twitter
Chaine Youtube

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green