Communication de nos partenaires

In Malice’s Wake – Light Upon The Wicked

Le 7 décembre 2015 posté par Metalfreak

Line-up sur cet Album


Mark Farrugia - Batterie / Shaun Farrugia - Chant, Guitares / Karl Watterson - Basse / Leigh Bartley - Guitares.

Style:

Thrash Metal

Date de sortie:

30 novembre 2015

Label:

Punishment 18 Records

Note du SoilChroniqueur (Metalfreak) : 8/10

 

Encore ?

Décidément, je ne me rappelle pas avoir, depuis que je suis dans Soil Chronicles, chroniqué trois albums du même groupe en si peu de temps : en juin, je parlais de leur premier méfait « Eternal nightfall » (http://www.soilchronicles.fr/chroniques/in-malice%E2%80%99s-wake-eternal-nightfall), en juillet c’était au tour de « The thrashening » (http://www.soilchronicles.fr/chroniques/in-malices-wake-the-thrashening), deux albums sortis initialement en 2008 et 2011 avant de se voir réédités en juin et juillet dernier par Punishment 18 Records, en vue de la sortie de celui-ci !

Si le premier album n’était que les balbutiements d’un groupe malgré tout prometteur qui a su gommer ses défauts pour les transformer en qualités sur le deuxième méfait, ce troisième album est carrément une bombe atomique.
Pour le coup, un sacré palier a été franchi et ce « Light upon the wicked » est une véritable tuerie.
Même si elles sont encore palpables, les influences de Testament et d’Accu§er sont encore bien présentes mais le groupe s’en démarque avec un sens de l’agressivité bien réel, et chaque titre est la parfaite définition de ce que peut être une véritable furie.
Bref, les Australiens viennent de nous pondre un putain d’album de dix titres pour 42 minutes de tabassage en règle, avec une technique parfaitement maîtrisée.

Une nouvelle fois, comme pour « the thrashening », In Malice’s Wake nous balance que des titres d’une furie thrash totale, avec de rares passages d’accalmie. Tous les ingrédients du précédent album sont à nouveau présents, j’invite chaque lecteur à les (re)découvrir sur les chroniques citées plus haut.
Depuis, les frères Farrugia ont changé de bassiste en la personne de Karl Watterson en lieu et place de Luke Blaso et de lead guitariste avec Leigh Bartley remplaçant David Graham.
Et difficile de dire si c’est leur présence qui a rajouté un iota d’agressivité à la musique des Australiens, mais toujours est-il que le groupe a gagné en maturité, en cohésion et en brutalité.
Aucun temps faible à déplorer : juste un putain d’album de thrash de (très) haute volée, avec tout ce qu’il faut en technique (quel son de basse, surtout sur « A sign of the times ») : chaque titre est une débauche de violence remarquable et nul doute que leur passage en live risque fort de déclencher un bordel pas croyable à grands renforts de pogos, headbangings, circle pits ou autre wall of death bien sentis.

On ne va pas sortir un titre du lot par rapport à un autre : « Light upon the wicked » est l’archétype du sacro-saint « album de la maturité » qui fait du bien là où il passe.
On dit toujours que le cap du troisième album est périlleux, In Malice’s Wake s’en sort avec les honneurs et pourrait bien taper à la porte des maîtres du genre.

Et ça ne sera que mérité !

Tracklist :

1. Onward Human Suffering (2:10)
2. Bear the Cross (3:55)
3. In Darkness (4:49)
4. Light upon the Wicked (5:19)
5. From Beyond (3:32)
6. Hear the Howls (5:02)
7. Annihilation Frost (5:02)
8. A Sign of the Times (3:59)
9. Indoctrinator (4:41)
10. The Halls of the Damned (5:02)

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green