Communication de nos partenaires

Gravity – Eutheria

Le 29 novembre 2012 posté par Metalfreak

Line-up sur cet Album


Tim - Basse
Richy - Batterie
Mathieu Blanc - Guitares
Alexandre Meddeb - Guitares rythmiques
Emilie Thium – Chant

Style:

Metalcore

Date de sortie:

5 novembre 2012

Label:

M & O Music

Note du Soilchroniqueur (Metalfreak) : 8/10

Dire que jusqu’à présent, je me contrefoutais du metalcore est exagéré : disons que, dans la mesure où ce n’est pas excessivement ma tasse de thé, j’ai dû zapper une foultitude de groupes talentueux par ignorance ou désintéressement selon si on a envie de me faire passer pour un sectaire ou non.
Toujours est-il que si je n’avais pas reçu ce CD dans ma boite aux lettres dernièrement, je serais passé à côté d’un album qui m’a un peu mis sur le cul dès la première écoute tant l’univers de ces Montpelliérains est passionnant ! Alors je ne sais pas ce qu’ils mettent dans le Muscat de Lunel mais il y a quand même un sacré vivier de groupes talentueux dans le département des champions de France de L1 2012 !

Gravity combine la furie du metalcore avec des lignées propre au death metal mélodique et envoie quelques blasts par moment empruntés au black metal.
Fondé en 2009, le groupe sort, avec ce « Eutheria », déjà son deuxième album après un « Syndrome » en février 2011, un EP « Déphase » en 2009, et une participation sur « French metal : le choix des armes » en 2010. En gros, un déjà bon CV pour un groupe qui n’accuse que trois années d’existence.
Alors oui, on peut parler de talent : Gravity en possède, indéniablement ! A commencer par sa chanteuse, Emilie Thium, de par son aisance à alterner le chant growlant – telle une Candice, ex-Eths – et un chant lyrique d’une pureté cristalline. Les riffs sont gras, épais, inspirés : on repense régulièrement à Gojira et à Eths mais l’utilisation des claviers pour certaines sonorités plus dancefloor, quelques passages avec des instruments traditionnels orientaux, des soli souvent incisifs et surtout de par l’utilisation d’éléments plus mélodiques et d’arrangements discrets prouvent le talent de composition d’un groupe déjà en pleine maturité.

L’intro « Prologue » annonce déjà la couleur, sonorités modernes, instruments accordés très bas, basse omniprésente et riffs tranchants : on oscille dans une veine metalcore percutante à souhait… Et on n’avait pas encore entendu le chant !
Dès le deuxième morceau, on sent que l’album est prometteur : le niveau des musicien est excellent et le talent de composition est réel : « Asphalte » déboule à grand coup de riffs acérés et puissants. Le chant, féminin growlé alternant avec, on l’a dit plus haut, un chant lyrique se fond idéalement à l’ensemble : un chant en français et compréhensible, ce qui n’est pas forcément le cas dans bon nombre de formations utilisant le guttural moyen de communication !
Au fur et à mesure de l’écoute, on se surprend à rentrer de plein pied dans leur univers, sombre et violent et qui ne laisse place à aucun temps mort : les 55 minutes pour treize morceaux passent comme une lettre à la poste et ce, grâce à suffisamment de variations dans les rythmes et de diversités dans les ambiances. A aucun moment on n’a cette sensation de « déjà entendu » grâce à la variété des morceaux.
Seul le chant growl n’offre que peu de nuances, mais l’éventuelle sensation de redondance s’estompe aussi sec de par l’apport des voix claires par une Emilie qui passe de l’un à l’autre avec une aisance certaine, prouvant un énorme travail de fond en amont (« Ouréa », « Emphase », « Arkham Pt 2 », « le treizième cercle »…).

On pourra aussi se délecter de quelques pépites comme « Emphase », l’intro electro « Arkham Pt 1 » très réussie et enchaînée avec une percutante « part 2 » – incontestablement le meilleur titre de l’album –, « L’écorce » et son intro avec instruments traditionnels avant une furie vicieuse, « Inlandsis » et ses nappes de clavier sur fond de rythmiques thrash, le percutant « Circenses » et ses breaks imprévisibles, et surtout « le 13e cercle » qui regroupe à lui tout seul la quasi-totalité du talent de Gravity.

Avec « Eutheria », Gravity frappe à grands coups de bottes à la porte des meilleurs espoirs nationaux sur la scène metal.
Pour le coup, on leur souhaite tout le meilleur, ça ne serait que mérité !

Tracklist :

1. Prologue (2:29)
2. Asphalte (4:48)
3. Seisma (4:48)
4. Ouréa (3:53)
5. Emphase (5:20)
6. L’écorce (4:46)
7. Inlandsis (4:11)
8. Arkham Pt. 1 (1:51)
9. Arkham Pt. 2 (5:28)
10. Ravage (3:11)
11. Circences (5:37)
12. Aeternam (4:40)
13. Le 13ème Cercle (5:55)

Facebook : http://www.facebook.com/Gravitymetal
Myspace : http://www.myspace.com/gravitymetal

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green