Communication de nos partenaires

Gehennah – Too loud to live, too drunk to die ...

Le 16 février 2016 posté par Bloodybarbie

Line-up sur cet Album


  • Mr. Violence : Chant
  • Charley Knuckleduster : Basse
  • Hellcop : Batterie
  • Rob Stringburner : Guitares

Style:

Hard Rock/Speed Metal

Date de sortie:

12 Février 2016

Label:

Metal Blades Records

Note du SoilChroniqueur (Wilhelm von Graffenberg) : 7/10

Lemmy est mort, vive Lemmy ! J’imagine que ça doit être le credo de Gehennah qui propose son album Too loud to live, too drunk to die.

Tous les codes mötörheadiens sont présents, tant spirituellement (eu égard au titre de l’album et celui des morceaux) que musicalement (la voix granuleuse et rocailleuse accompagnée par des guitares électriques au son hard rock bluesy, une basse nerveuse avec plein d’aigus sur une rythmique frénétique de batterie binaire) et visuellement (tous les codes à base de couteau à cran d’arrêt, cartes à jouer, affiche « wanted », ceinture de munitions, canette de bière et guitare électrique Flying V), le tout en ajoutant ce minima de « on est aussi un peu des branleurs qui se la pètent » (les pseudos des zicos et les titres de morceau sur fond de « Gehennah, ça déchire »). Imaginez quand même qu’au niveau de branlitude, ce groupe existe depuis 1992, a sorti 3 albums en 1995-96-97… et sort ce 4ème album presque 20 ans après le dernier ! Soit c’est une magnifique traversée du désert, soit ils ont poussé la procrastination à un niveau inégalé, même par les Guns (enfin, celui d’Axl) avec leur Chinese Democracy

Si musicalement on se retrouve dans la période fin 70’s-début 80’s, on a l’impression d’un groupe qui ferait la transition entre Hawkwind et Mötörhead, avec des inserts au BM de Venom et à la NWOBHM de Saxon sur « Gehennah will destroy your Life », le Speed Metal de Mötörhead (évidemment), un brin du Thrash des débuts de Metallica et Megadeth (« Unholy and Unpleasant » qui fait à mort penser à « Metal Militia »), mais aussi un infime coté hip hop – oui, oui… dans la scansion finale de « ‘Cause we’re a Street Metal Band », s’auto-attribuant l’étiquette de « Street Metal » (foutage de gueule ou pas, telle est la question). Bon, ok, c’est énergique, efficace à base de morceaux courts, mais pas toujours ultra carré et le son est crade (choix certainement délibéré de la part du groupe ET SURTOUT de leur label Metal Blades). Evidemment, tout est dans l’imagerie générale attenante au combo « rock = musique du diable », la Géhenne étant l’allusion biblique à la vallée où les cananéens sacrifiaient leurs enfants à Moloch-Baal, qui par extension sémantique faisait référence à l’enfer ou la souffrance.

Un album qui plairait certainement aux amateurs de rock à burnes pas trop pointilleux sur la qualité et aux fans de la clique à Lemmy. Voyons un peu s’ils [Gehennah] sont « toujours l’élite », pour citer leur morceau d’ouverture… A écouter en se sifflant un Jack pendant une partie de poker en balançant ses as de pique.

Tracklist:
1. Still the Elite (3:48)
2. Life Metal must die (2:28)
3. Too loud to live, too drunk to die (3:00)
4. Scumbag (3:45)
5. Gehennah will destroy your Life (2:02)
6. Let’s fall off the Wagon (2:47)
7. ‘Cause we’re a Street Metal Band (2:35)
8. Tonight we fight (2:37)
9. When all else fails, destroy! (2:11)
10. Low on Cash, high on Speed (2:38)
11. We stole your Song (2:53)
12. Unholy and Unpleasant (2:12)
13. All of the Decadence, None of the Success (3:53)

 

Facebookhttps://www.facebook.com/gehennah.metal/

Site officiel (via le label)http://www.metalblade.com/gehennah/

Youtubehttps://www.youtube.com/watch?v=lYZECHTzloU&list=PLy8LfIp6j3aLfCEGefUGcJk_mpVsEECyU

 

 

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green