Communication de nos partenaires

Ixion

Le 10 décembre 2017 posté par celtikwar

 

ixion logo

 

– Est il possible de nous (re)faire une présentation rapide du groupe pour nos lecteurs qui auraient encore la malchance de vous connaitre?

Bien sur ! Ixion est un projet de doom métal atmosphérique que j’ai initié voici un peu plus de 10 ans maintenant. Nous avons rapidement travaillé en duo (avec Thomas) puis en trio (avec l’arrivée de Yannick), et pour le dernier album en duo à nouveau, mais avec Yannick et moi-même. A ce jour nous avons sorti une démo et trois albums. Notre identité musicale est basé sur l’association ambient / électronique – doom métal atmosphérique et mélodique. Et elle s’est toujours enrichie d’autres facettes : métal gothique, orchestrations façon BO, musique celtique… et avec une grande diversité de types de voix. Nous avons aussi la particularité de nous rattacher à science-fiction pour tout ce qui entoure la musique.

– « Return » votre nouvel opus nous offre une promenade vers de nombreux univers. Quand vous composez, partez vous de l’univers recherché pour trouver la musique, ou est ce le premier accord qui vous exporte vers une nouvelle promenade?

D’une manière générale c’est la musique qui vient en premier et détermine l’univers que nous développons ensuite (concept, paroles, visuels…). C’est typiquement ce qui s’est passé pour ‘Return’ et ‘Enfant de la Nui’t : il s’agit à la base d’une même période de composition, les morceaux les plus « dark » ayant été regroupés sur Enfant de la Nuit et les plus « lumineux » sur ‘Return’, ce qui a permis dans les deux cas de définir un concept bien précis. Après il y a une forme de rétroaction : certains arrangements musicaux sont repris ou ajoutés une fois le concept posé, et c’est la même chose pour l’ordre des morceaux.

– Le meilleur endroit pour vous écouter? A la maison prêt de la cheminée? Imbibé à un comptoir? Dehors la nuit avec les étoiles? Sur la plage seul?

Ce n’est peut être pas à nous de répondre à cette question, mais j’aurais tendance à dire au calme dans tous les cas. Même si nos morceaux sont d’un format relativement courts pour du doom, je pense qu’il s’agit d’une musique à écouter, pour se laisser embarquer en voyage, comme tu le signalais à la question précédente.

– Pouvez vous nous dire quelques mots sur la pochette de ‘Return’?

C’est une photo que j’ai prise il y a assez longtemps, et en la redécouvrant, ça a fait tilt : elle exprime parfaitement cette dimension plus lumineuse de l’album, le retour sur Terre aussi, tout en préservant le côté vaste et spatial. L’aspect maritime ressort aussi : sur la partie basse de l’image, on pourrait penser à l’écume d’une vague…

Pour le logo et le titre, l’approche minimaliste s’est imposée d’elle même pour ne pas perturber l’impact de l’image.

ixion return
-Vous avez peut être des dates de concerts à nous donner?

Toujours pas de concerts en vue ! Les problématiques qui se posent à nous pour du live sont toujours là : trouver un line-up pouvant restituer notre musique, et avoir les moyens pour proposer une scénographie à la hauteur des images que la musique provoque… Sinon la composition va tranquillement reprendre (il y a déjà pas mal de briques pour de futurs morceaux !), mais je vais d’abord effectuer une mise à jour de mon home-studio, il y a pas mal de choses sur lesquelles je lorgne niveau matériel / softwares !

-Pouvez nous faire un Track By Track, en nous expliquant l’univers de chaque chansons, une anecdote d’enregistrement, ce qu’elle évoque…; bref un peu tout ce que vous voulez.

1. « Out of the Dark » Ce morceau fait d’une certaine manière le lien entre nos précédents albums et ‘Return’ (musicalement du moins) avec une première partie doom atmo et une seconde plus originale, mêlant une approche un peu rock et progressive en piano / guitare, une séquence très synthwave et une ambiance plus épique. Le morceau illustre ainsi le réveil de l’équipage dans l’espace et la sortie de l’obscurité, puis la prise de conscience du retour dans le système solaire, à proximité de la Terre, avec tout l’espoir que cela suscite.

2. « Into her Light » Un morceau contrasté, entre son introduction inédite pour nous, car vraiment calme, lumineuse, en arpèges, des passages plus agressifs, sombres, et une fin épique jouant avec des guitares twin leads typiquement doom, une voix rock, des growls, et une mélodie de synthé très 70’s-80’s.Le morceau parfait pour évoquer la redécouverte de la Terre vue depuis l’espace, dans ce qu’elle a de maternelle, mais aussi d’insondable, de mystérieux, d’attirant… C’est sur ce type de morceaux que le mixage peut prendre du temps, afin que chaque élément trouve sa place !
3. « Hanging in the sky » A nouveau un morceau en plusieurs phases, inhabituel pour nous sur certains aspects, avec l’usage renforcé des guitares clean, et une orientation post-rock vraiment affirmée. Il marque le retour sur Terre à proprement parlé, la traversée des hautes couches de l’atmosphère puis des nuages… La fin est probablement l’un des moments les plus puissants que nous ayons jamais réalisé, et elle a l’air de toucher pas mal de monde. Le genre de passages où le travail d’arrangement et d’interprétation de Yannick sur ses voix donne une autre ampleur aux compositions ! Ça fait partie des plaisirs du studio de voir la musique s’enrichir et gagner en puissance émotionnelle !

4. « Back Home Back » Home fait partie de nos morceaux « gothiques » (au même titre qu' »Allegiance » sur le précédent opus) – même si nous sommes affiliés doom, je ne cache pas l’énorme influence de groupes comme Paradise Lost, Moonspell, ou Tiamat sur moi. Le ton est donc plus dynamique et electro, même si entrecoupé de breaks moins directs, plus complexes. Il illustre l’atterrissage sur une île, le retour à la terre, à l’air frais, une sorte de libération pour les membres de l’équipage, ce qui colle bien au tempo plus soutenu.

5. « The Ocean » Le sample de mer qui ouvre le morceau marque le début de la partie aquatique de l’album. L’équipage découvre que la Terre est désormais recouverte d’un Océan global et part à la recherche de ce qu’il peut rester de l’humanité. C’est un morceau assez progressif de par sa diversité sonore et sa construction. L’outro fait partie de ces respirations atmosphériques et tristes que nous aimons proposer !

6. » Contact » Ce morceau renforce encore le côté progressif du milieu d’album, et est assez unique je pense – il joue sur tous les fronts : on y trouve les passages les plus « heavy » de Return, qui se greffent sur un groove de basse électronique, mais aussi des moments très mélancoliques, planants, ou doom… Cette singularité musicale fait écho à l’histoire : notre équipage fait la connaissance d’une nouvelle civilisation, en l’occurrence ce que l’humanité est devenue en s’adaptant à la vie aquatique, y compris en modifiant sa propre chair par la biotechnologie. Par rapport à cette partie de l’histoire, j’avais un peu le film Abyss en tête, et quelques paroles y font d’ailleurs référence en clin d’œil : « holding this hand, confused as a child, I’m guided by strange figures made of light… »

7. « World of Silence  » Notre tout premier morceau avec uniquement du chant clair ! Il s’est beaucoup enrichi avec le temps et je suis fier de la mélancolie qu’il dégage et de sa montée en puissance. Il raconte les retrouvailles entre un père parti en mission spatiale et son fils resté sur Terre et ayant vécu seul ces mutations de l’espèce humaine. C’est un morceau vraiment tourné vers les émotions humaines, le regret notamment. Musicalement c’est aussi une fusion entre le doom métal et les synthés, plutôt qu’une addition des deux.

8. » Stranger « Probablement un morceau caractéristique d’Ixion – même s’il ne fait que 3 minutes 30, il présente je crois les éléments clés de notre identité musicale : nappes aFacebooktmosphériques, doom métal, sons électroniques froids, mélancolie… Son introduction est à la fois minimaliste et riche, poignante je pense, avec une dimension cold-folk un peu nouvelle par contre, en complément aux synthés et aux voix de Yannick. La prise de conscience pour l’homme de l’ancien monde qu’il n’est pas fait pour cette vie aquatique.

9. « The Dive (Fade to blue part 2) » Comme le sous titre l’indique il s’agit d’une suite au morceau « Fade to Blue » qui clôturait ‘To the Void’, avec une utilisation d’instruments celtiques, et la vision d’un personnage quittant ce monde en se fondant dans les profondeurs de l’océan. Ce titre est à la fois empreint de gravité avec une dimension doom marquée, et épique avec un passage mêlant ensemble de cornemuses, ullean pipe, guitares… Un véritable casse tête à mixer ! Et aussi une forme de récréation, à reconstituer cet ensemble celtique : nous avons expérimenté pour trouver le bon rendu, avec plusieurs pistes de plusieurs instruments virtuels (à base de samples réels). Du point de vue de l’histoire, notre personnage plonge vers le fond de l’océan, pour y retrouver les vestiges de l’ancien monde, et partir ainsi en paix… La Terre quant à elle a finalement permis à l’humanité d’étancher sa soif d’immensité, en l’amenant à s’épanouir au sein de ce bleu infini…

Je vous laisse les derniers mots

Et bien merci pour ces questions et pour l’intérêt que vous portez à Ixion ! Un grand merci aussi à nos auditeurs ! Les commentaires ou témoignages que nous pouvons recevoir font chaud au cœur ! Et nous espérons vraiment que  »Return » vous emmène ailleurs !

 

Facebook:https://www.facebook.com/ixiondoom/

Chronique:http://www.soilchronicles.fr/chroniques/ixion-return

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green