Communication de nos partenaires

Weirdland – Fragments Of Time

Le 31 janvier 2011 posté par celtikwar

Line-up sur cet Album


  • Pat Jungrichter : Chant, Guitare
  • Thierry Ventura : Basse, Choeurs
  • Thierry Delvaux : Batterie

Style:

Heavy Progressif

Date de sortie:

2009

Label:

Brennus

Note du Soilchroniqueur (Celtikwar): 7,5/10

Le Metal progressif, dérivé du Heavy Metal, se caractérise par sa partie instrumentale très recherchée. Les chansons, de durées assez importantes, possèdent souvent de nombreux changements de tempo, ainsi qu’une grande variété dans les mélodies.

Weirdland fait partie des formations françaises officiant dans ce style, formé en 2002 par trois musiciens de St Etienne, le groupe est à ses débuts assez prolifique en terme de compositions, car sort un nouvel opus tous les ans. Le premier à voir le jour est une démonstration « The Curse Of Ice », suivent alors « Remains From The Past  » et « Weavers Of Fate » tous trois auto-produits. Enchaînant alors les concerts, Weirdland restera quatre années sans publier de nouveaux opus, il faut attendre 2009 pour voir sortir « Fragments of Time ».

Quelques changements sont à noter sur cet album, les compositions plus travaillées sont maintenant gratifiées de claviers rehaussant les mélodies, et le chant moins typé Old School se fait une place plus réduite pour laisser la part belle aux parties instrumentales. Les compositions avoisinant souvent les neuf minutes laissent aux musiciens libre cours à leurs inspirations. On ne possède pas assez de doigts pour compter le nombre de changements de tempo au sein du même titre. Tous suivent la même ligne de conduite, des guitares en avant plans énergiques et rapides, nous offrant un déluge de notes sur certains solo, une vitesse poussée permettant quand même une audition parfaite de chaque note. Une partie rythmique assez rapide mais peu mise en valeur lors de la production. Pourtant aucun titre ne ressemble aux autres et chacun nous montre un Weirdland en grande forme.

« Ràn, Goddess of the Sea« , après sa longue introduction est un mélange de riffs acérés et de parties plus calmes et douces, Patrick s’essaye même au chant plus sombre sur un court passage, alors que sa voix est mélodique sur le reste de l’album. « The Ghosts of the Spanish Castle« , interlude de deux minutes à la guitare acoustique, est très doux et envoûtant, permettant un peu de douceur avant de repartir avec « Nebulys : a Trip into the Unknown » séparé en quatre parties, introduit par une voix sombre que l’on croirait tiré du Triumph Of Steel de Manowar. Ce titre nous emmène vers un métal au son plus moderne, donnant aux claviers une part plus importante. Le chant est plus varié, puissant et teigneux pour les couplets, repartant ensuite vers de douces mélodies sur les refrains et on retrouve même quelques courts passages de voix électronique par moments.

Un album qui vaut le détour et un nom de groupe à retenir, qui comme Shadyon risque de nous faire passer encore de bons moments musicaux. Un univers musical très riche et varié, développé dans des compositions très agréables et travaillées. Il ne manque qu’un léger mieux dans la production pour un meilleur rendu de la basse et Weirdland peut devenir une grande pointure dans le style. Cela fait maintenant plus de huit années que le groupe existe mais il est devenu bien plus mature et a progressé à grand pas durant ces quatre années de « pause musicale ». Un album hors du temps, qui sera aussi plaisant à entendre dans dix ans.

Myspace:http://www.myspace.com/weirdlandspace

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green