Communication de nos partenaires

Twilight Force – Heroes of mighty Magic

Le 29 août 2016 posté par Bloodybarbie

Line-up sur cet Album


  • Chrileon : Chant, Guitare
  • Lynd : Guitare lead, Luth
  • Aerendir : Guitare
  • Blackwald : Claviers, piano, violon
  • Born : Basse
  • De'Azsh : Batterie

Style:

Power Symphonic Epic Metal

Date de sortie:

26 Aout 2016

Label:

Nuclear Blast Records

Note du Soilchroniqueur (Willhelm von Graffenberg) : 11/10

En lisant (mal) le titre de l’album, je me suis direct dit : « ouuuuh… ça sent le gros geek inside », me rappelant également ma jeunesse perdue devant un écran de PC à tenter des stratégies avortées – parce que foireuses – pour conquérir les terres de l’univers heroic fantasy de Heroes of Might AND Magic… J’étais blond, j’étais beau, je sentais bon le sable chaud, et je n’étais pas le seul dans cette légion de « sales geeks » qui découvraient une bande son adéquate pour leurs jeux favoris. Pourquoi je vous raconte ça, moi ? Revenons au présent, et discutons, entre deux jets de dés 10, du second album de Twilight Force, Heroes of mighty Magic.

N’osez pas me demander de quel genre il s’agit : avec un peu de jugeote, vous mélangez les termes « twilight », « force », « heroes », « mighty » dans un choipeau « magic » et vous obtenez du… du ? Du Sympho’, option glory power, évidemment. D’ailleurs je ne comprends toujours pas qu’on puisse limiter un tel album et groupe à simplement du « Power Metal » : pour moi, quand t’as un orchestre et un chœur omniprésents sur un album, épiques de surcroit, tu appelles ça du « gros symphonique qui dépote » et c’est marre !

Revenons malgré tout dans le passé dont je vous parlais précédemment, vu qu’à l’écoute, on se retrouve dans la période Rhapsody des débuts, le premier Avantasia et un fond d’approche de Stratovarius. Pareil, vous mélangez tout ça et vous obtenez un gros concept album épique. Et au-delà de l’aspect « madeleine de Proust », c’est méchamment jouissif et donnera certainement envie aux moins matures d’entre vous de grimper à dos de dragon – l’artwork est on-ne-peut-plus éloquent – pour aller défoncer de l’orc dans des terres maudites que seul un élu pourra sauver de son funeste destin. Personne ne peut se tromper quand même les musiciens ont des pseudos qui pourraient être écrit en elfique.

Non seulement c’est puissant et épique – oui, je sais je redonde, mais c’est le seul terme, exact et pur, qui corresponde à cet album – mais, pour en avoir écouté foultitude de ce genre, mon genre de prédilection, on se fait encore surprendre. C’est dire si c’est chiadé, bien réfléchi, et pas banal ou réchauffé. Alors oui, on a un peut tout compris des codes, on retrouvera des inserts médiévaux à base de luth, flûte et violon, des voix haut perchées, du duo masculin féminin, des chœurs pleine balle tantôt mignons tantôt musclés, mais on sent aussi que les compositeurs suédois ont voulu faire une B.O. et pas simplement un enchainement de chansons. En outre, ces compositeurs ont une gigantesque culture musicale, principalement celle des B.O. tant on a l’impression de se retrouver dans un univers Disney – dont le leitmotiv est « movies, magic and more », c’est pas anodin – avec le métallophone, la harpe et les envolées de cordes, et de plein de films fantastiques ou de fantasy (L’Histoire sans fin, Willow, Edward aux mains d’argent, etc.) ou encore par une approche dans l’écriture des John Williams, Jerry Goldsmith, Michael Kamen, mais encore des compositeurs de B.O. de jeux vidéo (une similitude avec le « Dragonborn » de Skyrim), de musicals dans l’utilisation des affetti propres au drama (les rallentandi, les chimes qui tintent sur chaque morceau, etc.), comme Andrew Lloyd Webber, le tout à la sauce metal. Si j’émets une légère réserve sur le timbre du chanteur, mélange d’un Fabio Leone et D.C. Cooper pas encore trop assuré, le héros de l’histoire narrée par ce concept album est bien épaulé par d’excellents musiciens qui maitrisent leur art, le tout avec un son d’une qualité irréprochable et équilibré dans la balance orchestration VS Metal, et sans trop de branlette/démonstration technique (un peu quand même, hein, il en faut bien sur : ça sent l’inspiration turillienne dans la technique de gratte). Je ne pourrai vous citer aucun titre de préférence ou référence : tous sont épiques – oui, encore –, chacun avec son identité ou sa petite singularité d’écriture, et tous aussi puissants (même si j’ai trouvé le tout début de « To the Stars » moins entrainant, c’est aussitôt comblé par la suite, sublime). Que ce soit par un passage de voix soliste lyrique enchainé par un chœur féminin sur le plus long morceau de l’album, « There and back again », influencé de Queen, ou même les passages narratifs (le long « Epilogue » par exemple) avec cette voix de vieux sage au coin du feu qui donne envie de l’accompagner dans un univers merveilleux et victorieux, à part si vraiment le genre ne vous parle pas, difficile de ne pas se laisser alpaguer et entrainer par la musique. La coda du morceau éponyme de l’album est juste monstrueuse ! L’hymne final « Knights of Twilight’s Might » est du même acabit !

Un excellent album, enthousiasmant, revigorant, qui continue là où la magie avait disparu à la fin de la première Saga de l’Épée d’Émeraude chez Rhapsody, ou encore le premier volet d’Avantasia chez Tobias Sammet… Et c’est teeeeeellement bon ! Je suis tout Joie ! Sur ce, je vais me refaire l’intégrale des Disney en imaginant des arrangements metalisés.

A écouter en se rappelant qu’avant, il y avait Rhapsody… mais ça, c’était avant !

Tracklist:
1. Battle of arcane Might (5:06)
2. Powerwind (4:16)
3. Guardian of the Seas (5:38)
4. Flight of the Sapphire Dragon (5:40)
5. There and back again (10:13)
6. Riders of the Dawn (3:43)
7. Keepers of Fate (5:37)
8. Rise of a Hero (5:12)
9. To the Stars (5:32)
10. Heroes of mighty Magic (9:55)
11. Epilogue (6:39)
12. Knights of Twilight’s Might (1:45)

Facebook: https://www.facebook.com/twilightforce/
Site officiel: http://phonofile.link/twilight-force-ta … prophecies
Spotify: https://play.spotify.com/album/5VlY9GuNo4NZ6xAuYPARi1
Deezer: http://www.deezer.com/album/13867008 Youtube: https://www.youtube.com/channel/UCCC2vo … SLkE36T3yA

Retour en début de page

1 Commentaire sur “Twilight Force – Heroes of mighty Magic”

  1. pingback pingback:
    Posté: 13th Nov 2016 vers 1 h 50 min
    1
    Sonata Arctica + Twilight Force à La Machine (Paris) le 16/10/2016 | Soil Chronicles

    […] et viennent défendre leur tout nouvel et excellent album : « Heroes Of Mighty And Magic ». (http://www.soilchronicles.fr/chroniques/twilight-force-heroes-of-mighty-magic). Malgré que la plupart soient masqués (voir cagoulés), on lit dans leurs visages une joie […]

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green