Communication de nos partenaires

Kaylz – Obsidian Echoes

Le 26 février 2014 posté par celtikwar

Line-up sur cet Album


  • Quentin Kare: guitare
  • Olivier LeMaâ: basse
  • Nicolas Euvrard: batterie
 

Style:

Post-Stoner instrumental

Date de sortie:

Décembre 2012

Label:

Autoproduction

Note du Soilchroniqueur: 7/10

 
Kaylz est un groupe qui m’évoque un certain mystère. Non pas qu’ils veulent, comme certains, masquer leur identité ou se cacher derrière des personnages fictifs. D’ailleurs, on sait pas mal de choses en ce qui les concerne. On sait que c’est un trio de Post-Stoner qui s’est formé en 2009 à Grenoble, qu’ils ont sorti en 2010 une première démo et qu’ils ont écumé pas mal salles de concerts et de festivals, partageant ainsi l’affiche avec de nombreux noms. Bref, un groupe jeune, mais déjà fort en expériences.
Mais là où le groupe se montre plus secret, c’est sur leur nom, Kaylz, que l’on retrouve aussi dans le titre du premier morceau. Quant au nom de cet EP, Obsidian Echoes, il reste très vague et évocateur, tout en renvoyant à l’artwork, mélange d’abstrait et de symbolisation d’un abysse – ou d’une onde sonore – et dont l’une des deux couleurs renvoie à celle de la pierre obsidienne.
Pour ce qui est des paroles, c’est bien simple, il n’y en a pas. Kaylz est un groupe instrumental.

Pourtant, si le nom du groupe reste un mystère, celui de cet EP, tout comme sa pochette, prennent sens dès qu’on se met à l’écouter, avec « K.A.Y.L.Z ». Après une intro en forme de larsen – chose assez courante dans le style, mais toujours efficace – sur laquelle une batterie vient marteler juste avant que la guitare prenne le pas, c’est un son lourd, massif, très tellurique finalement, qui nous prend les oreilles et nous fait vibrer les tympans. C’est une intro assez longue, et qui arrive par couches successives. Et si le son change pour quelque chose de plus aérien, le titre revient vite à sa mélodie initiale.

C’est ça, Kaylz, des sonorités épaisses, aidées par une production, certes brute, mais qui ne manque pas de puissance. Même si cette dernière apparaît un peu root, notamment sur le son de batterie dans l’intro de « Abrasive Light », elle s’évertue à retranscrire les ambiances massives déployées, en mettant en avant une basse au rôle primordial.
Mais cette ambiance ne serait rien si le trio ne savait pas aussi prendre de l’ampleur et s’envoler. Ainsi, dès « K.A.Y.L.Z », on a un passage où la guitare se fait plus lointaine au profit de la rythmique, introduisant quelque chose de très cristallin et hypnotique, avant un retour brutal à la terre, qui intensifie toute la lourdeur présente au début de ce titre. Et ces passages éthérés apportent dans chaque titre une variation bienvenue. Sur le « court » « Abrasive Light », c’est quelque chose de très psychédélique, qui casse un départ assez sautillant et aérien, mais aussi très dissonant ; sur « Casual Reality », qui commence direct, c’est un passage méditatif, avec ces notes qui vont sonner et résonner dans nos oreilles et sur « Power Circle », une guitare éthérée fait son apparition, avant de partir pour mieux revenir ensuite.
Malgré cette impression que donne le paragraphe précédent, qui laisse à penser que Kaylz prend son temps pour placer ses atmosphères, les Grenoblois savent aussi apporter quelque chose de plus brut et direct. En témoignent déjà le début de « Casual Reality », tout comme sa fin d’ailleurs, mais aussi la guitare acérée qui arrive dans la deuxième partie de « Power Circle », marquant une opposition avec le passage planant qui précède. Une guitare qui reviendra à la toute fin du morceau, pour clôturer cet EP tout en s’intensifiant.

Kaylz, un groupe qui mise donc sacrément sur les ambiances. C’est d’autant plus vrai que l’absence de chant, impose une telle démarche. Et si, aux premières secondes, on pourrait croire à une version provisoire, « en attendant d’avoir un chanteur » quoi, il n’en est rien. Puisqu’à chaque fois qu’on se dit qu’une voix pourrait intervenir, le groupe nous surprend et porte notre attention sur ce qui est important : les instrus ! Rien que le court passage dissonant à la guitare, cassure dans la structure, sur « K.A.Y.L.Z » en est une preuve.
Quant aux changements, alternances de plans, qui peuvent laisser penser que ces atmosphères peuvent être mises de côté au profit de structures tirant légèrement vers le Prog, ce n’est pas non plus le cas. En fait, Kaylz, malgré quelques ruptures plus brusques, tricote tous ses morceaux autour d’un même riff, qu’il vient triturer, enrichir, amputer, compléter… pour créer plusieurs ambiances différentes, allant de quelque chose de très terreux, voire presque boueux, à des envolées palantes. Il se plaît aussi à revisiter une même phrase musicale en la répétant tout en mettant à chaque fois en avant un instrument différent plutôt qu’un autre. En résulte des titres souvent assez longs, hormis « Abrasive Light », inférieur à cinq minutes, mais cohérents et bien construits.

J’ai lu quelque part que Kaylz, en live, interagissait peu avec le public. Je ne sais pas si ça a changé, mais quoi qu’il en soit, ce n’est pas dérangeant. Au contraire, je pense ça laisse l’auditoire s’imprégner des atmosphères de leur musique déjà bien présentes en studio. Obsidian Echoes est un EP construit autour de ces ambiances, variées, mais sans cesse présentes, et qui sait aussi se montrer plus direct. Un groupe à découvrir et auquel il faut laisser le temps pour s’installer.

 

 

 

 

 

 

Bandcamp:http://kaylz.bandcamp.com/
Facebook:https://www.facebook.com/kaylzband
Site:http://kaylz.com/

 

Tracklist:
1. K.A.Y.L.Z.
2. Abrasive Light
3. Casual Reality
4. Power Circle

Retour en début de page

1 Commentaire sur “Kaylz – Obsidian Echoes”

  1. pingback pingback:
    Posté: 4th Juin 2016 vers 17 h 46 min
    1
    Abysse – I am the Wolf | Soil Chronicles

    […] faute de chanteur. Même dans des albums que j’ai beaucoup aimé, comme ceux de Corbeaux ou Kaylz, je m’attendais, à certains moments, à voir se pointer un chant qui ne venait jamais. D’où […]

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green