Communication de nos partenaires

Exeloume – Fairytale of perversion

Le 19 juillet 2011 posté par Son

Line-up sur cet Album


  • John Wangberg : Basse
  • Andrè Ulriksen : Guitare
  • Tom "Welhaven" Wahl : Guitare
  • Øystein Haltbakk : Chant
  • Alessandro Elide : Batterie

Style:

Thrash/Death metal

Date de sortie:

13 mai 2011

Label:

Vicisolum Productions

Note du Soilchroniqueur (Metalfreak) : 8/10

Après deux démos en 2009 (« The longest shadow ») et en 2010 (« Fairytale of perversion »), le quintet de Trondheim (Norvège) Exeloume, formé en 2007, nous offre enfin son premier album. Avec une pochette signée Ed Repka, une production aux petits oignons de Dan Swäno, des featurings par ce dernier et par Andy Laroque : c’est clair et niet, il ne fallait pas s’attendre à quelque chose de très innovant. Bien au contraire : on nage en plein old school avec ce cocktail combinant l’énergie et les riffs incisifs du thrash des mid-eighties avec la furie du death metal du début des nineties… avec des sonorités plus modernes : entendons-nous bien, le son est ici ENORME !

Un titre/intro « Lex talionis » d’une cinquantaine de secondes plante d’entrée le décor : gros riffs thrash à souhait avec voix grave agressive. On nage dans une époque sonore bénie, et on sent qu’on va passer trois quarts d’heure plutôt agréables. Sans le moindre blanc, « Blind billions » s’enchaîne et la claque du premier titre se transforme en pain dans la gueule. Puissance maîtrisée par une technique sans faille : on se retrouve quelque part entre la puissance de Bolt Thrower, la technique de Tourniquet ou de Death et le thrash made in Bay Area dans l’attaque des riffs et le phrasé du chant.

Difficile de trouver un morceau qui se démarque : chacun, toujours dans un registre thrash aux tempos speed, avec son identité propre, prend aux tripes avec une facilité déconcertante, grâce à une maîtrise instrumentale sans faille et un batteur hors normes. On reprochera peut être une trop grande linéarité dans le chant, se situant entre Chuck Billy lorsqu’il growle un tantinet (rappelez-vous « John Doe »), Russ Anderson (Forbidden) ou Mille Petrozza (Kreator).

L’album, définitivement, se veut plaisant de boût en boût, ça fleure bon le plein revival avec en prime ce putain de son qui aurait fait de cet album un incontournable s’il était sorti dans les débuts des nineties. Il n’est pas trop tard cependant pour qu’il devienne un classique.

On notera l’apparition de Dan Swäno au chant sur le final « Our poisonous creation » et celle d’Andy LaRoque sur « Ignorance is bliss » à la gratte.

Non, le thrash/death ne se mord pas la queue, on n’a pas encore fait le tour du genre, Exeloume nous le prouve avec brio.

Un album fantastique !

Site officiel : http://www.snotpope.com/exeloume/
Myspace : http://www.myspace.com/exeloumethrash

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green