Communication de nos partenaires

Live report : Bloodybarbie


Pour la première fois, le fer de lance Mark Tremonti ne vient pas fouler les planches de la scène parisienne en tant que guitariste d’Alter Bridge, ex guitariste de Creed ou ses multiples autres projets, mais avec son propre groupe qui porte d’ailleurs son nom : Tremonti, officiant dans un style, du Métal Alternatif bien viril à la croisée de ces deux groupes mais avec du son neuf et bien frais !

Son talent lui a valu un classement en tant que quatrième meilleur guitariste du Heavy métal par Total Guitar, trois années d’affilée.

Cette tournée européenne (dont deux dates française: Paris et Strasbourg), voire mondiale, tient lieu de célébration pour la sortie toute fraîche de leur deuxième album « Cauterize » de très bonne qualité (http://www.soilchronicles.fr/chroniques/tremonti-cauterize), qui est sorti chez son propre label, FRET 12 Records qu’il a fondé avec son frère Dan Tremonti.

Tremonti vient escorté par ce jeune groupe de Metalcore, Like A Storm, que j’ai découvert en première partie de Steel Panther en mars dernier à l’Olympia et qui d’ailleurs, fête la sortie de son troisième album « Awaken The Fire » (http://www.soilchronicles.fr/chroniques/like-a-storm-awaken-the-fire). En espérant que cette fois-ci, la setlist serait plus longue et le show plus affirmé.

Après mes interviews des deux groupes, j’assiste aux balances sympathiques de Like A Storm. Je vais tout de même vous présenter ces petits jeunes: ils viennent de l’autre bout de la planète, la Nouvelle-Zélande, et le plus drôle c’est que les deux guitaristes Chris Brooks et Matt Brooks ainsi que le bassiste Kent Brooks sont frères, et ça, c’est très beau ! Ils ont tous abandonné leur études, soutenus par leurs parents, pour devenir des Rockstars et apparemment ils sont bien partis pour. Ils ont apporté une touche unique dans cet océan de Metalcore où tout finit par se ressembler : la subtile introduction de cet instrument qu’on entend dans les musiques folk : Le Didgeridoo. D’ailleurs, lors des balances, il n’a pas été pas testé ! Sinon, Kent sait compter jusqu’à 40 en français (lors du contrôle de micro) et répétait les quelques phrases en français qu’il a apprises, dont « Est-ce qu’il y a à boire? » !

La salle est assez remplie pour cette première partie, des fans vêtus de t-shirts de Tremonti ou d’Alter Bridge, même quelques-uns qui sont venus pour Like A Storm. Il est 20h00, l’heure est venue et le show est désormais lancé ! Moi qui pensais que tous les métalleux étaient au Hellfest, je me sens beaucoup moins seule. Et puis nous aussi, on va s’amuser ce soir !

Bien évidemment, pour impressionner ceux qui ne les connaissent pas, c’est Chris et son Digeridoo qui seront maitres de ces premières secondes de « Chemical Infatuation » avec cette brume installant une ambiance mystique et Voodoo. Les lumières s’allument, laissant place à un décor scénique enflammé (pas de vraies flammes hein !). Ils enchaînent avec « Never Surrender », un titre banal et moins entraînant que le reste.

Vint enfin le moment que j’attendais, cette reprise de Coolio agressive et mouvementée du tubesque « Gangster Paradise » (d’ailleurs, je vous recommande de regarder la lyric video), qui me hérisse les poils (bon bien que je sois une femme, il m’en reste quelques-uns). J’avoue que ce morceau a une certaine valeur  pour moi, et cette reprise la double. « Become The Enemy » vous rappellera tout ce qui a de bien classique dans le Métalcore. Un court entracte pour Matt et Kent, pendant que Chris nous fait son solo de didgeridoo accompagné par une impro de Zak.

L’intro sudiste de « Wish You Hell » inscrit l’état d’esprit de ce morceau qui envoie du très lourd sur scène. Bien que Chris se soit adonné uniquement à son micro pour ce morceau-là, il retrouvera son autre guitare délaissée, qui reposait seule sur son fût depuis le début, pour un solo spécial.

On a eu le droit à leur fameuse reprise de « TNT »(AC/DC) revisitée où Matt va à la rencontre du public pour l’animer davantage. Au moins s’il y a un morceau que tout le monde peut chanter, c’est celui-là !

Et pour terminer, leur tube détonnant « Love The Way You Hate Me » qui a inondé les radios américaines et leur a valu une signature chez Century Media Records. Chris nous refait un solo de didgeridoo. A ma grande surprise, nombreux étaient ceux qui connaissaient les paroles.

J’avoue que cette prestation était bien meilleure qu’en première partie de Steel Panter. Ils ont clairement regagné de la confiance en eux et sont bien plus à l’aise sur scène. L’interaction avec le public était incessante, désormais ils savent comment s’y prendre. Et puis entre un concert à l’Olympia et au Divan Du Monde, il n’y a pas photo, ils pouvaient se permettre plus de folies dans cette salle intimiste.

Le son était propre et de très bonne qualité, la setlist aux petits oignons nous livrant le meilleur de leur discographie dans la joie et la bonne humeur. Ils ont réussi à secouer le public, à le charmer et pas seulement les plus jeunes et les amateurs de Metalcore ! D’ailleurs à la fin, j’entends des gens dire que c’était la meilleure première partie qu’ils n’ont jamais vu. Si Like A Storm ne m’avait pas trop convaincu à l’Olympia, je peux dire que ce soir, ils ont fait fort et mis tout le paquet, une belle réussite ! Au plaisir de les revoir encore !

Setlist Like A Storm :

-Chemical Infatuation
-Never Surrender
-Gangsta’s Paradise (Coolio cover)
-Become the Enemy
-Didgeridoo and Drums Jam
-Wish You Hell
-T.N.T. (AC/DC cover)
-Love the Way You Hate Me

Voici l’nterview de Matt Brooks quelques heures avant le concert : http://www.soilchronicles.fr/interviews/like-a-storm

Petit quart d’heure de répit et de changement de matériel… On remarquera la présence d’amplis qu’on ne voit pas souvent, des amplis Eddie Van Halen (EVH) !

21H déjà, Tremonti investit enfin la scène parisienne avec ses camarades : Eric Friedman à la guitare, Garrett Whitlok à la batterie, et c’est le bassiste Tanner Keegan qui remplacera Wolfgang Van Halen, le fils du grand guitariste Eddie Van Halen, qui a préféré partir en tournée avec son père. Cependant, son esprit est là, incarné dans ces amplis rares EVH.

L’entrée sur scène fut brutale pour le public qui s’était reposé pendant 15 min, avec ces premiers riffs de l’éponyme « Cauterize » et son subtil jeu de batterie qui se démarque. A notre grande surprise, ils interprétèrent ensuite « All That I Got » de leur B-Side. Le trio guitares/basse aussi se lâche sur les instruments l’instant d’un pont. On l’aura remarqué, Mark adore headbanguer, même en l’absence d’une chevelure adéquate.

Le public n’attendait que celui-là, pouvoir chanter sur le refrain de « You Waste Your Time », Mark nous expose un des plus beaux soli de toute sa discographie de Tremonti. D’ailleurs, ce morceau a l’air d’être le préféré du bassiste, puisqu’il a montré une énergie particulière lors de cette partie du concert.

Le rythme ralentit sur« All I Was », mais le duo de nos guitaristes se déchaine une fois de plus sur ce moment de folie qu’est l’exécution des longs soli, pendant lequel Eric s’amuse avec son tremolo de guitare dans tous les sens. Un véritable plaisir pour les yeux et les oreilles !

D’un coup et sous la discrète demande de Mark, le public atteint l’entropie maximale et la foule est dans un second état d’excitation. Tout le monde connaissait déjà le refrain de « Radical Change », bien que l’album ne soit sorti qu’en juin !

Baisse d’énergie, changement de riffs avec ce « Flying Monkeys », (qu’est-ce que j’aime pas ce titre, pourquoi n’ont-ils pas joué « Dark Trip » !), ce fut mon moment d’ennui, mais le bassiste a l’air plus déchainé que jamais ! Moment d’émotion, avec une pseudo-balade bien plaisante : « The Things I’ve Seen ».  Les bras se balancent et les torches sont allumées, un moment fort. Mark laisse l’exécution du premier solo à Eric et s’approprie le solo de fin ! Le frontman fera participer le public et l’incitera à fredonner le refrain de « Decay ».

La jouissance atteint son apogée avec le meilleur pour la fin, « Another Heart », mon morceau préféré de tous, qui clôturera ce concert… Euh, enfin presque, puisque le ‘encore’ n’a pas tardé, et c’est « Wish You Well » (à ne pas confondre avec son alter-égo, « Wish You Hell » de Like A Storm), qui posera le point final à cette soirée. Mark ordonne au public un circlepit et demande de foutre un maximum de bordel pour ce dernier morceau, et le pit fut !

Voilà que tout est bien qui finit bien, on aura eu notre dose avec une belle compilation des deux albums de Tremonti avec un son bien meilleur qu’en album, et un show d’enfer et sans faute. Je m’attendais à ce qu’il joue une reprise de ses autres formations, mais ce n’est pas arrivé (ce n’est pas si mal que ça).

On a été gâté en terme de soli sur ses guitares PRS Mark Tremonti, la rouge et la noire (et oui, sa signature porte son nom) ! Pour l’anecdote, le seul modèle en bleu a été volé.

Beaucoup de guitaristes font de drôles de grimaces lorsqu’ils exécutent un solo, Mark, lui, mine de rien, adopte un air de constipé (sauf quand il fait les mêmes grimaces que Steve Vai). Et lorsqu’il chante, il prend un air colérique et énervé, faut pas le faire chier (mais en vérité il est sympa. La preuve : il n’hésite pas à poser pour les photos et à serrer la main aux gens de la  première ligne, même lorsqu’il est en pleine action). Garrett semble savourer, avec sa petite crête, chaque note qu’il joue et headbangue à chaque croche ! Ça, c’est une séance de musculation ! En tout cas, le groupe avait l’air de s’être bien éclaté lors de ce concert, et il nous a régalés ! Voilà comment on passe une bonne soirée, pendant que les autres s’amusent au Hellfest. C’est sans regret (un peu quand même) !

Je remercie Karine pour l’invitation, Gerard Drouot Production pour avoir permis ce concert et bien sûr les deux groupes pour nous avoir fait vivre une excellente soirée !

Setlist Tremonti:

-Cauterize
-All That I Got
-You Waste Your Time
-All I Was
-Radical Change
-Flying Monkeys
-The Things I’ve Seen
-Arm Yourself
-Brains
-So You’re Afraid
-Decay
-Another Heart

Encore:
-Wish You Well

Voici l’interview d’Eric et Garrett réalisée quelques heures avant leur concert : http://www.soilchronicles.fr/interviews/tremonti

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green