Communication de nos partenaires

Unhoped – Sonic Violence

Le 27 février 2016 posté par Metalfreak

Line-up sur cet Album


Samu Parviainen - Basse / Mikko Huisko - Batterie / Aku Paasu - Guitares / Kalle Laanto - Guitares / Jyri Luostarinen - Chant.

Style:

Thrash / Death Metal

Date de sortie:

Février 2016

Label:

EBM Records

Note du SoilChroniqueur (Metalfreak) : 8/10

Dans la série des plus frappés des groupes de thrash, on peut citer les Finlandais d’Unhoped.
Dans leur vocabulaire en matière de technique musicale, il n’y a que trois mots : vitesse, vitesse et … vitesse !
Car clairement, pour débouler, ça déboule !

Unhoped est un quintet de Varkaus formé en 2007 qui a déjà sorti une demo, deux EP et un album « Die harder » (2011) : ce « Sonic violence » arrive en février 2016 avec une furie des plus intenses en matière de thrash metal.
Après 15 secondes d’intro, « Whole World gone to Hell » dévaste tout !
Niveau agressivité, on se situe entre les premiers Kreator (époque « Terrible certainty »), le premier Exodus, les premiers Slayer (comprendre, jusqu’à «Reign in blood »), voire Death (celui de « Scream bloody gore ») ou Demolition Hammer et des groupes plus récents comme Legion Of The Damned ouDeathraiser.
Ensuite ?
Un catalogue de destruction avec des riffs hyper rapides, une rythmique intense au possible, un chant damné à la croisée d’un Mille Petrozza sous amphétamines avec Tom Van Dijk (Dead Head).
« Assimilation » continue son travail de harcèlement sonore avec une précision qui confine au sadisme le plus vicieux.
Ici, ça bourrine sévère, il n’y a pas photo : ces Lucky Luke du riff ont décidé de ne pas faire dans la demi-mesure. De « Whole World… » à « Human disgrace », il n’y a pas de répit, pas un temps mort : ça part de partout, on s’en prend plein les oreilles et surtout, surtout, on se laisse happer par cette musique qui fait l’effet d’un TGV bourré de dynamite lancé à vitesse maximum.
Mais surtout, tout est cohérent, bien construit, et les soli sont à la limite du jouissif !

Il faudra attendre le cinquième titre, le long « No man’s land » qui s’étire sur sept minutes pour voir arriver un mid tempo tout aussi dévastateur que les morceaux précédents.
Ici, les musiciens jouent le vice : Unhoped a écrit son « At dawn they sleep » (Slayer sur « Hell awaits » pour ceux qui ne suivent pas). Le mid tempo bien lourd qui précède un break ultra heavy avant de partir dans une furie bien thrash comme il faut pour finir de façon très lourde… et qui donne une pièce maîtresse à ce « Sonic violence ».

Ensuite, que ce soit « Warhead sunrise », « The naked and the dead » et « Club of swines », c’est du brutal de chez brutal, comme les quatre premiers titres de l’album.
Et pour finir en apothéose, un très court titre d’à peine une minute, « Pies & friends », histoire de donner un dernier coup d’accélérateur et finir le plus violemment possible.

On l’aura compris, « Sonic violence », non seulement porte bien son nom, mais en plus se veut d’une grande cohérence parfaitement exécutée par des musiciens qui maîtrisent leur sujet.

Hautement recommandé à tout thrasher en recherche de défoulement intensif !

Tracklist :

1. Whole world gone to hell (4’57)
2. Assimilation (3’43)
3. Sonic violence (4’13)
4. Human disgrace (3’59)
5. No man’s land (7’00)
6. Warhead sunrise (5’27)
7. The naked and the dead (3’42)
8. club of swines (3’43)
9. Pies & friends (1’00)

 

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green