Communication de nos partenaires

T.A.N.K. – Symbiosis

Le 2 novembre 2015 posté par Metalfreak

Line-up sur cet Album


• Raf Pener : Chant • Olivier d’Aries : Basse • Clément Rouxel : Batterie • Nils Courbaron : Guitare • Charly Jouglet : Guitare

Style:

Death metal mélodique

Date de sortie:

21 Septembre 2015

Label:

Symbol Muzik / Believe Digital

Note du Soilchroniqueur (ShaK) : 9/10

Les franciliens de T.A.N.K (comprenez Think of A New Kind) sont enfin de retour. Après un premier EP éponyme sorti en 2007 (date à laquelle je les ai personnellement découverts), un vrai premier album paraissait en 2010 (The Burden Of Will) et un second en 2012 (Spasms Of Upheaval) qui concrétisait tout le potentiel du combo et les espoirs placés en eux, ce n’est pas peu dire que le groupe était attendu au tournant avec ce troisième opus.

Pour ceux qui ne les connaitraient pas (ah bon, il y en a ?), T.A.N.K est, à mon sens, l’un des principaux fers de lance de la nouvelle scène française. Rien que ça me direz-vous ? Eh bien oui, rien que ça. Dès les premiers concerts, le groupe s’est démarqué par une énergie follement communicative, une section rythmique à toute épreuve assurée par Clément Rouxel (Batterie) et Olivier d’Aries (basse), des guitares assassines maîtrisées à la perfection désormais assurées par Nils Courbaron et le dernier arrivé Charly Jouglet, et un frontman, Raf Pener (chant), qui ne vous lâchera jamais, tant le bonhomme excelle dans l’art de capter son public du début à la fin.

Les cinq comparses ont gravi les échelons un à un, sans jamais faiblir, sans jamais céder le moindre pouce de terrain, pour finir par s’imposer comme une référence malgré la féroce concurrence. Et à force de travail et d’abnégation, ça a payé. T.A.N.K jouit aujourd’hui d’une notoriété certaine, qui dépasse les frontières. Professionnels jusqu’au bout, leur communication est parfaite et les nombreux fans ont le sentiment (justifiés) d’appartenir à une vraie famille tant le groupe a su rester abordable et garder la tête froide.

Mais trêve d’éloges (méritées), penchons-nous sur ce « Symbiosis ». Sortir un troisième album n’est jamais chose facile. Une lassitude peut parfois se faire sentir, une impression de tourner en rond peut poindre, et on peut passer facilement à côté. Soyez rassurés, il n’en est rien ici.

Après un « Away ? » d’intro générale, le titre éponyme nous explose littéralement à la figure. Véritable vitrine du savoir-faire Made In T.A.N.K, « Symbiosis » est le meilleur exemple de l’alliance parfaite entre mélodie et rage.

Le punch de « From The Straight And Narrow » ne vous permettra pas de reprendre votre souffle.

Très saccadé, « Baneful Storm », permet à Raf de dévoiler sa voix claire (que je trouve de plus en plus mature) sur de nombreux passages du titre. Le refrain se retient immédiatement et la section rythmique fait une nouvelle preuve de maîtrise.

« Nihil » offre un moment de répit tout relatif, tant l’ambiance est torturée. Ce titre marque selon moi le début du second chapitre de l’album qu’on pourrait découper en trois actes.

Featuring de choix, Björn ‘Speed’ Strid, le chanteur de Soilwork, fait une apparition remarquée sur « Blood Relation ». Là encore, on a droit à un flot d’énergie pure, à des rythmiques qui viennent nous lacérer les flancs, et à quelques passages plus aériens du plus bel effet.

Dès les premières notes de « The Crysalis », on sait qu’on va avoir droit à un excellent titre. Et on n’est pas déçu. Ça envoie sévère. On tape du pied du début à la fin. Raf module une fois de plus très bien sa voix, et alterne parfaitement hurlements et passages plus clairs.

« Trouble Days » et son intro Hard/Heavy nous donnerait presque l’impression qu’on a changé de disque. C’est là aussi la force du combo, prendre son monde à contre-pied, pour mieux nous en mettre plein la vue. Le titre est sublime, le refrain incroyable, quant au solo c’est du grand art. Un énorme coup de cœur je dois bien l’avouer.

« Drawing Hope » ouvre la voie au troisième et dernier chapitre de l’album.

« Legacy » est dans la même veine que ses prédécesseurs. Le pont central est particulièrement bien flanqué et le passage aux guitares qui s’en suit vous laissera sans voix tant on frôle la perfection.

« Like Vultures » est le titre le plus court de l’opus. Autant vous prévenir, vous allez prendre une pluie, que dis-je, une tempête d’uppercuts. Préparez-vous à être submergés, prenez une bonne inspiration car la lame de fond est destructrice d’efficacité.

Et ne comptez pas sur « The Edge Of Time » pour vous épargner. Non non. Ce n’est pas le genre de la maison. Ici, on vous en donne pour votre argent, jusqu’au bout. Pas de bouche trou, pas d’inachevé, du bon, du très bon, du début à la fin de la galette!

Vous l’aurez compris à la lecture de ces quelques lignes, « Symbiosis » est un bijou parfaitement exécuté, servi par des compositions d’une qualité rare, superbement produit grâce à l’excellent boulot de David Potvin, et admirablement mis en lumière par une pochette signée Rusalka Design.

Classer T.A.N.K au seul Death Mélodique serait très réducteur et porterait offense à l’univers musical si varié du groupe. Au fil des albums, le combo a non seulement réussi à créer sa propre identité, mais surtout, su s’affranchir de codes bien trop rigides pour leur talent.

Je vais quand même pousser un gros coup de gueule. Oui, je trouve absolument scandaleux que T.A.N.K, après 3 albums, des dizaines et des dizaines de concerts (dont le Wacken, excusez du peu) ne soit toujours pas signé par un vrai gros label. Ces mêmes labels dont je me permettais de mettre en avant leur soif de royalties au cours de la chronique de « Metal Allegiance », véritable bouse inaudible. Les franciliens ne ménagent pas leur peine, c’est peu de le dire, pour proposer toujours mieux à leurs fans, fidèles (il n’y a qu’à voir la dernière campagne de crowfunding du groupe pour s’en rendre compte). Il serait peut-être temps de leur tendre la main avant qu’on ne vienne vous la foutre dans la gueule. Et je pèse mes mots.

T.A.N.K ce n’est pas un groupe qui ressemble à ….. Non ! T.A.N.K c’est du T.A.N.K ! Fini les références, désormais, ce sont eux qui influenceront d’autres groupes. Il faudrait être sourd ou de mauvaise foi pour ne pas reconnaître leur talent indéniable.
Je me dois de tirer un chapeau bas empreint du plus grand respect pour ces 5 musiciens. Symbiosis est sans conteste le meilleur album du groupe, un vrai coup de cœur, et surtout, une référence musicale que je classerai sans hésiter dans le top 3 des productions françaises de l’année. Il me tarde de vous retrouver sur les routes, au cours d’une prochaine tournée annoncée avec Soilwork (excusez encore du peu).

 

Continuez à porter si haut vos ambitions ! Un immense bravo.

Tracklist :

1. Away ? (1:29)
2. Symbiosis (5:00)
3. From The Straight And Narrow (4:03)
4. Baneful Storm (5:21)
5. Nihil (1:04)
6. Blood Relation (4:43)
7. The Chrysalis (4:52)
8. Troubled Days (4:25)
9. Drawing Hope (1:23)
10. Legacy (4:40)
11. Like Vultures (3:42)
12. The Edge Of Time (5:12)

 

Site Officiel : http://www.thinkofanewkind.com/
Facebook : https://www.facebook.com/thinkofanewkind/
Chronique du précédent album : http://www.soilchronicles.fr/chroniques/t-a-n-k-spasms-of-upheaval

Retour en début de page

1 Commentaire sur “T.A.N.K. – Symbiosis”

  1. pingback pingback:
    Posté: 17th Nov 2015 vers 14 h 25 min
    1
    T.A.N.K | Soil Chronicles

    […] sortie du nouvel et excellent album « Symbiosis » des parisiens de T.A.N.K (http://www.soilchronicles.fr/chroniques/tank-symbiosis), nous nous sommes entretenus avec le groupe pour en savoir plus sur lui et sur cette nouvelle […]

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green