Communication de nos partenaires

Septicflesh – Communion

Le 28 novembre 2010 posté par Wën

Line-up sur cet Album


Seth Siro Anton : basse, chant guttural
Sotiris : guitare, chant clair
Christos Antoniou : guitare, orchestrations
Fotis : batterie

Style:

Dark-metal orchestral

Date de sortie:

2008

Label:

Season Of Mist

Note du soilchroniqueur (Wën) : 08/10

Chef de file incontesté du dark-metal orchestral et/ou brutal, Septicflesh a su se forger, au gré des albums, une sérieuse réputation au sein de la scène grecque et internationale, en partie grâce à son talent à mettre en valeur le côté occulte, malsain et pesant de sa musique. Eternel challenger, le quatuor avait pourtant réussi à mettre tout le monde d’accord suite à l’accouchement de l’écrasant « Sumerian Daemons » (2003) qui laissait présager un avenir sous les meilleurs auspices. Cependant, consumée de l’intérieur par ses propres démons, la bête sera laissée pour morte, permettant à chacun de ses membres de vaquer à leurs divers projets personnels (Chaostar, Inactive Messiah, arts graphiques) avec plus ou moins de succès.

La sombre entité sommeillera ainsi près de cinq ans. Cinq longues années passées à entretenir sa haine, à rassembler ses fidèles et à préparer son retour prochain. A l’aube 2008, les rumeurs annonçant son réveil imminent prennent de l’ampleur, bien vite rattrapées par le souffle rauque de la bête, qui de son repère, s’agite frénétiquement dans son sommeil. Les échos les plus fous se font entendre jusqu’à ce que nous parvienne enfin la tant attendue offrande.

Approchez mes frères, le rituel va commencer !

En terme de prélude, puisque offert en pâture à ses disciples assoiffés quelques semaines plus tôt, ‘Lovecraft’s death‘ le titre d’ouverture, se pose là. Conventionnelle mais efficace, dérangeante mais rassurante, cette première incantation a le mérite de mettre les points sur les i grecs, quand à la qualité de ce « Communion« . Le morceau laisse d’ailleurs une place prépondérante à l’élément majeur et certainement l’attrait principal de ce nouveau disque : la présence d’un orchestre philharmonique (80 musiciens et 32 choristes), écrin parfait pour les orchestrations finement ciselées du sieur Christos Antoniou (guitare), enfin interprétées à leur juste valeur pour un rendu des plus impressionnants.

Bien que Septicflesh ait toujours su aborder de manière différente chaque étape discographique de sa carrière, « Communion » s’inscrit néanmoins dans la droite lignée de son illustre et démoniaque prédécesseur, déroulant avec une efficacité sidérante ses petits brûlots dark-metal, comme ces indéniables pièces maîtresses que sont ‘Communion’ et ‘Anubis’, aux antipodes l’une de l’autre, mais qui définissent à elles seules un genre, la musique du quatuor. Les grecs ont d’ailleurs choisi de privilégier l’alternance entre morceaux brutaux, très lourds, marqués du seau de la double pédale (‘Communion’, ‘We, the gods’) et titres bien plus mélodiques et (presque) entraînants, jouant sur la dualité chant clair/growl (‘Anubis’, ‘Sunlight/moonlight‘, ‘Sangreal’, ‘Narcissus’). Quelques morceaux sont plus difficilement cernables comme l’hypnotique et majestueux ‘Persepolis’ ou ce ‘Babel’s gate’ au solo improbable, toujours secondés et magnifiés par les orchestrations qui dotent le tout d’une dimension épique et dramatique. ‘Seth’ Antoniou (basse, chant), impérial, s’impose naturellement en maître de cérémonie de par son timbre guttural si caractéristique, servant idéalement les thématiques mythologiques abordées par le combo.

Sixième album de la formation, « Communion » n’en marque pas moins une nouvelle étape importante dans la croissance du monstre. Pas de faux pas notoire. Les moyens considérables employés (orchestre, enregistrement aux studios Fredman) permettent de donner vie à l’assénante musique du combo. Un sentiment malsain et brutal se dégage réellement de ce disque, poussant à son paroxysme le côté occulte de la chose, une impression que peu de groupes peuvent revendiquer parvenir à restituer de la sorte, hissant ainsi Septicflesh sur un piédestal, symbole d’une souveraineté chèrement acquise mais incontestable.

Page MySpace : www.myspace.com/septicfleshband

Retour en début de page

2 commentaires sur “Septicflesh – Communion”

  1. AvatarMETALPSYCHOKILLER
    Posté: 3rd Déc 2010 vers 18 h 00 min
    1

    Belle chronique, je kiffe. (-;

  2. 2

    merci ! 😀

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green