Communication de nos partenaires

Mudbath – The Red Desert Orgy

Le 20 janvier 2013 posté par Lusaimoi

Line-up sur cet Album


  • Félix : chant, percussion ;
  • Flo : guitares ;
  • Micka : guitares ;
  • Marco : basse ;
  • Luke : batterie ;

Style:

Sludge boueux

Date de sortie:

Juillet 2012

Label:

non-signé

Note du SoilChroniqueur (Lusaimoi) : 8/10

Avignon, c’est pas très grand, mais il s’y passe pas mal de choses. Même au Moyen-Âge, les papes y avaient élu domicile ! Aujourd’hui, c’est le festival que connaissent bien les amateurs de théâtre, le Palais des Papes, qui n’est plus habité, le Pont d’Avignon, qu’est pas fini, et c’est la ville natale de Mireille Mathieu, qu’est pas finie non plus.
Tout ça, c’est bien beau, mais pour nous, les metalleux, qu’est-ce qu’il y a ?
Et bien les débuts de Famine et son crasseux Peste Noire, de Neige et le plus contemplatif projet Alcest. Deux groupes qui ne sont pas inconnus pour les amateurs de BM, et de Metal en général pour Alcest.
Et puis on a aussi Mudbath.
Par deux fois je les ai loupés cette année. La deuxième fois, c’était parce que j’étais à Montpellier pour voir Textures, et la première, dont je ne m’en suis rendu compte qu’en écrivant ces lignes, c’était parce que Google n’a pas été foutu de me les trouver quand j’ai tapé « concert Metal Avignon » (en plus en première partie de Verdun…).
Bien heureusement, j’ai pu me rattraper d’abord lors de la fête de la musique, avec un jeu de scène percutant, pour une belle soirée, puis grâce à leur premier EP, « The Red Desert Orgy » disponible en téléchargement libre, pour un vrai déluge de vrombissements et de dissonances.

Parce que Mudbath porte bien son nom. Une intro presque porteuse d’espoir, s’il n’y avait ce petit grésillement qui nous titillait les tympans, et on commence à s’enfoncer dans la boue. D’abord par ce passage tout en rythmiques (qui semble raccourci par rapport à mes souvenirs live) qui prend son temps pour amorcer la musique, débouchant sur ces hurlements. Cette voix écorchée qui conduit aux premières notes d’une guitare grasse à souhait.

Mudbath pratique du Sludge, mais pas le Sudge de Tata Odette. Non, là c’est le genre de truc bien écrasant qui peut vous faire vibrer le palpitant rien qu’à la force de ses riffs. Des riffs ultra-plombants, d’une lenteur pachidermique, mais qui sont aussi capables de certaines « envolées » mélodiques. Des riffs qui sont soutenus par une basse sous-sous-sous-accordée, qui vous vrille les oreilles, des rythmiques lourdes à souhait et cette voix souvent hurlée, proche de la rupture.
Tout l’EP est basé sous cette ambiance pesante et furieuse qui nous oblige à headbanger, mais ce n’est pas là un manque de capacité de Mudbath de varier sa musique.

Parce que les variations sont aussi bien présentes entre les titres qu’au sein de chacun. Le groupe triture ses riffs, les déforme au fil du déroulement. Il n’hésite pas à casser ses structures par des breaks, comme sur « Loserwood » qui reprend l’intro, des accélérations (à la moitié de « Mudjahideen »). Le tout est vraiment bien orchestré, hormis peut-être le solo du premier titre, que je trouve amené un peu trop brusquement, d’autant plus qu’il tranche un peu trop à mon goût avec le style du groupe.
Mais c’est bien là le seul reproche que je ferai à cet EP, car ceux de « Mudjahideen » se montrent beaucoup mieux agencés et plus dissonant, correspondant ainsi au son crade de Mudbath. Tout comme ceux du bien nommé « Smells Like Teen Cunt » (assurément la phrase à inscrire sur leurs T-shirts) qui se révèlent encore plus sales avant d’engendrer une pointe de mélodie qui sera écourtée par des riffs massifs et des larsens toujours bienvenus. Ce titre étant le point d’orgue de « The Red Desert Orgy ». Le plus long, le plus poisseux, dissonant, massif et étouffant, sur lequel se distingue une voix presque claire, il conclut le CD en « beauté ».

Un EP d’environ 22 minutes prenant et prometteur du début à la fin. Ceux qui aiment le Sludge, le vrai, le crasseux, celui qui ferait passer même certains grands du genre pour des fillettes en tutu, devraient y jeter une oreille, d’autant plus que vous n’avez rien à y perdre.
La scène locale est vraiment quelque chose à surveiller de près, on arrive toujours à dénicher de bonnes surprises. Et Mudbath en fait partie.

 

Facebook : www.facebook.com/pages/Mudbath/329983097015555

Bandcamp : http://mudbath.bandcamp.com/

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green