Communication de nos partenaires

Line-up sur cet Album


Infernus - Guitars, Bass
Gaahl - Vocals
Teloch - Session Guitars
Garghuf - Session Drums

Style:

True Norwegian Black Metal

Date de sortie:

Juin 2008

Label:

Regain Records

Gorgoroth n’est plus à présenter. Tout black metalleux se respectant connaît la discographie fournie depuis 1993, le nombre incalculable de musiciens ayant servis la cause, ainsi que les débordements extra musicaux de certains de ses membres. Cette vénérable institution nous livre ici « True Norvegian Black Metal – Live in Grieghallen ». Les lives estampillés Black metal n’étant pas légion, c’est avec une certaine délectation que je glisse le CD dans le lecteur.

Je pensais qu’un album live était un enregistrement  d’un concert ou la compilation de prestations données en public. Comme ça, les fans ayant assistés à un concert peuvent avoir une trace tangible de ce qu’ils ont vu et entendu, pour les autres un moyen de se faire une idée de ce qu’un groupe peut dégager loin des studios et de toutes les possibilités de « bidouillages » que ceux ci peuvent apporter. Je pensais ça sérieusement, mais grâce à Gorgoroth, nous découvrons une autre sorte d’album live : le live enregistré en studio, sans public, avec bidouillage. Alors, arnaque ?

Replaçons ce (court) album dans son contexte : depuis l’année dernière, les trois membres les plus influents de Gorgoroth se livrent une sérieuse bataille pour récupérer l’enseigne. D’un coté, Infernus (guitares), le géniteur du monstre. De l’autre, Gaahl (vocaux) et King ov Hell (basse), le duo très créatif ces derniers temps. A force de conflits internes, les deux camps se sont séparés et évidemment revendiquent chacun le droit de continuer sous le nom de Gorgoroth. Dans cette course poursuite et en attendant que les tribunaux tranchent, c’est le clan Infernus qui est actuellement en tête. Pour cela, ce monsieur a rassemblé divers enregistrements faits à Bergen au studio Grieghallen (d’ou le nom de l’album) entre 2007 et 2008, s’est empressé de re enregistrer les lignes de basse de King ,de compiler l’ensemble et de nous le présenter sous cette forme. Pendant ce temps, nos deux autres compères recrutent de leur coté un certain Hellhammer et comptent bien continuer l’aventure sous le nom de Gorgoroth. Toutes ses petites manœuvres s’accompagnant bien entendu de volée de quolibets élégants diffusés sur le net et dans la presse.

Et la musique dans tout cela ? et bien nous avons 10 titres, principalement issus des 6 premiers albums (de 1994 à 2003) revisités en prise directe. C’est « True », c’est « Raw », c’est « Evil » à souhait. Reconnaissons que malgré tout ce qui a été dit plus haut, c’est une belle cure de jouvence qui est offerte à ce qui restera quand même dix classiques du black. Peu de fantaisies par rapport aux versions originales, mais c’est tout de même avec plaisir que des titres cultes comme Destroyer (toujours aussi speed, limite punk) ou Profetens Åpenbaring sont jetés en pâture à nos cages à miel en mal d’agression. Tout juste peut on constater une petite forme de Gaahl sur certains titres.

Le mieux, en fait avec ce type de produit est de faire abstraction de tout le toutim ayant poussé à sa réalisation, mais de le prendre comme ce qu’il ne devrait être : une demi heure de sauvagerie à l’état pur.

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green