Communication de nos partenaires

Gang – V

Le 8 juin 2010 posté par METALPSYCHOKILLER

Line-up sur cet Album


Sylvain "Steve" Cotté : guitares
Biggy : guitares solo + backing vocals
Bill : Lead vocals , backing vocals & programming
Philty : Bass & programming
Chiof : Drums

Style:

Heavy / Thrash

Date de sortie:

Mars 2010

Label:

Emanes Metal Records

Note du Soilchroniqueur (MetalPsychoKiller):
07/10

Le Gang de Champagne-Ardenne est de retour pour fêter deux décennies de carrière avec un opus simplement dénommé « V » comme leur nombre d’offrandes pondues jusqu’alors. N’ayant ni la science infuse, ni la connaissance universelle, autant vous avouer que les trois premiers de leurs albums –L’éponyme au combo en 1993, « Unknown but Surely Evil » en 1995 et « Piece Of War » en 2002-me sont totalement inconnus. Seul le sympathique précédent « Dead Or Alive » de 2007 étant parvenu à mes cages à miel y laissant un souvenir de Heavy traditionnel bien ficelé et sans manquements, mais souffrant à contrario de linéarité et engendrant un sentiment de « tellement souvent entendu ». En résumé, le groupe affichait un réel potentiel, un sentiment de cohérence et d’agréments ; mais un manque d’unicité flagrant ne lui permettant pas de se démarquer de la masse si ce n’est de manière intermittente. Ce qui n’est en rien rédhibitoire, vu que l’immense majorité des combos de la planète Metal sont confrontés à cet écueil majeur.

Retour donc aux affaires pour nos frenchies, avec un artwork cover tendance Black/Death rompant étonnamment avec leurs releases précédents et pouvant donner l’impression d’une évolution dans leur musicalité. Le titre ambiant d’intro « A Shooting Threat », avec ses tintements de cloches, ses grincements de portes, ses coassements de corbeaux et sa trame envoutante entretiendra un court instant cette illusion avant que ne se déchire irrémédiablement le voile. Le trident « Never Enough », « Believer/Betrayer » et enfin « Sacrifice » annonce clairement la couleur et enfonce immédiatement le clou avec un Heavy Thrashy rageur et accrocheur. Tempo soutenu et solo déchirant pour le premier, riff gras et lourdeur syncopé pour le second avant un « Sacrifice » clamé dans la langue de Molière et dans la droite veine du bon Hard/Heavy Rock hexagonal des fins eighties. Sans tomber dans le « Satan Jokers » ou le « Vulcain », Gang s’affirme incontestablement dans le sillon de fils du Metal à mi chemin de suisses à la « Krokus » et de teutons à la « Razorback », quand bien même l’ombre planante en toile de fond reste viscéralement le Judas Priest british.

La mi galette verra Gang s’essayer à un exercice de style un tant soi peu différent avec deux titres introduits en arpège. Un « Kill Me », version semi ballade à la structure progressive qui s’avérera convaincant au fur et à mesure des auditions pour finalement marquer vos neurones et vous surprendre à brayer sans retenu le refrain. A l’inverse du « Into The Silence Of The Sea » qui lâchera très rapidement la purée mais manquera sa cible en s’égarant entre poncifs et caciques du genre. Le moteur paraitra s’être étouffé et malgré l’essai de relancer les gazs, le constat sera conforté par un « Skull’s » suivant brouillon et à l’intérêt relatif. On frôlera allègrement l’ « Overdose » justement planifiée, et la seconde partie de ce « Five », s’avérera en effet assez quelconque. Jusqu’au concis, mielleux et sirupeux « In Memory of… » de clôture laissant présumer que la boucle est bouclée. Dans cet océan de mansuétude, un titre émergera heureusement et voluptueusement tel un ilot frénétique et insubmersible : « Heavy Metal Fever » et son chant criard, ses dualités de guitares, sa cadence échevelée sera un petit caviar qui aurait pu rentrer dans la catégorie des purs brulots si le diamant brut avait été un peu plus ciselé…

En conclusion, Gang ne parvient définitivement pas à « Slaying The Priest In The Metal Church » comme annoncé sur le back cover. Tout juste à franchement l’estourbir sur une première partie d’album convaincante et conquérante, avant que l’essoufflement et la linéarité itérative n’affadisse un tant soi peu notre plaisir malgré une prestation vocale de haute tenue. Le clou est pointé, enfoncé en partie, mais pas jusqu’à la garde et un sentiment mi figue-mi raisins poindra en notre esprit…Reste que l’on ressent viscéralement que nos gars y croient et se font plaisir, engendrant un enthousiasme communicatif. Mais jusqu’à un certain point seulement…

Myspace : http://www.myspace.com/gang51

Retour en début de page

1 Commentaire sur “Gang – V”

  1. pingback pingback:
    Posté: 26th Nov 2015 vers 10 h 34 min
    1
    Gang (Steve Guitariste) | Soil Chronicles

    […] Chronique ‘V’:http://www.soilchronicles.fr/chroniques/gang-v […]

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green