Communication de nos partenaires

Line-up sur cet Album


Chris Stollen - Guitares
Gérard Fois - Chant, Guitares acoustiques, Claviers
Julien Bouvier - Guitares
Adrien Zoni - Basse
Julien Racine - Batterie

Style:

Heavy metal progressif

Date de sortie:

04 novembre 2011

Label:

YesterRock

Note du Soilchroniqueur (Metalfreak) : 8,5/10

Quatre ans !
Il aura fallu attendre quatre longues années pour que Gérard Fois et son groupe Eternal Flight reviennent après l’excellent « Under the sign of will ».
On avait déjà eu un bon aperçu du talent de composition du leader qui, cette fois-ci unique compositeur du groupe contrairement à l’album précédent, ne fait que confirmer cette impression sur ce nouvel album à l’acrostiche révélateur du thème principal de cette nouvelle offrande.
Comme le titre le révèle, tout l’album tourne autour des rêves : un concept sans en être un, car chaque titre a une histoire propre, mais tournant autour d’un « Morphoenix » (mascotte de Eternal Flight et également le nom du studio de Gérard Fois, dans lequel l’album a été enregistré), hybride mi phoenix mi homme, ayant le pouvoir d’entrer dans l’esprit des gens lorsqu’ils dorment. Tous les lyrics, du reste, sont les histoires contées par cette créature, de ce qu’elle a vécu ou fait vivre à ses hôtes lors de ses diverses incursions oniriques.
Ainsi, tour à tour, le Morphoenix, annonçant à prime abord qu’il prendra place dans nos rêves (« Release the unreal ») intègre les rêves de personnages divers et variés tels qu’une femme handicapée rêvant qu’elle est une danseuse à la beauté inégalée (« Firedancer ») ; d’un prisonnier politique s’évadant dans les airs (« Freedom is my race ») ; d’un frère construisant une tour pour retrouver un frère jumeau décédé (« The tower »), thème reprenant celui de la vision d’un être disparu lors d’un rêve dans « Black sun »… Plus qu’un concept album, « D.R.E.A.M.S. » se veut plus être un puzzle à reconstruire qu’une histoire racontée sur onze titres : Gérard Fois laisse en outre la possibilité à l’auditeur d’imaginer lui-même l’histoire en fonction de sa propre interprétation.

Musicalement, on ne peut qu’apprécier les progrès entre « Under the sign of will » et ce petit nouveau.
A la croisée d’un metal bien heavy, tantôt progressif, tantôt plus power, « D.R.E.A.M.S. » a le mérite de nous tenir en haleine pendant toute l’heure de sa durée. Jamais pompeux, jamais redondant, l’album s’écoute avec la même passion qu’on a pu avoir lors d’écoutes d’albums tels « Transcendance » de Crimson Glory, « Digital dictators » de Vicious Rumors dont Mark Mc Gee fait des apparitions remarquées sur « Goodbye » et « The meeting », ou « Streets » de Savatage duquel Chris Caffery vient poser ses riffs de guitares sur l’outro de « Goodbye ».
Tour à tour, on entre dans des univers que n’auraient pas reniés Queensrÿche, très flagrant sur « The tower » sur lequel Fois monte dans les aigus tel Geoff Tate lors du refrain ou sur « Black sun ». Les plus épique « Nightmare king », plus agressif, à la manière d’un Nevermore s’acoquinant avec Opeth et Judas Priest ou « The meeting », avec son intro orientale, se veulent être de belles pièces maîtresses de cet album plus que varié.
Preuve de cette richesse, Eternal Flight se fend de titres plus rapides, comme le direct « Released the unreal » et ses parties sud américaines apportées par le batteur de Shaman Ricardo Confessori et qui s’intègrent parfaitement au morceau ; la reprise de Dio « Night people », qui se fond royalement au concept tant musical que textuel de l’album, « Freedom is my race » ou un « The tower » laissant la part belle à des duels de guitares efficaces. Les plus progressifs « Firedancer » et « Black sun » ou les (quasi) ballades que sont « Introduction to D.R.E.A.M.S. » – nous donnant le ton de l’album – « Goodbye » ou « Black sun » ou le très heavy sabbathien « Fantasea » prouve une grande ouverture de la part de son compositeur qui aura fait un album de très grande qualité.

J’invite également chacun d’aller lire la passionnante interview de Gérard Fois dans nos pages ( elle est ici !! ).

Hautement recommandé !

Guests :
Ricardo Confessori (ex-Angra, Shaman) : Batterie sauf sur « Introduction To D.r.e.a.m.s » et « Night People »
Mark Mc Gee (ex Vicious Rumors) : lead guitares sur « Goodbye » et « The Meeting » et slide guitares sur « The Meeting »
Chris Caffery (Savatage) : lead guitares sur l’outro de « Goodbye »
Rob Love Magnusson (Dynazty) : lead guitares sur « Fantasea » et « The Tower »

Tracklist :

1. Introduction To D.r.e.a.m.s. 01:04
2. Released The Unreal 03:19
3. Firedancer 05:18
4. Fantasea 07:45
5. Freedom Is My Race 03:41
6. Nightmare King 07:57
7. Black Sun 05:10
8. The Meeting 07:33
9. The Tower 04:55
10. Goodbye 08:14
11. Night People (Dio cover) 03:55

Facebook : http://www.facebook.com/pages/ETERNAL-F … 79?sk=info
Myspace : http://www.myspace.com/eternalflight

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green