Communication de nos partenaires

Dark Tranquillity – We Are The Void

Le 14 mars 2010 posté par Fredo

Line-up sur cet Album


Mikael Stanne: chant Niklas Sundin: guitares Martin Henriksson: guitares Anders Jivarp: Batterie Daniel Antonsson: basse Martin Brändström: clavier

Style:

Death Melodic

Date de sortie:

Février 2010

Label:

Century Media

Note du Soilchroniqueur (Lusaimoi):
8 / 10

Depuis quelques albums, Dark Tranquillity ne surprennent plus. Tout en restant bons, leurs dernières productions manquent un brin d’audace, de prise de risque, si bien que l’on parle plus d’évolution que de révolution. Qu’en est-il alors de ce We are the void ? Petit frère de Fictions, ou synonyme de renouveau ?

Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’album commence fort. Après une courte intro, Shadow in our Blood commence et nous en met plein les oreilles. On reconnait le style Dark Tranquillity, bien sûr, mais un petit « truc«  en plus se fait entendre. Le groupe se montre, en effet, plus agressif, incisif qu’auparavant. Des ambiances black sympho se font même entendre sur ce premier titre, ainsi que sur Dream Oblivion.
Ambiances qui se font beaucoup plus discrètes sur The Fatalist, avant de disparaitre. On retrouve alors plus ce à quoi ils nous ont habitués ces dernières années, du, maintenant dénommé, death mélodique de Göteborg, a savoir des couplets agressif entrecoupés de refrains ultra accrocheurs (The Grandest Accusation, At the Point of Ignition, Her Silent Language). Mais, là ou nos petits Suédois sont forts, c’est qu’ils ajoutent toujours de petits plus dark tranquillitiesques; les morceaux offrent tous leur petit truc surprenant. Chaque détail est peaufiné pour nous offrir un excellent travail.
Arkhangelsk (mon petit moment préféré) après une courte intro calmounette renoue avec les ambiances des deux premiers morceaux; quand un Stanne s’énerve, il s’énerve! Suivent alors I am the Void et Surface the Infinite qui se montrent plus rapides et énergiques. Irridium, quant à elle, possède une superbe touche mélancolique, juste ce qu’il fallait pour finir l’album en
beauté, et nous donner l’envie de le remettre.

La voix de Mickael Stanne a, elle aussi, subit quelques changements. Elle se montre plus agressive, écorchée, rugueuse (je fais le concours du plus grand nombre de synonymes…), même si le chanteur est aisément reconnaissable. Quant au chant clair, les passages sont peu nombreux, et ont bien changé : presque chuchotés, susurrés comme sur The Grandest Accusation, Irridium ou Her Silent Language (où elle retrouve ensuite sa puissance).

Je trouve toutefois dommage que l’aspect mélodique soit surtout apporté par le clavier (qui « étouffent » nettement moins les guitares que sur Damage Done néanmoins). Bon, les six cordes ne sont pas en reste non plus, hein? Mais étant tombé amoureux de The Mind’s I, j’aimerais qu’ils nous ressortent un album de cette trempe.

We are the void n’est donc pas encore la révolution attendue, Dark Tranquillity continue donc son évolution, bien marquée, quand même, et surtout sans faute de gout. Alors pourquoi abandonneraient un style ou ils sont passés maitres ?

Site Internet : http://www.darktranquillity.com/
Myspace : http://www.myspace.com/dtofficial

Lusaimoi

Retour en début de page

3 commentaires sur “Dark Tranquillity – We Are The Void”

  1. 1

    Pas folichon aux première écoutes. Une petite touche Samael au niveau de certaines orchestrations, mais ça manque de subtilité tout celà …

  2. 2
    commentaires actuellement

    tout à fait ok avec cette analyse. J’attend de les voir (enfin) sur scéne pour juger

  3. 3

    J’ai réécouté « Character » il y a peu, c’est vrai que « We are the Void » est moins bon, mais… il a son petit quelque chose quand même, je trouve.

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green