Communication de nos partenaires

Brieg Guerveno – Valgori

Le 19 mars 2017 posté par Metalfreak

Line-up sur cet Album


• Brieg Guerveno : Chant, Guitare • Xavier Soulabail : Basse • Joachim Blanchet : Batterie, Claviers

Style:

Prog Rock Breton

Date de sortie:

18 Novembre 2016

Label:

Paker Prod. / Breizh Coop / Dooweet Agency

Note du Soilchroniqueur (Willhelm von Graffenberg) : 8.5/10

Kénavo les poteaux… On se pose on sort son blase et on kiffe grave le moment psychédélique avec Valgori de Brieg Guerveno, s’tu veux…

Un Normand qui va dire du bien de Bretons pour autre chose que les crêpes et le chouchen, profitez, ça sera pas tous les jours ! Oui, je sais : c’est ni la mort, ni une autre espèce d’ankhou laid (oui, j’aime les jeux de mots laids, même si je ne mettrais pas un des miens dans un an dro).

Car oui, cet album mérite qu’on en dise du bien, tant il est prenant. Dans une veine assez proche des Radiohead et Muse des débuts, teinté d’un fond de Pink Floyd (et d’Ange et Magma possiblement, mais sur ce point, je ne m’avancerai pas davantage que dans un festnoz) donc on est plutôt dans un domaine rock prog’. L’heure de musique que dure l’album tend à l’introspection : tantôt agressive, tantôt planante, jamais dans la violence mais surtout dans les ambiances, on se laisse bercer et envouter, malgré l’aspect chaotique des rythmiques progressives et syncopées. Je serais presque dans un univers musical usuel si le plus déroutant – je n’ai pas dit « dérangeant » – est surtout l’usage de la langue bretonne et ses inflexions, inhabituelles dans le genre (donc originales et personnelles) qui accrochent l’oreille de multiples points de vue. (Ça me perturbe toujours dans un genre où les paroles sont audibles et compréhensibles de ne pas les comprendre…). L’album porte donc bien son nom dont la traduction littérale est « vertige ».

Pour rester dans cet état d’esprit d’enchantement digne de Brocéliande, on se laisse aussi emmener dans les ténèbres d’un « Pedenn » sombre et énervé, plus porté vers des influences dark et prog’ plus complexe, qui font penser à la fin d’Octavarium de Dream Theater.

Projet au nom du guitariste-chanteur-compositeur, celui-ci a su s’entourer de musiciens de qualité, tant par le grain subtil et varié de la basse que la finesse de jeu et la diversité à la batterie. Si je devais donner un seul réel défaut à cet album, ce sont ses quelques imperfections au niveau du mixage et son équilibre, qui ne font en rien démériter les idées développées.

J’espère qu’un jour on fera du prog’ cauchois ou brayon, pur « chauvinisme » normand de ma part, mais comme l’heure n’est pas encore venue… Et quand on note cette qualité, on hésite à passer du coté obscur (et encore plus pluvieux) de la région… nah, j’déconne – z’êtes pas un peu fous, non ? Tout ça pour dire que c’est un très bon album, de bonne qualité et de bonne facture et qui mérite qu’on en fasse davantage l’apologie… oups, référence malencontreuse à un autre groupe breton…

A écouter comme un concours de descente de cidre entre Normands et Bretons : sans aucune modération !

Tracklist:
1. En Desped (8:17)
2. Fallaenn (8:49)
3. Poltred (7:00)
4. An Hivizenn (8:56)
5. Hirnez (7:11)
6. Kelc’h (5:05)
7. Pedenn (9:02)
8. Valgori (6:34)

Facebook: https://www.facebook.com/pages/Brieg-Guerveno/202164549840145
Site officiel: https://www.briegguerveno.com/
Youtube: https://www.youtube.com/user/briegguerveno
Bandcamp: https://briegguerveno.bandcamp.com/

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green