Communication de nos partenaires

Line-up sur cet Album


Teddy DKC - Voix Bungy Bingo Fucka - Guitare Stupid Clown - Basse N-DMC - Machines Joko Bandjo 0² Batz - Batterie

Style:

Clown-Core

Date de sortie:

31 décembre 2009

Label:

M & O Office

Note du Soilchroniqueur (METALPSYCHOKILLER):
9 / 10

En clôture de cette fin d’année et pour rentrer de plein pied dans cette nouvelle décennie, le Père Noël auquel nous croyons encore tous viscéralement s’est fendu sous notre sapin d’une sacrée offrande, machiavélique certes, mais à l’éventail d’atouts on ne peut plus appréciable. Dire le temps passé à épurer cette tentative de review, pour ne pas déblatérer tel un rédacteur en chef et pondre un roman fleuve, donnera déjà une première orientation sur le sentiment d’appréciation de ce pur brulot délivré sous forme de Cd/Dvd par les franciliens de Bawdy Festival. Une rapide présentation du combo s’imposant pour que vous ne passiez pas pour des blaireaux ignares, tant ce « Tri Nox Samoni », (les trois nuits de Samain, en gaulois) risque d’engendrer un sacré Buzz ; ne serait-ce que sur la scène métal hexagonale…

Ils sont donc cinq, actifs depuis 2003, et n’ont jusqu’alors à leur crédit qu’un seul Ep autoproduit de quatre titres plus clip sorti en 2005, « Back In Da Wood ». Le combo aura au moins un élément classique dans sa constitution ; celui du formatage guitare/basse/batterie/claviers. Car pour tout le reste, originalité et recherche d’unicité resteront les fils rouges conducteurs de nos frenchies, et on se moquera sincèrement de savoir s’il ne s’agit que d’un leitmotiv pour se démarquer, ou d’une réalité plus profonde et véritable de l’entité musicale et visuelle concoctée. Car plus que la sempiternelle nouvelle arrivée d’une antépénultième formation de métaleux, Bawdy Festival s’affirme irrémédiablement et immédiatement par la naissance d’un concept. Celui du Clown-Core dont ils se réclament.

Alors bien sur d’emblée, les mauvais coucheurs et autres empêcheurs de tourner en rond, se targueront qu’il n’y a rien de bien nouveau à se produire sur scène grimés, quand bien même ce serait en Clowns. Et de nous pondre une liste non exhaustive allant de Vincent Furnier à Slipknot, en passant par extension à des Kiss, Grave Robber, Rob Zombie, Virgin Prunes… Voir même pourquoi pas les Angel de Dimino et Giuffria puisque ceux-ci étaient tous en costard blancs, brushés et maquillés…, et tant qu’à s’immerger dans la mauvais foi, Punish Yourself puisqu’ils sont français. Trêves de digressions, le quintet nous propose un univers parallèle bien personnel, un « Weird Side », où tout à chacun pourra chercher des réminiscences ou des influences ; mais ne pourra en contester l’unicité. Une « Twilight zone» oscillant entre macabre et burlesque, alliant des éléments du cirque et de la fête foraine, avec d’autres plus Gore à la Pennywise-The Clown de Stephen King.; le tout mâtiné d’une musicalité fusionnelle.

De la fusion il en est question certes, mais autant que de Schock rock, de hardcore, de Néo, de psyché, voir de hip-hop ou de punk… Tant la mélodicité des cinq -à l’image de leur monde parallèle ou évoluent chaperon rouge, sœur siamoises, femme à barbe, etc- tient du véritable kaléidoscope, du pur melting-pot visant à un dessein ultime ; vous muer en membre de la Clown Army. L’ombre des Béruriers Noirs plane en toile de fond, on ne pourra le nier, à l’instar de titres tels « Freak Side » ou un « Clown Soldier » dans la veine d’un « Macadam massacre », mais les comparaisons avec des Silmarils, Enhacer ou autres Tasmaniac ne seront pas non plus usurpées. Mais, à l’instar d’un N DMC aux machines, samples et claviers, tout simplement suréaliste et envoutant, l’alchimie finale déjantée et déboussolant tient de la pure appellation d’origine contrôlée. Bawdy Festival est un label unique et de suite reconnaissable ; que l’on ne pourra qu’apprécier ou détester mais qui ne laissera en aucun cas indifférent.

La production des Cds ou Dvd en étant un tant soi peu épurée dans la longueur du produit auditif et en opposition restituant parfaitement l’ambiance réelle de la prestation scénique visuelle» se voudra suffisamment subtile, pour vous imprégner en profondeur de ce Clown Show. Certains titres, comme un « Get Clowned » forçant au Jump en compagnie des invités Merka et Le Saint, ou plus encore la dualité concoctée avec le combo post rock « All Angels Gone » s’avéreront sidérants, et foncièrement subjuguant. A fortiori n’extraire que deux titres de la tracklist se verra résolument réducteur, tant les « Bawdy Mother Fucker », « Boogalion’s Mafia », « Crossroad » et consorts tireront savamment et finement leur épingle du jeu avec autant d’excellence et pour un résultat sans rémission et similaire…

Au final, si le pari de sortir une telle offrande (enregistrée aux Cuisines, à Chelles), en première véritable release pouvait paraitre tenir de la gageure ; on ne pourra que s’incliner devant le résultat : Tant au niveau professionnel, qu’à celui du plaisir asséné. Rien à jeter, tout à apprécier ; que peut demander de plus le peuple ; si ce n’est de s’enrôler dans la Clown Army et plonger sans retenues dans ce « Weird Side » ???!!!

Site Internet : http://bawdy.festival.online.fr/

Myspace : http://www.myspace.com/bawdyfestival

METALPSYCHOKILLER


Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green